• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jules

jules

Courageusement abrité derrière un pseudonyme choisi, l’auteur cultive un fond de juriste (à la façon d’un fond de veau), relevé de quelques nuages d’économie.
 
En honnête homme, il a perdu la plupart de son latin, mais ne désespère pas d’y revenir un jour. Prompt à l’indignation et aux jugements à l’emporte-pièce lors des dîners de famille, il s’astreint au respect d’une politesse de l’écriture sur le blog dont il est l’unique rédacteur et concepteur (comme en témoigne d’ailleurs, l’austérité graphique) : diner’s room
 
Passant, il s’efforce de soigner l’exposé des arguments auxquels il n’adhère pas et n’hésite pas à faire preuve d’une implacable modération.

Tableau de bord

  • Premier article le 24/01/2006
  • Modérateur depuis le 01/02/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 13 12 126
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • jules jules 25 mars 2009 11:05

    A tous,

    Cet article, publié initialement sur mon site, a fait l’objet d’une reprise par Agoravox à leur initiative.

    Je n’ai pas le temps de suivre ici les commentaires, et me contente de répondre, le cas échéant, à ceux qui figurent sous le billet dans diner’s room.


  • jules jules 14 février 2006 16:28

    Je ne suis pas certain de saisir l’esprit de votre commentaire... Voulez-vous dire que je ne dois pas y faire référence, puisque j’en parle ?


  • jules jules 8 février 2006 15:59

    Votre position ne souffre pas d’incorrection politique, loin s’en faut.

    Les règles relatives à la répression des propos homophobes, incitations à la haine raciale, etc. ne se fondent pas sur la prévention de la souffrance d’autrui ; il s’agit de règles de dorit pénal qui intéressent les troubles à l’ordre social.

    Si ce sont les souffrances particulières qui vous intéressent, il faut, en droit, recourir aux règles du droit civil. Intérêt privé contre intérêt privé, si vous voulez.

    Mais, si vous tenez que les règles du droit pénal doivent servir un intérêt privé, c’est que vous faites bon compte d’une évolution de plusieurs siècles de la doctrine pénale ; et passant de celle des droits de l’homme et du libéralisme dont vous vous réclamez.

    Les règles qui intéressent la société ne sont pas au service des intérêts privés. C’est un principe mal connu, mais néanmoins fondateur.

    Par ailleurs, la loi ne fait devoir à personne d’être un saint homme ou de respecter une haute morale. Et ne voyez pas dans les « bonnes moeurs » l’appel au respect de preceptes kantiens, ou que sais-je. Il ne s’agit jamais que de tenir compte de la moralité plébéienne du plerumque fit.


  • jules jules 8 février 2006 08:13

    Gaiaol, si vous voulez troller sur Israel, je suis certain que vous trouverez ailleurs des lieux très accueillants, ou vous engagerez un dialogue certainement très enrichissant.

    Contrairement à ce que vous semblez penser, le respect de l’Islam ne signifie pas la remise en cause d’Israel, pas davantage que les caricatures de l’Islam ne participent de sa défense.

    Au reste, la défense de la liberté d’expression ne signifie pas l’hostilité à l’Islam, pas plus que le respect de l’Islam n’implique que l’on dût restreindre les libertés qui nous sont consenties.

    Enfin, le présent billet ne s’intéresse nullement à ce qui se passe en Orient ou au moyen-orient, mais à la seule question de la mise en oeuvre de notre droit interne et européen.


  • jules jules 7 février 2006 12:24

    Le centre décisionnel n’est pas « passé » à Luxembourg. Il y a toujours été.

    Je ne suis pas certain que la commission européenne admettrait la prise de contrôle d’Arcelor par le Luxembourg.

    Pour ce qui concerne l’emploi, on peut considérer qu’un groupe qui n’est pas tenu de répondre à des seuils de rentabilité annuels n’a pas de raison de traiter la masse salariale commun une seule variable comptable. Sans doute veulent-ils des dividendes, mais pas au prix de la pérennité à moyen terme, du groupe.

    Aussi, il y aura peut-être des réudctions d’effectifs, mais on ne pourra pas les imputer aux seules exigences de présentation des comptes.







Palmarès