• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Juk

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Juk 14 mars 2008 13:46

    Je reviens sur le sous titre : "Il faut sortir par le haut de ce conflit de civilisation"

    Hutington n’explique rien, son livre ne sert qu’à justifier la politique américain internationale, avec tout le succès que l’on peut observer....

    Reprendre les termes d’un homme qui prétend comprendre le monde sans avoir quitter l’Amérique, c’est trop. Cela me fait penser aux premiers anthropologues qui ne bougeaient pas de leur bureau et qui, avec une quantité de documents, montaient des théories séduisantes mais totalement fictives.

    Ce prétendu conflit de civilisation ne sert qu’à se dédouaner de ses propres responsabiltiés et à considérer l’autre comme source de tous les problèmes... se remettre en question, c’est beaucoup trop demander parfois...

     

     


  • Juk 13 mars 2008 13:14

    Petites précisions

    Tout d’abord :

    [QUOTE]Amin Maalouf dit aussi (en substance) : les Arabes considèrent que la perte de Jérusalem devant Israël doit être rapprochée de la perte de Jérusalem devant les Croisés ; Jérusalem a été reprise aux Croisés, pourquoi ne devrait-elle pas, aujourd’hui, être reprise à Israël ? Les Arabes ne peuvent abandonner Jérusalem ; c’est écrit dans leur histoire. On ne peut ignorer cette référence à l’histoire.[/QUOTE]

    Excellent ouvrage, mais attention à mettre " les Arabes" tous dans le même sac. Qui voudrait abandonner Jérusalem ? Personne. Qui est prêt à la partager comme ça été le cas pendant des centaines d’années ?

    C’est bien l’Etat hébreux qui a désigné en 1980 la ville trois fois sainte « entière et réunifiée capitale éternelle d’Israël " malgré sa non reconnaissance internationale.
     

    Deuxième point :

    [QUOTE]troisièmement « le retour » des réfugiés doit se faire, pour les Israéliens, dans le futur Etat Palestinien alors que pour certains Palestiniens, qui espèrent peut-être encore en finir un jour avec l’existence d’Israël, il faut un « vrai retour » dans les villes et villages d’où ils ont été chassé en 1948 et 1967[/QUOTE]

    Petite erreur, il n’y a pas eu de chassés en 1967 :

     

     

    « Lors du vote de partage de la Palestine en 1947, les sionistes possédaient 5,6% de la superficie de la Palestine historique du Jourdain à la Méditerranée et représentaient 33% de la population totale. L’Assemblée Générale des Nations Unies leur a offert 56% du territoire. Après la première guerre israélo-arabe de 1948, l’Etat d’Israël s’est élargi pour englober 78% de la Palestine. Mais la transformation la plus significative a concerné la population de l’espace alloué à l’Etat juif. Alors qu’en 1947, il y avait quasi autant d’arabes que de juifs dans cet espace, en 1949 les deux tiers de la population arabe palestinienne a été forcée à l’exil. Ainsi « la conquête » de l’espace palestinien a produit la tragédie des réfugiés » (Kadher, 2008 : 207). « En cinq grandes vagues successives (entre novembre 1947 et décembre 1951), près de huit cent mille palestiniens ont dû prendre la route de l’exode, ce qui représente à peu près les deux-tiers de la population palestinienne totale » (Kadher, 2008 : 212).

    KHADER B., « Monde Arabe et géopolitique Euro-Arabe », Louvain-la-Neuve, CERMAC, 2008.Première partie, chapitre X- Nakba, Naksa, Nahda : mémoire et histoire de la Palestine 1904-2008, pp.204-224, chapitre XI- Géopolitique de l’eau au Moyen-Orient, pp. 225-249

    Le professeur Bichara Khader est le directeur du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Monde Arabe Contemporain à Louvain-la-Neuve (Belgique)

     

    Troisième point :

    [QUOTE]Les forces opposées à toute paix ne doivent pas être sous-estimées. Et elles sont à l’œuvre dans chaque camp, pour maintenir un statut quo, et accroître les tensions et les risques de guerre à l’occasion pour conforter leur pouvoir. Les champs de bataille sont aujourd’hui comme hier nécessaires à certains régimes pour leur survie, comme le sont la présence de ces 4 millions de réfugiés conservés dans un état infamant d’apartheid pour nourrir une idéologie de vengeance et soumettre des populations aux pouvoirs de dirigeants totalitaires. Les revenus du pétrole n’étaient-ils pas suffisants pour donner à ces réfugiés des logements et une vie normale ? Comment comprendre que les riches potentats Saoudiens et des Emirats, et quelques autres, construisent des palais à Beyrouth à quelques kilomètres des camps de Sabra et Chatilla ? Ce ne sont pas ceux-là qui seront des interlocuteurs pour la paix ! Aucune compassion pour leur propre peuple ; ce sont des leaders déchus.[/QUOTE]

    Les palestiniens sont les personnes qui reçoivent la plus grande aide (en $) par habitant du monde (je ne retrouve plus la source) mais tous les $ du monde ne peuvent pas ouvrir les checkpoints et autres freins à la circulation économique en Palestine (sans compter les sources et les champs avalés par le mur)

    Medecins Sans Frontières :http://www.azg.be/index.php?id=90&L=1&uw_vars[id]=601&uw_vars[table]=tx_uwazg_news&cHash=5948686c72

    Avant dernier élément qu’il est toujours utile pour recontextualiser ce vaste et difficile sujet :

     

