• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JPR

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • JPR 18 février 2008 13:52

    Comme pour un grand nombre d’usagers et d’observateurs, sans aucun doute, l’idée de construire un lycée destiné aux enfants des quartiers Nord-Est de la ville et aux communes lilitrophes m’apparaissait, au vu du dossier, comme une très une bonne idée.

    Tout y est : proximité, économie de transport, réduction du trafic, redéfinition de l’offre publique d’éducation, et du coup des conditions meilleures pour les études des enfants... .. Tout a été expliqué à nos élites qui nous gouverne, chiffres à l’appui !

    Les arguments des associations de parents d’élèves, des associations de quartiers, de riverains et de "simples" contribuables que nous sommes étaient bons, sans nul doute...

    Mais voilà, malgré une opposition pugnace, déterminée, mais constructive, c’est avec une manière bien peu démocratique que la décision d’implanter cet équipement public indispensable pour ce secteur géographique est traitée, contre toute logique. Cet exemple illustre la manière avec laquelle à Marseille sont menées les affaires publiques et la façon dont s’exerce le pouvoir. Mais être à ce point coupé des réalités de terrain et agir ainsi, sans prendre en considération l’avais des gens concernés laisse rêveur !

    On n’ignorait pas que les représentants de la population, une fois élus, font bien peu de cas de l’avis de leurs administrés et des promesses, en matière de démocratie participative. Mais là, c’est un peu fort !

    Dommage !

    Alors ! A quand une démocratie où les gens participeront aux affaires qui les concernent ? Où leur avis sera pris en compte, débattu discuté ?

    On comprend qu’il y a de quoi dégoûter les habitants de cette ville et on comprend bien pourquoi on voit les gens se détourner chaque fois un peu davantage de la chose publique et les électeurs bouder les bureaux de vote, en se disant "à quoi bon ?"

    Alors ! le Lycée d’Enco de Botte c’est pour quand ? Pour les calendes grecques ?







Palmarès