• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Juan Asensio

Juan Asensio

Juan Asensio est un essayiste et critique littéraire français (Valeurs actuelles, Le Spectacle du Monde, La Revue des deux Mondes), spécialiste de Georges Bernanos et auteur de plusieurs ouvrages :
- Essai sur l’œuvre de George Steiner :
La Parole souffle sur notre poussière, L’Harmattan, 2001.
- La Littérature à contre-nuit
, A Contrario, 2005 ; Éditions Sulliver, 2007. (Essais sur le démoniaque et la littérature, Trakl, Bernanos, Rops, Goya, Hello, Gadenne, McCarthy, Maistre, etc.).
- La Critique meurt jeune
, Le Rocher, 2006. (Essais sur Scholem, Steiner, Dantec, Bernanos, Bloy, Dick, Broch, Faulkner, Tarkovski, Boutang, Conrad, Dostoïevski, etc.).
- Maudit soit
Maudit soit Andreas Werckmeister !, La Nuit, 2008.
À paraître : La Chanson d’amour de Judas Iscariote.
Il est également l’auteur d’un blog érudit et polémique, Stalker - Dissection du cadavre de la littérature.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 23 76
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Juan Asensio Juan Asensio 5 mai 2009 09:45

    Nico, Joseph, Cosmic Dancer : vous savez où me trouver je crois, mon courriel est public.
    J’ai écrit, ici, ce que j’avais à écrire concernant mon texte.
    Tant pis si certains ne veulent pas voir (ou ne le peuvent pas, les pauvres) ce qu’il leur expose : Youssouf Fofana, C’EST LA FRANCE (d’en bas) justement.
    La FRANCE incapable de protéger ses innocents, qu’ils soient d’origine coréenne ou franco-française (j’avais écrit un texte sur l’assassinat d’Anne-Lorraine Schmitt qui avait été fustigé par les petits cons de bénitier de Valeurs Actuelles, qui avaient immédiatement considéré que cette malheureuse était la nouvelle Jeanne d’Arc !).
    Le problème est le suivant : voyons, au bas mot, des gars comme YF, il y en a, en France, des centaines, peut-être même des milliers.
    Alors dites-moi messieurs les grands esprits : qu’en fait-on ?
    J’affirme une chose ou plutôt plusieurs, toutes liées cependant : tant que la France ne réglera pas ses problèmes de langue (lisez une dépêche de l’AFP et même d’un quotidien sur un fait divers), de modèle identitaire et surtout d’histoire (le fait qu’elle n’accepte plus son passé et s’excuse à tout bout de champ), nous continuerons à engraisser des gaillards comme ce sous-chien décérébré de Youssouf qui buteront des femmes, des enfants et des hommes, et mêmes des clébards s’ils s’avisaient d’être un peu trop hautains dans leur façon de fixer leur regard.
    Mais je ne vais pas, une fois encore, vous faire une explication de texte, étant parfaitement assuré du reste que celles et ceux qui savent lire, ici, et pas seulement réagir, comme Raoul sur sa tire, à une discussion de comptoir, ont compris ce que j’ai tenté de montrer...
    Salutations.



  • Juan Asensio Juan Asensio 4 mai 2009 20:10

    MCM, je vous en prie : non, un « déroulement » d’un texte en prose, très écrit je le répète, ne pourrait qu’en gâcher la substance.
    Du reste, il n’est pas très difficile de dégager les grandes articulations de ce texte : antisémitisme à son niveau le plus bas (Fofana) et le plus haut (catholique), langage, sacré, dévaluation ou plutôt retournement parodique du sacré, satanisme, échec du modèle français d’intégration, destruction de la langue française par l’usage qu’en ont fait les élites, maintenant la base populaire, etc.



  • Juan Asensio Juan Asensio 4 mai 2009 18:57

    Merci Joseph.
    Je crois bien que c’est la dernière fois que je vais autoriser Agora Vox à mettre en ligne l’un de mes textes, vu la somme de conneries déchaînées par ce texte.
    Vous pouvez, Joseph, si l’envie vous en prenait, écrire chez moi (les commentaires de cette note sont ouverts), vous y serez en bien meilleure compagnie que celle constituée par des « lecteurs » qui 1) mélangent tout, 2) dans le meilleur des cas paraphrasent ce que j’ai écrit, 3) viennent de constater que Stalker était Juan Asensio (et pas l’inverse), 4) risquent bien de griller l’unique neurone déjà passablement survolté qui leur tient lieu de cervelle, 5) sont, trop souvent, de pitoyables racistes (exceptions faites des deux, pas plus je crois, qui ont écrit des commentaires à peu près censés).
    Cordialement.



  • Juan Asensio Juan Asensio 4 mai 2009 17:57

    Conseil.
    Allez sur mon site, Stalker, cherchez l’article en question (facile), lisez les commentaires qui en ont été faits.
    Méditez.
    réfléchissez.
    Revenez ici.
    Méditez.
    Réfléchissez.
    Ecrivez, même si cette dernière étape n’est point à mes yeux une absolue nécessité.



  • Juan Asensio Juan Asensio 4 mai 2009 16:57

    Effectivement, la vérité vient toujours de la bouche des simples d’esprit : vous n’avez rien compris.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès