• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Lambda

Lambda

Un ex prof. de maths puis documentaliste en retraite de 63 ans (2007) de Dunkerque.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 5 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Lambda Lambda 3 décembre 2008 18:22

    (Le masculin neutre sera employé) LE PROBLEME, quel que soit le sujet abordé, on pourrait se demander pourquoi (à moins que ce soit l’inverse), ne serait-il pas celui des rôles des trois composantes principales du cerveau ? Si la théorie du cerveau triunique me semble personnellement coller à la réalité, si je l’utilise en permanence pour interpréter tous les événements concernant la présence dite humaine (quoique souvent « indigne »), M. Changeux (spécialiste en neurologie) n’en parle jamais. (Peut-être est-ce le résultat d’un conflit d’école de pensées). LE PROPOS EST SIMPLE. Peut-on utiliser correctement ou efficacement un appareil sophistiqué sans posséder le mode d’emploi et sans l’avoir assimilé ? TANT QUE L’HOMME NE SE CONNAÎTRA PAS (ce qui est différent de croire se connaître !), IL NE MAÎTRISERA PAS SES PULSIONS. Jusque maintenant, même si notre « NEOCORTEX » est opérationnel, entraîné, la plupart du temps, il tombe sous la dépendance des deux autres parties du cerveau : -le CERVEAU DES EMOTIONS qui est « ANALOGIQUE » et est chargé de la quête des plaisirs, des automatismes sociaux (pilotage automatique, habitudes, conditionnements, etc.) ; -le CERVEAU REPTILIEN qui veille à ma maintenance vitale avec l’instinct de survie ou de conservation (C’est le plus primitif … il est indispensable pour un animal) *** Seul le NEOCORTEX est « ANALYTIQUE », rationnel, imaginatif, CAPABLE d’anticiper, d’abstraire, de PRENDRE DU RECUL, de MAÎTRISER UNE SITATION ! * Si on ne peut contester que l’aventure scientifique repose uniquement sur le néocortex, que les arts et la littérature passent également par lui, celui-ci n’est-il pas dans le second cas réquisitionné par le cerveau des émotions et ne s’exprime-t-il pas sous l’effet d’une drogue émotionnelle ou sensorielle ? ! Quelles sont les implications des chefs- d’œuvres produits ? ! • Un dit humain qui cogne, manifestement, se laisse emporter par ses émotions. • Evidemment, si l’interlocuteur est une femme physiquement plus faible, la solution de facilité est tentante ! Elargissons ce PROBLEME qui est en train de nous mener vers la fin d’une ère (avant la fin du siècle). Notre civilisation s’est construite sur « la peur de la mort » puis, au Moyen-âge, sur « la peur de l’enfer ». Elle est passée par l’esclavage, les serfs « taillables et corvéables à merci », l’exploitation industrielle des homo sapiens par les homo sapiens. Après la disgrâce de l’Eglise insuffisamment performante, les « rationalistes » ne trouvèrent rien de plus intelligent que de symétriser les anciennes paraboles ! L’homme créé à l’image de Dieu se transforma en l’homme est un dieu en devenir. Et le paradis terrestre fut choisi comme l’objectif final des progrès scientifiques. La devise adoptée fut « TOUJOURS PLUS » vite, tous azimuts ! Les conséquences commencent aussi à t. p. apparaître non pas paradisiaques mais préoccupantes : pollutions, réchauffement, baisse de la biodiversité, début de la 6ième extinction de masse ! L’équation : « Nous ou la planète » est- elle mal posée ? Une régulation naturelle pourrait être la solution. (V. l’épidémie de la myxomatose qui se solda par : 10 % de lapins et lièvres survivants et immunisés… v. Internet). Une évaluation comparative récente de notre génome et de celui du chimpanzé ne vient-elle pas de révéler une différence inférieure à 2 % ? ! Ne serions-nous pas des sortes de bonobos boostés ? Ne suffit-il pas d’examiner les affiches publicitaires pour constater que très souvent l’article promu est accompagné par une silhouette féminine attirante ou par un accessoire symbolique ? ! L’observation de Freud concernant notre tendance à suivre le « principe de plaisir » (propre aux enfants) géré par le cerveau des émotions au détriment du « principe de réalité » en relation avec les analyses du néocortex, est-elle obsolète ? ! END ou CONCLUSION ! Si on s’inspirait de cette perspective, ne serait-il pas possible que l’adolescent dût tuer symboliquement son « Père » avant et pour devenir adulte, s’émanciper des anciennes structures, devenir autonome, mûrir ? ! Ne devrions-nous pas évacuer toutes les anciennes normes (injustes …), anciennes morales religieuses, etc., notamment la peur de la mort ? Un complément. Le dit homme, en fait l’homo sapiens (h. s.), n’est pas capable d’appréhender le moindre repère de la vie, à savoir : la notion de cycle ! D’où un destin sans équivoque. -Qui oserait affirmer qu’il ne s’est jamais rendu compte qu’il existait des jours et des nuits, des saisons, des mouvements quasiment réguliers dans l’Univers ? ! -Qui peut encore croire que les écosystèmes ne sont pas les seuls systèmes capables de gérer la perpétuation de la vie dans un milieu fermé ? ! -Que se passerait-il si la mort n’existait pas ? ! Si les légumes et animaux et nous- mêmes naissaient et se multipliaient sans jamais disparaître ? ! Si seulement les h. s. étaient immortels ? ! (Il me semble avoir lu il y a quelques années une estimation aboutissant à 80 milliards d’individus mais peu importe !). ET POURTANT ! ! ! * Quels que soient les interlocuteurs et leurs argumentations rationnelles, ne se cache-t-il pas en filigrane la recherche d’un chemin mystérieux ? L’imprégnation des stéréotypes et les conditionnements de l’éducation ne sont-ils pas omniprésents ? ! ** Aux quelques protestataires, la question qui tue ( !) : « Pourquoi les h. s n’ont-ils pas encore réussi à s’organiser pour que la dernière partie du cycle (la vieillesse et la mort) soit toujours la plus agréable possible ? ! Pourquoi l’euthanasie pose-t-elle problème ? ! Cette première partie n’est-elle pas suffisante ? ! Le diagnostic et le verdict sont-ils contestables ? ! « OSEZ » LA CONTRADICTION ! LA REFUTATION !


