• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Korrigane

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Korrigane 29 juillet 2007 09:48

    Je suis née à Quiberon, j’ai grandi sur port Haliguen, sur le vieux Port. Tous les matins au réveil je jetais un oeil depuis mon lit sur le niveau de l’eau dans le vieux port, pour savoir grâce à la marée si je n’étais pas en retard pour aller à l’école...

    J’ai du partir à 18 ans pour mes études, puis pour travailler, j’espère un jour revenir dans ma Bretagne.

    Aaaah la question des parisiens...

    Les fameux « parigots »...

    En fait, force est de constater qu’être « Parigot » est tout un état d’esprit, c’est plus que d’être un habitant de Paris venant passer ses vacances sur notre presqu’île.

    Il est des vacanciers de ce style qui savent respecter la presqu’île, qu’il s’agisse de sa nature ou de ses habitants, et surtout de son authenticité. Qui savent respecter la vie des uns et des autres, qui savent ne pas arriver avec leurs grosses chaussures de parisiens et se payer tous les droits à grands coups de billets.

    Ceux-là ne méritent pas d’être affublés du sobriquet de « parisiens », quand bien même ils viendraient de Paris.

    Malheureusement, pour la majorité des touristes, ce n’est pas le cas. Qu’ils viennent de Paris ou pas, d’ailleurs, même si beaucoup descendent de la capitale, pour tous, le nom de « Parisiens » a pris beaucoup de connotations indépendantes de l’origine.

    Ma mère est née dans notre maison, sur Port Haliguen, et notre arrière-grand-mère y vivait. Un jour, ma mère expliqua à un touriste venu admirer ses tableaux, qu’il devenait de plus en plus difficile aux Quiberonnais de garder leurs maisons, en raison de l’inflation de l’immobilier sur la presqu’île.

    Savez vous ce que ce « parisien » a répondu ?

    « Les Quiberonnais n’ont qu’à louer leurs maisons à des vacanciers et retraités de la capitale et aller vivre ailleurs. Ils reviendront en profiter lorsqu’ils seront à la retraite ».

    Voici le niveau de respect des Parisiens. Dehors les Quiberonnais, laissez la place à ceux qui ont l’argent ! Laissez nous faire de Quiberon un mouroir pour les vieux cons de France et de Navarre !

    Mon oncle est mort juste avant sa retraite, d’un cancer. Il ne sera jamais revenu vivre chez nous.

    Que dire encore de ces « parisiens » qui ont exigé que l’on fasse taire « la vache », cette bouée qui sifflait sur l’Océan les nuits de tempête ? Elle faisait partie de notre vie et nous l’aimions tous, mais elle gênait le sommeil de quelques touriste bourrés 10 mois par ans de calmants, prozac et valium.

    Que dire également de ces touristes qui portent plainte contre le bruit des voiliers dans le port, les nuits de grands vents ? J’ai vécu 18 ans à entendre sonner les coques, siffler les mats, claquer les drisses, vibrer les bouts, et j’ai aimé cette musique qui me berçait, la vraie musique du Port, celle que nul n’invente sauf le vent et la mer.

    Et ils osent dire qu’ils viennent chez nous pour le charme de la presqu’île ? Qu’ils achètent un DVD et le regardent confortablement assis dans leurs salons parisiens ! Ils sont incapables d’entendre, incapable d’écouter, incapables de regarder.

    Et ces touristes qui se plaignent de l’aérodrome, qui est pourtant une part de l’histoire de notre presqu’île ?

    Et ceux là encore qui remplissent les ports de voiliers qui ne naviguent jamais, et qui leur servent juste à prendre un apéro au port pour épater les amis Parisiens avec un beau Bénéteau à 100 000 euros ? Leurs écoutes brûlent au soleil sans jamais glisser, les voiles se flétrissent sans jamais claquer au vent.

    Pendant ce temps, les Quiberonnais qui souhaiteraient un place pour leur voilier, et qui eux navigueraient, sont mis sur liste d’attente !

    Alors, vous qui aimez cette presqu’île et la Bretagne, essayez de comprendre pourquoi certains vous affublent, peut être injustement dans votre cas, mais si justement la plupart du temps, du sobriquet de « Parigot ».

    Alexandra

    naaalex@gmail.com







Palmarès