• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

joun

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • joun 20 avril 2007 12:35

    Pour ceux qui serait tenter de voter Bayrou, qui pensent que le clivage gauche / droite n’est plus de mise aujourd’hui, je réponds que c’est un leur. La crise du logement n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui, des personnes vivent dans une totale insalubrité, à 5 dans moins de 50 m2. Pour ce qui est de l’emploi, la précarité n’a fait qu’augmenter, les temps partiels non souhaités, les CNE, sans parler de ceux qui ne parviennent même pas à accéder à l’emploi pour cause de discrimination à l’embauche.... Que propose Monsieur Bayrou à ce sujet ? faciliter les heures supplémentaires, c’est à dire permettre à ceux qui ont déjà un travail de travailler encore plus...où se trouve la solidarité dans un tel programme ? Rappelez vous également ceci : Depuis 2002, l’UDF a majoritairement approuvé les réformes des gouvernements UMP :
    - 2002 : Bayrou soutient la loi Fillon sur les salaires et le temps de travail qui prévoit des exonérations de cotisations patronales.
    - 2003 : l’UDF vote pour la loi sur la réforme des retraites. Il ne vote pas la motion de censure déposée par la gauche contre la politique sociale du gouvernement
    - 2004 : l’UDF vote la suppression du lundi de Pentecôte comme jour férié dans le cadre de la loi sur le handicap
    - 2006 : L’UDF dit s’opposer au CPE, mais ne vote pas la motion de censure déposée par le PS. Rappelons aussi que Bayrou à voter contre le PACS et est contre le mariage des homosexuels.

    Je sais aussi qu’il y a quelques personnes qui se fient à des calculs stratégiques, et ont choisi de voter Bayrou parce qu’il pense qu’il a d’avantage de chance de gagner contre Sarkozy. Il faut tout de même se méfier des sondages, qui nous ont tous tromper aux dernières élections, ne laissons pas les sondages, qui sont parfois un outil de propagande de certains médias nous voler notre voix. De plus, si l’on tient vraiment à se fier à cet instrument de mesure de l’opinion, il faut tout de même tenir compte du fait qu’aujourd’hui c’est Ségolène Royal qui est en tête devant Bayrou. Il vaut donc mieux, à mon avis, favoriser le mieux positionné pour éviter une dispersion des voix qui pourrait permettre à Le Pen d’accéder au deuxième tour... Imaginer le cauchemard d’un scénario Segolène et Bayrou faisant 19% et Le Pen 20%...

    Pour finir, je veux tout de même vous dire que je ne prône pas uniquement le vote utile, mais également le vote de conviction. Le programme socialiste est un programme keynésien, certes il nécessite un investissement, mais il va encourager la croissance. Le programme de Sarkozy coûte aussi chèr mais ne va pas créer de richesse puisqu’il réduit le budget de l’Etat en réduisant les impots des plus riches. Le programme de Bayrou coûte peut être un peu moins chèr mais il ne va rien rapporter pour autant... La suppression de postes dans la fonction publique ne va pas non plus favoriser la création d’emplois et nuire à la qualité de notre service public. Du programme socialiste, je retiendrais plusieurs points qui me sont particulièrement chers :
    -  le remboursement des aides de l’Etat pour les entreprises qui licencient et délocalisent alors qu’elles sont bénéficiaires,
    -  Le principe pollueur / payeur,
    -  Pour le logement : mobilisation du foncier public disponible, Réalisation de 120 000 logements sociaux par an et obligation pour les programmes privés d’avoir 25% de logements sociaux sur les territoires déficitaires, triplement des sanctions contre les communes qui refusent la mixité sociale,
    -  Pour l’emploi : le contrat emploi première chance qui favorisera aussi bien les jeunes sans formation que les PME,
    -  le service publique de la petite enfance, pour la création de d’avantage de crèche et d’emploi de nourrice, mesure que Bayrou à qualifier de politique de l’assistanat !
    -  une réforme de fonds des institutions...

    Et d’autres encore...

    fonde donc tous mes espoirs sur cette candidate, qui certes n’est pas toujours ce que l’on attendrait d’elle, mais il n’y a pas de candidat idéal, d’où l’intérêt de se fier au programme d’un parti plutôt qu’à la perception flou d’une personnalité au travers du miroir déformant des médias.







Palmarès