  • Lambda Lambda 3 septembre 2008 20:59

    -Il me semblait que le « néocortex » était « analytique » et donc ne pouvait pas être "égoïste" (cette caractéristique étant réservée au « cerveau des émotions » (limbique ou mammalien) chargé, entre autres, de la quête du plaisir ou bien-être de manière « analogique ».

     -Quant au « cerveau reptilien », dire qu’il est "primitif "signifie qu’il est le plus ancien, le cerveau de base sans lequel la vie ne pourrait se perpétuer.

     -Pourquoi utiliser le mot « tricher » ?

    Si on pose l’hypothèse qu’une décision est le produit de la conjugaison ou des influences des trois parties principales du cerveau (voire des quatre parties si on ajoute le rôle du plexus), l’individu(e), selon les développements ou les entraînements de ses divers neurones, selon ses manques, déséquilibres relatifs, la richesse de sa boîte de données accumulées …, favorisera plus ou moins l’une ou des composantes du cerveau.

     Plus concrètement, suite à une éducation nulle et un conditionnement négatif, l’homo sapiens n’a toujours pas été capable d’appréhender la réalité la plus concrète !

    De quoi est-il question ? !

    Le savez-vous ? !

    Permettez-moi d’en douter sinon vous n’auriez pas produit ce et ces textes !

    (Quant à moi, il y a longtemps que j’ai signalé l’imposture et déduit qu’il fallait laisser le temps au temps !)

    Si vous ne voyez toujours pas, voici un constat. Osez-me dire qu’il n’est pas objectif !

     

    SI LES HOMO SAPIENS ETAIENT DES « HOMMES VRAIS », ACTIVANT « TOUS AZIMUTS » LEUR NEOCORTEX, ne se seraient-ils pas aperçus :

     -1) que la marche de l’Univers épousait un mouvement quasi cyclique ? !

     -2) que seuls des écosystèmes étaient capables de gérer la perpétuité de la vie dans un milieu fermé ? !
     -3) que le processus optimal de complexification s’écartait des réparations récurrentes et optait pour les renouvellements améliorés ? !

     -4) Alors, ni aveugles, ni sourds, ni stupides (les auteurs de la saga chrétienne avaient décelé cette faiblesse mentale au point de la faire relever par le héros au ch. 13.13 de l’év. s. st.-Matt. ! ! ! ) n’auraient-ils pas saisi qu’un cycle comporte un début et une fin, une enfance et une vieillesse ? !

     

    5) L’une et l’autre allant de pair, ne les auraient-ils pas aménagées de manière que tout se déroulât toujours le plus agréablement possible ? ? ? ! ! !
    La vieillesse et la mort ne devraient-elles pas être honorées, privilégiées, c. à. d. toujours vécues "DIGNEMENT"et jamais dans la dégradation "humaine" ? ? ? ! ! !
    (Les mots "dignité" et "humaine" ne vont-ils pas de pair ? ! N’est-il pas préférable d’être un chien ayant une bonne maîtresse pour être assuré de partir dignement ? ? ? ! ! !

     6) MAIS, l’écart entre notre génome et de celui du chimpanzé n’est-il pas inférieur à

    2 % (voire 4 % d’après une autre vérification) ? !

    C. Q. F. D. Oui ? Non ? !

    *** A signaler que nous avons la chance exceptionnelle de vivre en direct une fin non pas de civilisation mais d’ère ! Vive la nouvelle ère !

     

     



  • Lambda Lambda 21 mai 2008 21:23

    La remarque sur le fonctionnement du cerveau me semble plus qu’intéressante !

     

    N’est-il pas préférable de connaître et d’avoir assimilé le mode d’emploi d’un appareil hyper complexe si on désire l’utiliser efficacement ?

