• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

kenotix

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • kenotix 16 janvier 2008 10:12

     Erreur de ma part ! L’article n’accuse pas Ratzinger d’avoir rédigé le document mais d’en avoir suivi l’application ! Cela invalide donc ma première critique. Par contre, la seconde reste tout à fait valide.

     

    Kenotix


  • kenotix 16 janvier 2008 10:08

     Le sérieux de l’article me laisse un peu perplexe. J. Ratzinger serait à l’origine d’un document écrit en 1962 ayant pour but de faire taire les victimes de crimes sexuels commis par des membres du clergé. au delà de l’interprétation fallacieuse donnée à ce document, je ferai simplement remarquer qu’à cette époque J. Ratzinger n’était pas au Vatican mais professeur de théologie en Allemagne (cf. son autobiographie, Ma vie, Paris, Ed. fayard, 1998, p. 112-113). Il n’est arrivé au Vatican qu’en 1981. Il aurait donc tout au plus confirmé la validité de ce document, mais en aucun cas il aurait pu écrire celui-ci. Son activité en 1962 n’avait rien à voir avec la promulgation du texte montré du doigt par notre "journaliste".

    De plus, je soulignerais que la finalité du texte incriminé est de permettre à une procédure judiciaire de se dérouler sans que celui qui est soupçonné puisse bénéficier de la présomption d’innocence. Qu’un prêtre fasse une proposition sexuelle à une personne (quelque soit son âge) est un délit gravissime dans le droit de l’Eglise catholique sanctionné par la peine maximum : l’excommunication. Dans cette perspective, l’Eglise a le souci que le droit de la défense soit aussi respecté, ce qui implique la discrétion sur le délit tant que celui-ci n’est pas jugé. Nous savons tous combien une réputation peut être ruinée facilement sur la base d’accusations diffamatoires. Calomnier, il en restera toujours quelque chose. Il est faux d’écrire que ce texte a été pensé en vue d’étouffer des crimes de pédophilie. Les réactions vis-à-vis de ce texte illustre simplement la haine ambiante contre l’Eglise catholique, institution faisant l’objet de nombreuses rancoeurs et fantasmes. La pédophilie étant devenu Le Crime par excellence, cette arme est utilisée contre cette institution afin d’en ruiner la réputation. Il n’y a pas de raison pour que la personne accusée de pédophilie, prêtre ou non, ne bénéficie pas de la présomption d’innocence et que la discrétion la plus grande soit exigée sous peine de sanction.

    respectueusement

    Kenotix







Palmarès