    Afin d’éviter que la région ne s’allie à leurs ennemis durant la première guerre mondiale, les anglais avaient promis aux Arabes d’établir un royaume arabe recouvrant l’Arabie, la Palestine, l’Irak et la Syrie mais finalement l’Angleterre s’entendra avec la France (accord Sykes-Picot) en 1916 pour diviser la région en mandats. La déclaration Balfour de 1917 où le Royaume-Uni se déclarera favorable à la création d’un foyer national pour les juifs et ensuite le soutien anglais au projet sioniste, doivent être vu comme répondant à des intérêts particuliers explique Bichara Kadher[1] : « il y a eu coïncidence entre l’objectif sioniste – coloniser la Palestine par l’immigration à partir de l’Europe- et l’objectif britannique- s’assurer une base d’appui aux approches du canal de Suez  ». Il s’agit donc « d’utiliser le sionisme dans sa stratégie impériale » (Kadher, 2007 : 211). A la veille de la seconde guerre mondiale, l’Angleterre a tenté de diminue le flux des migrants afin d’éviter que les pays arabes de la région ne s’allient par réaction avec les pays de l’Axe, c’est le Livre Blanc du 17 mai 1939 qui prévoit notamment « d’ici à cinq ans, l’établissement d’un Etat palestinien indépendant « dans lequel les Arabes et les juifs partageront l’autorité dans le gouvernement de telle manière que les intérêts essentiels de chacun soient sauvegardés » » (Gresh, 2007 : 76).

    La Shoah, l’émotion qu’elle suscita dans les opinions publiques  et « le sentiment de culpabilité qu’elle [engendra] dans les cercles dirigeants occidentaux [furent] un puissant aiguillon pour le projet sioniste » (Kadher, 2008 : 210). C’est ainsi que le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui, à cette époque, ne comptait encore que 57 membres contre 192 aujourd’hui, adopte la résolution 181 présentant un plan de partage de la Palestine en un état juif, un état arabe et la mise sous contrôle international de la ville de Jérusalem. La résolution est adoptée avec 33 voix contre 13 et 10 abstentions[2].


    [1] Le professeur Bichara Khader est le directeur du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Monde Arabe Contemporain à Louvain-la-Neuve.

    Les États ayant votés pour : États-Unis d’Amérique, Australie, Belgique, Bolivie, Brésil, Biélorussie, Canada, Costarica, Danemark, République dominicaine, Équateur, France, Guatemala, Haïti, Islande, Libéria, Luxembourg, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Norvège, Panama, Paraguay, Pérou, Philippines, Pologne, Suède, Tchécoslovaquie, Ukraine, Union Sud-Africaine, U.R.S.S., Uruguay et le Venezuela.

    Les États ayant votés contre : Afghanistan, Arabie saoudite, Cuba, Égypte, Grèce, Inde, Iran, Irak, Liban, Pakistan, Syrie, Turquie, Yémen. On peur remarquer ici que tous les pays entourant géographiquement le nouvel Etat se sont opposés à sa création.

    Les États qui se sont abstenus : Argentine, Chili, Chine, Colombie, Salvador, Éthiopie, Honduras, Mexique, Royaume-Uni, Yougoslavie.

     

     

    Dernière chose :

    Certains éléments n’apparaissent pas dans l’analyse (aucun reproche, rien de plus difficile de résumé la question des conflits liant Israël en quelques lignes)

    Les problèmes liés à l’eau qui vont en s’empirant

    Les chretiens sionistes possédant une tel force qu’ancun président américain ne peut être élu sans eux, très bien résumé par Arte http://dailymotion.alice.it/video/x2xoau_evangeliste-proisraeliens-et-antiis_politics en quelques minutes

    Un documentaire d’Arte sur le sujet (qualité affreuse malheureusement) : http://www.dailymotion.com/video/xkoxe_les-chretiens-sionistes_news

     

    Ma conclusion

     

    Le nationalisme juif sioniste aura lutté un demi-siècle pour obtenir ce qu’il désirait, un Etat Nation pour les juifs du monde entier. Les différentes étapes d’un conflit qui n’a jamais vraiment cessé ont montré comment Israël s’est accaparé des surfaces ne lui appartenant pas afin d’assurer sa sécurité. Par l’élargissement de ses frontières, suite aux différents conflits, nous avons pu voir comment des barrières naturelles sont devenues des enjeux stratégiques de défense, aux yeux de l’Etat israélien (désert du Sinaï, plateau du Golan, sud du Liban). Mais les conquêtes territoriales sont également des enjeux stratégiques pour sa sécurité économique en raison de son besoin croissant en eau.

    Actuellement se pose toujours de façon plus cruciale la question : comment ces territoires conquis et occupés, ces colonies, ces réfugiés, ces ressources en eau disputées, cette capitale peu à peu confisquée et ce mur illégal de sécurité vont-ils laisser une chance à la résolution du plus long conflit contemporain ? Mais encore faut-il se demander si le principal Etat concerné a intérêt à voir la paix s’installer  !

     


  • Juk 31 juillet 2007 23:09

    au contraire comme t’as répondu psycho ;)

    C’est tout à fait légitime de se poser des questions surtout sur un sujet comme ça alors te formalise si certains te descende niveau pertinence et n’hésite pas à poser d’autres questions smiley


  • Juk 31 juillet 2007 18:15

    Tu serais étonné de la moyenne d’âge (plutôt haute) mais c’est tellement plus facile de se rassurer en se disant que c’est des c******* d’ados boutonneux en mal de sensation forte.

    Si tu prenais la peine de regarder les anomalies ( juste la vidéo de Jowenko tiens) et après on en reparle. Malheureusement trop de personnes avalent ce qu’une administration aussi compétente a pu vendre et ça j’en reviens toujours pas. Oh, les jolies mensonges : http://www.youtube.com/watch?v=OgfzqulvhlQ

    Merci à Marco, joli condensé !







Palmarès