    Est-ce précisément le cas du cerveau ? !

     

    A QUOI SERT-IL DE RAISONNER SANS SE PREOCCUPER AU PREALABLE DE LA VALEUR DES REFERENTIELS (soi-disant) CHOISIS ? !

     

     

    Expérimentons en posant des questions aux interlocuteurs ! (Le masculin neutre sera la règle adoptée)

    Qui parle des rôles fondamentaux du cerveau reptilien, du cerveau des émotions (ou mammalien ou limbique), du néocortex ?

    Ce matin, à cette question adressée à un commercial (ayant débuté des études d’ingénieur), il me fut répondu : l’hémisphère gauche, droit, le cortex.

     

    Une remarque.

    Le principe fondamental de la « Société de consommation » n’est-il pas l’exploitation « positive », tous azimuts, des manques, frustrations, mal-être, fantasmes ; la proposition de sources de plaisirs compensatoires s’estompant dès que consommés ; l’incitation à renouveler l’accès à ces impressions gratifiantes en achetant « toujours plus » (t. p.) d’autres produits t. p. sophistiqués et générateurs de t. p. de profits ? !

    Présenté autrement, ne sommes-nous pas invités à nous placer sous la dépendance du cerveau des émotions (au détriment du néocortex) ? !

     

    Aurait-elle intérêt -à court terme- à introduire l’enseignement de ces données de base dans l’éducation, dans les écoles primaires ? !

     

    Faute d’inciter les gens à la réflexion ; les orientant vers le « Toujours plus » en parfaite concordance avec le logo des rationalistes (une copie par symétrie de « L’Homme a été créé à l’image de Dieu » : « L’Homme est un dieu en devenir ») selon lequel il suffit de foncer vers le paradis terrestre ; alors qu’une évaluation comparative -elle scientifique- de notre génome et de celui du chimpanzé a révélé une différence inférieure à 2 % ; nous nous conduisons comme des bonobos boostés se prenant pour des chefs-d’œuvre de l’Univers ! ! !

    N’est-ce pas désopilant ? !

    A conseiller si vous souhaitiez reposer un instant les pieds sur Terre : la lecture du livre « Les arbres de l’évolution » de L. Nottale, J. Chaline, P. Grou que vous connaissez forcément (Ed. Hachette Sciences –littérature 2000) qui a eu un certain succès …

     

    Prenons-nous la peine de nous demander quelle partie du cerveau nous activons en priorité à tout moment de manière à ne pas nous faire balader « à l’insu de notre plein gré » comme un drogué … ? ! ! !

     

     

     

     


  • Lambda Lambda 19 mai 2008 21:48

    Bonjour,

    J’ai survolé les nombreux textes …mais suis resté sur ma position !

     

    Une précision incontournable concernant le problème des dimensions me semble négligée …

     

     On sait qu’une bactérie, qu’un crocodile (au cerveau reptilien), qu’un mammifère (au cerveau mammalien), non dotés d’un néocortex fonctionnel, n’ont aucune difficulté à vivre leur vie …

     

     Les rationalistes, férus de mathématique, ont démontré lors de leur cursus scolaire qu’un problème sans solution dans un espace vectoriel E de dimension " n " peut parfois être résolu dans un espace F incluant E et de dim " n+1 ".

     De même, une entité qui est structurée dans un espace de dim « n » ne peut avoir conscience de ce qui se passe dans un espace de dim « n+1 » ! ! !

     

     Dans ces conditions, décréter être des représentant(e)s de l’espèce de la plus grande dimension de l’Univers, ne devrait-il pas les mettre mal à l’aise ? ! Eh bien, non ! ! ! 

    .

     Ceci n’expliquerait-il pas largement cela ? ! ! !

     

     

     

      [1]

     

     

     

     

     


  • Lambda Lambda 15 mars 2008 21:25

     

    Monsieur,

    J’ai lu votre définition de l’esquisse d’une « approche systémique »,de la théorie des systèmes
    * Les rationalistes (souvent des matheux) savent (ils l’ont démontré !) que la conscience de l’existence d’un espace V de dimension « n+1 » est inaccessible, inconcevable, pour un esprit fonctionnant en dimension « n ».

      Ils commettent donc ouvertement et volontairement une escroquerie intellectuelle en décrétant qu’ils sont des représentants de l’espèce suprême de l’Univers (v. la néo parabole : « L’homme est un dieu en devenir »).

      [1]                                         

     * Ne sont- ils pas aussi à l’origine de l’addiction « T. p. » ?

      * Eux et les religieux, ne seraient- ils pas plus frères qu’ennemis ? !)

           *** Les gouvernements, après une modélisation et réduction abusives du monde vivant (sa mathématisation cartésienne et marchandisation), décidaient en fonction des « + » et des « - ». De plus en plus, ils n’auront plus d’autres possibilités que de choisir entre des « - » et des « - - ». Le début de la fin n’est-il pas déjà commencé, visible, depuis quelques années ? !

     

     







Palmarès