• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

knilhcs

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 09/04/2009
  • Modérateur depuis le 08/05/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 10 42
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires


  • knilhcs 9 mai 2009 09:27

    A ceux qui croient que cet article est de la « propagande » je voudrais répondre ceci :


    1) il a été écrit il y a déjà 4 semaines. Depuis la situation s’est considérablement aggravée.

    2) en effet, le mouvement des enseignants-chercheurs a pris une tournure bien plus désastreuse que prévue à cause de son incapacité à changer de tactique, à admettre la défaite.

    3) cette tournure se caractérise d’abord par le fait que la sympathie très relative des débuts est en train de tourner au vinaigre. Le mouvement est en train de devenir impopulaire à cause de son caractère antipopulaire.

    4) ensuite elle se caractérise depuis qq semaines par le passage d’une tactique de PRESSION à une tactique de DESTRUCTION. L’objectif avoué de certains CNUistes est de rendre la rentrée universitaire prochaine DESASTREUSE VOIRE INSURMONTABLE.

    5) On est entré dans la phase destructive dans la mesure où certaines facultés VONT FERMER sans rattrapage. Et même s’il y a rattrapage, les étudiants ne reviendront pas : ils ont quitté leur studio, etc, etc.

    6) Par ailleurs, le choix d’une partie de la direction de la CNU consistant à FAIRE PERDRE UNE ANNÉE à des dizaines de milliers d’étudiants, se traduit déjà par une chute brutale du nombre d’étudiants l’an prochain (entre 25 et 50%). Ce qui, à son tour, VA PROVOQUER UNE CHUTE BRUTALE DES HEURES DES CHARGÉS DE COURS ET DU NOMBRE DE POSTES DE CERTAINES FACULTÉS.

    7) Cette destruction-perte d’une année d’études vers laquelle s’acheminent les facs bloquées se traduit, pour des dizaines de milliers d’étudiants par une perte financière nette de milliers d’euros par individu. Soit le coût d’études privées sur une, deux ou trois années.

    8) Cette situation VA SE TRADUIRE PAR DES PLAINTES MASSIVES en justice réclamant des dédommagements à l’Université. Ce sera UNE des conséquences inédites de ce conflit. La justice pourra obliger l’Université à rendre des comptes.

    9) Ce processus auto-destructeur est dû fondamentalement à la tactique absurde des grévistes enseignants qui ont utilisé les étudiants pour GONFLER le mouvement. Cette illusion devient aujourd’hui un BOULET qui retourne le mouvement CONTRE le peuple.

    10) La CNU insiste sur la « responsabilité » du gouvernement quant aux conséquences de la crise : cela traduit la dépendance psychologique infantile d’un mouvement qui n’assume pas ses PROPRES CHOIX TACTIQUES. Le gouvernement n’oblige pas les enseignants mobilisés à stopper les cours ou à bloquer les notes. Ces moyens de lutte sont MALSAINS

    11) La politique de l’autruche de certains Présidents (laisser les bloqueurs bloquer) ne pourra pas durer : ils seront obligés de déloger et de FERMER les facs. Dans cette perspective, une situation critique émerge : les chargés de cours ne seront pas payés.

    12) Mais par ailleurs, un autre problème apparaît : les enseignants bloqueurs vont essayer de faire croire que leur participation à la mobilisation VAUT COURS ET DONC SALAIRE ET HEURES SUPPLÉMENTAIRES. Dans le même temps, dans certaines facs, ils poussent les étudiants qui bloquent à empêcher les cours des autres enseignants... Le côté malsain est tel que ce sont les enseignants « grévistes » qui diront, à la fin, « C’EST NOUS QUI avons fait cours ».........

    13) Voilà où en arrive quand on ne sait pas assumer ses choix. Il est malheureux, enfin, de voir que les nombreux professeurs qui sont contre cette autodestruction de l’université, n’ont pas le courage de s’exprimer librement.

  • knilhcs 18 avril 2009 16:41

    Radix
    il me semble que vous confondez organisation et appareil. On pourrait vous citer des millions d’organisations, y compris universitaires, qui ne fonctionnent pas comme ça. Sans aller plus loin, ce site ne fonctionne pas comme ça.


  • knilhcs 18 avril 2009 09:54

    Marianne


    ce n’est pas le but d’arrêter la ronde.
    Vous voyez bien que peu de chose a été fait pour arrêter le mouvement qui s’arrêtera de lui-même, au plus tard en juin, espérons-le sans trop de retour de bâton de la part des étudiants lésés.

    Face au mouvement universitaire, je crois qu’on peut dire objectivement que la tolérance a dépassé tout ce que l’on aurait pu attendre dans n’importe quel autre pays. Les autorités d’Etat et d’Université ont laissé se produire une longue interruption des cours sans conséquence de salaire pour les enseignants, et les étudiants qui le peuvent ont décidé d’aller étudier ailleurs ou de faire autre chose sans porter plainte. 

    Le discours selon lequel le mouvement est réprimé ou ignoré ne tient pas la route. Si la presse avait fouillé dans cette affaire, le mouvement serait devenu rapidement impopulaire, notamment à cause du versement des salaires pendant la « grève » et de l’absence de mobilisation réelle dans les campus.

    On aimerait voir autant d’OBSTINATION notamment de la part des PROFESSEURS quand il s’agit de servir les étudiants et de tenir compte de leur avenir en changeant et en ouvrant l’Université.

    Je vous rappelle aussi que le constat du déclin du mouvement est fait par la CNU elle-même qui expliquait récemment en interne que la plupart des enseignants-chercheurs avaient cessé leur engagement du fait de l’extension fourre-tout des revendications pour maintenir la « base étudiante » mobilisée.. Notez aussi le pactole des PROFESSEURS et la rage des MAITRES DE CONF...



  • knilhcs 17 avril 2009 20:36

    Et j’ajoute ceci : aujourd’hui, dans des facs « radicalisées » pas plus de 10 % des profs décident pour le reste. 


    Le pourcentage est inférieur quand il s’agit de réunions pédagogiques traitant de l’organisation et du contenu des cours... 

    alors : que font-ils ? ... 

  • knilhcs 17 avril 2009 20:13

    Sinon Neozenith


    ils n’ont pas de choses très importantes à faire : simplement ils ne veulent pas faire ça. Vous savez : sortir avec sa copine et l’embrasser au bord d’un canal peut être plus important et intéressant qu’une assemblée déjà réglée où on se grille si on ouvre son bec. 

    Vous me direz que ce n’est pas très politique : mais la VIE est au-dessus de tout, y compris de la mauvaise politique. Et si l’on comprenait ça, l’humanité ferait un gros progrès.






Palmarès



Agoravox.tv