• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

koanzench

koanzench

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 51 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • koanzench koanzench 10 mars 2010 15:04

    Les enfants adoptés venaient d’Éthiopie. Très vite, leurs parents adoptifs s’étaient sentis dépassés. Jusqu’à l’abandon. Le couple était poursuivi, hier, à Nantes, pour soustraction à ses obligations légales.

    Les mots du procureur de Nantes sonnent comme une gifle : « Ils resteront parents de ces enfants qu’ils le veulent ou non, jusqu’au bout de leur vie ». Mais ils ne veulent plus. La mère, enseignante en collège, le père, administrateur de société, refusent tout contact avec leurs deux garçons, aujourd’hui sur le banc des victimes.

    Lire la suite



  • koanzench koanzench 18 février 2010 09:39

    L’adoption n’est pas une action humanitaire d’urgence

    - Texte rédigé par deux médecins français (Dr Pierre Lévy-Soussan & Mme Sophie Marinopoulos) ayant accompagné une convoi d’enfants adoptés en provenance d’Haïti et ayant transité par la Guadeloupe.
    - Témoignage du Dr Monique Bydlowski.
    Le transport des enfants haïtiens en cours d’adoption par des parents français
    - Communiqué de presse. 
    Enfants d’Haïti et adoption : du sauvetage au désastre.
    Par Sophie Marinopoulos et Pierre Lévy-Soussan
    ...
    Pendant que nous imaginons être des sauveteurs d’enfants, le monde nous regarde agir, juge nos passages à l’acte et fera le bilan. Les plus graves conséquences seront subies par les enfants et leurs familles et les années à venir révéleront des échecs d’adoption que nous avons fabriqués de toutes pièces. La « livraison » des enfants d’Haïti va laisser de lourdes traces dans l’histoire de l’adoptioninternationale en France.


    [Via le blog de Bernard BOETON, Chronique d’Abrincate]


  • koanzench koanzench 17 février 2010 21:21
    L’adoption n’est pas une action humanitaire d’urgence

    - Texte rédigé par deux médecins français (Dr Pierre Lévy-Soussan & Mme Sophie Marinopoulos) ayant accompagné une convoi d’enfants adoptés en provenance d’Haïti et ayant transité par la Guadeloupe.
    - Témoignage du Dr Monique Bydlowski.
    Le transport des enfants haïtiens en cours d’adoption par des parents français
    - Communiqué de presse. 
    Enfants d’Haïti et adoption : du sauvetage au désastre.
    Par Sophie Marinopoulos et Pierre Lévy-Soussan
    ...
    Pendant que nous imaginons être des sauveteurs d’enfants, le monde nous regarde agir, juge nos passages à l’acte et fera le bilan. Les plus graves conséquences seront subies par les enfants et leurs familles et les années à venir révéleront des échecs d’adoption que nous avons fabriqués de toutes pièces. La « livraison » des enfants d’Haïti va laisser de lourdes traces dans l’histoire de l’adoption internationale en France.


    [Via le blog de Bernard BOETON, Chronique d’Abrincate]



  • koanzench koanzench 16 février 2010 13:29

    Haïti : des voix mettent en garde contre les adoptions en urgence

    PARIS - Des pédopsychiatres et des associations impliqués dans le processus d’adoption mettent à nouveau en garde contre « les déplacements en urgence » des orphelins haïtiens et le risque de traumatisme potentiel que cela engendre pour eux et leurs familles adoptantes.

    Cette mise en garde intervient à deux jours du déplacement à Haïti mercredi du président Nicolas Sarkozy, qui doit faire le point sur les efforts engagés pour la reconstruction du pays, après le séisme du 12 janvier qui a fait 217.000 morts.

    A ce jour, 371 enfants haïtiens dont les parents ont obtenu un jugement d’adoption sont arrivés en France depuis le séisme, selon le ministère des Affaires étrangères.

    Alors que certaines associations demandent la mise en place rapide d’une commission franco-haïtienne pour faciliter ou accélérer les procédures, trois médecins spécialistes ont écrit à l’ambassadeur français des droits de l’Homme François Zimeray pour souligner au contraire que les adoptions d’urgence « ont des effets traumatiques sur les enfants et sur les familles ».

    « Elles compromettent le processus adoptif, mais aussi l’avenir psychologique des enfants, et au pire, peuvent conduire à une maltraitance physique et psychique de l’enfant », écrivent Pierre Lévy-Soussan, psychiatre, psychanalyste, Sophie Marinopoulos, psychologue, psychanalyste et Maurice Berger, chef de service associé en pédopsychiatrie dans une lettre dont l’AFP a obtenu copie.

    « Du côté des 326 enfants (haïtiens) arrivés à ce jour, une désorganisation psychologique chez plus de 85% a été observée par les cellules d’urgence médico-psychiatriques », écrivent-ils dans leur lettre datée du 6 février.

    « La chronologie des troubles, qui n’existaient pas avant le départ d’Haïti, permet d’évoquer une cause traumatique aigue, précoce, liée au déplacement dans l’urgence des enfants, sans aucune préparation psychique », ajoutent les signataires.

    « Ces états traumatiques ne sont pas liés directement aux conséquences du séisme ni aux conditions de vie après. De tels états ne sont presque jamais observés avec une telle intensité ou sur un aussi grand nombre d’enfants dans les suites d’une catastrophe naturelle », concluent-ils.

    « Il aurait fallu ralentir à l’extrême les procédures d’adoption au lieu de les accélérer » , a précisé lundi à l’AFP le docteur Lévy-Soussan, qui a assisté la semaine dernière à l’arrivée d’un nouveau groupe d’orphelins haïtiens à l’aéroport d’Orly et qui rappelle que seuls 15% des parents adoptifs avaient vu leur enfant auparavant.

    Un autre pédopsychiatre, Bernard Golse, tout en se réjouissant « que ces adoptions aient pu être menées à bien », a mis lui aussi en garde le 10 février dans Libération.

    « Quitter Haïti en catastrophe pour être accueilli par sa future famille d’adoption à l’autre bout du monde pose encore davantage de problèmes et ce même en cas de +dossiers finalisés+ », a-t-il écrit.

    Enfin la section française de Défense des enfants international (Dei), qui avait déjà appelé le 19 janvier « tous les acteurs à ne pas se laisser guider par la seule émotion », demande de nouveau « une très très grande vigilance », notamment « vis-à-vis de la pression croissante des familles adoptantes », et rappelle le respect nécessaire des règles internationales.

    (©AFP / 15 février 2010 18h06) Romandie.com



  • koanzench koanzench 16 février 2010 09:30
    L’association Pétales France communique : 

    « Sauvons les enfants de Haïti… mais l’adoption n’est pas nécessairement la solution ! »



    ... ..., au-delà de l’émotion suscitée par une telle catastrophe, nous approuvons la prudence car, non, sauver un enfant ne passe pas forcément par l’adoption. Forte de son expérience auprès de nombreuses familles, PETALES France peut témoigner que le fait de quitter son pays de naissance peut être vécu comme un traumatisme par un enfant.

    ... ...

    La suite sur le site Enfance & Familles d’Adoption
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès