Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

jullien

La liberté, c'est le droit de dire que deux et deux font quatre.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/07/2010
  • Modérateur depuis le 03/06/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 702 103
1 mois 0 14 0
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 283 207 76
1 mois 20 17 3
5 jours 0 0 0







Derniers commentaires

  • Par jullien (---.---.---.237) 27 mars 16:33

    Article intéressant sur un pays dont on parle peu alors que ce qu’il fait conditionne le destin du monde entier pour la seconde moitié de la décennie.

    Seul bémol : l’auteur n’insiste pas assez sur la démographie alors que c’est ce qui fait de la situation économique japonaise une situation désespérée. Si les « Abenomics » réussissent, il aura montré la solution aux problèmes européens ; si elles échouent, le Japon n’aura plus qu’une option et une seule (l’hyperinflation) pour éviter la faillite. Or, avec quelques années de décalage cela vaut aussi dans les grandes lignes pour l’Europe.

  • Par jullien (---.---.---.252) 26 mars 11:37

    La question 1°) est la plus facile : A bien sûr. Pour revenir à 65 millions d’habitants il faudrait ou bien un massacre ou bien perdre des provinces.
    Si on part du principe que l’hypothèse la plus conservatrice est la bonne :
    2°) ni l’une ni l’autre option car la France poursuivra son petit bonhomme de chemin
    3°) réponse A
    4°) sous condition qu’il n’y ait pas de suicide politique, les États-Unis sont toujours le n°1 mondial, la Chine toujours le n°2, le Japon et l’Europe ont été marginalisés, la Russie se bat pour sa survie nationale et les provinces musulmanes sont au bord de la sécession, l’Inde est en plein boom et probablement le n°3 mondial, le Nigéria, le Kenya et peut-être l’Ouganda sont devenus des pays émergents, le Brésil est le pays du futur et le restera toujours
    5°) B car aux raisons mentionnés par l’auteur j’ajoute les ravages de l’obésité
    6°) ni l’une ni l’autre car le phénomène continuera sur sa lancée

  • Par jullien (---.---.---.252) 25 mars 14:01

    by Discount Dragon" href="http://www.agoravox.fr/#">Dans Totem et Tabou, Freud évoque une hiérarchie évolutive des religions, primitivement animistes, puis polythéistes, puis monothéistes et pour finalement aboutir à l’athéisme.
    Freud a repris cet argument d’Auguste Comte. De plus, je crois comprendre que vous considérez Freud comme une référence importante : laissez-moi deviner, vous avez plus de quarante ans, en fait vous avez probablement entre cinquante et soixante-dix ans.

  • Par jullien (---.---.---.252) 25 mars 13:55

    Je suis certain que si Pascal avait eu ce point de vue de départ, ce panorama des religions, il n’aurait pas formulé son pari de la même manière. Sans me comparer à son génie, en réfléchissant à cette question, j’en suis arrivé à mettre en exergue de mon raisonnement le paradoxe logique suivant, même si on laisse de côté les cultes éteins et qu’on ne garde que les principales religions majoritaires, elles se contredisent à la fois dans la nature du divin, dans la vie après la mort, dans la liturgie et même dans le type de vie que l’on doit mener.

    Il avait sûrement une très bonne connaissance de la religion gréco-romaine comme tous les lettrés de son temps (au XVIIème siècle le latin et le grec ancien faisaient partie de l’éducation supérieure). Lui qui prit ouvertement parti contre l’autorité des Anciens en matière scientifique n’était manifestement pas impressionné par elle. Lui auriez-vous répondu par l’argument ci-dessus (« elles se contredisent... ») qu’il aurait répondu en citant de nombreuses histoires de la mythologie gréco-romaine pour vous faire voir leur ridicule puis en s’inspirant ou en citant Cicéron et quelques autres philosophes antiques il vous aurait expliqué qu’il faut se conduire par la raison et écarter les superstitions. Vôtre admiration pour la civilisation égyptienne l’aurait sans doute fait rire sous cape car de son temps on se souvenait surtout de l’Égypte comme du pays des magiciens (l’alchimie tire son origine lointaine de ce qui restait de la religion égyptienne antique).

    J’ajoute qu’apparemment une petite partie de l’apologie de la religion chrétienne qu’il méditait (les fameuses Pensées étant le « brouillon » laissé inachevé par sa mort) aurait été consacrée à la réfutation de l’Islam déjà bien connu par les Européens au XVIIème siècle .

    Ce qui m’amène à faire remarquer que vous ne comprenez pas manifestement rien à ce sentiment qu’on appelle la foi : Pascal ne doutait pas de la vérité du christianisme et avait une confiance absolue en sa religion.

  • Par jullien (---.---.---.252) 25 mars 13:27

    J’ai toujours été surpris par le pari de Pascal, non pas par sa formulation qui finalement est celle d’un croyant incertain
    Pas du tout : Pascal lui-même déjà converti par la « nuit de feu »cherchait en fait à convaincre les personnes ayant le goût du jeu que « jouer » sur l’existence de Dieu est un pari sûr où il n’y a rien à perdre mais tout à gagner. Mais il est vrai que l’Education Nationale a toujours été embarrassé par ce qui est après un argument en faveur du christianisme.



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Une histoire et un bilan du concile Vatican II (2) : le choc de 1848




Palmarès