• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Lancelot

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Lancelot 23 octobre 2007 05:57

    LUDO A ECRIT : « Ce qui me choque, c’est qu’on essaye de dissocier l’engagement dans la résistance de Guy Moquet du fait qu’il était communiste... Mais c’est parce qu’il était communiste qu’il s’était engagé en résistance ! »

    > Eh bien non justement, le « contresens historique » n’est pas où on le croit. Guy Môquet était bien communiste, et il était bien résistant, mais il n’est pas devenu résistant parce qu’il était communiste. La preuve, c’est qu’il est un de ceux de la « première heure, » un des très rares résistants communistes à être entré en résistance AVANT la rupture du pacte germano-soviétique. Pour ceux qui connaissent un tant soit peu la nature de la résistance communiste (comme cela semble être votre cas, Ludo), cela veut tout dire.

    C’est bien pourquoi la position de Sarkozy sur ce point est on ne peut plus défendable.

    Soit-dit en passant, s’il y a eu de nombreux résistants communistes, il y a eu également de nombreux résistants « patriotes, » gaullistes ou autres, issus du centre, de la droite et de la gauche modérée. Et il y a eu des résistants issus du patronat.

    Mais en tout état de cause, si on peut prendre des crimes que les nazis ont pu comettre avec la complicité d’un patron (mais pas de la France pétainiste, le raccourci serait tentant mais faux, voir plus bas), et en faire des crimes commis par le patronat en général sous l’invitation des nazis, alors il faudra bien entendu me suivre lorsque je dirai que les crimes de Staline ont été en réalité commis par Karl Marx.

    Je fais exprès de vous choquer, rassurez-vous c’est volontaire. C’est juste pour vous montrer qu’une fois arrivé à un certain niveau, (ensemble) tout devient possible.

    A noter que l’article originel prend des raccourcis historiques à côté desquels les pires approximations d’un Sarko ou d’un Guaino feront aisément figure de démarche sérieuse d’historien. Voici ce que j’ai pu trouver sur un autre blog après environ 1 minute 30 de recherche google :

    "Le général [von Stülpnagel, nazi des forces d’occupation], qui a déjà fait exécuter 15 otages le mois précédent, choisit 27 noms sur une liste de 61 détenus du camp d’internement de Choisel-Châteaubriant.

    La liste lui a été fournie par les services du secrétaire d’État à l’Intérieur Pierre Pucheu, collaborateur du maréchal Pétain à Vichy. Pierre Pucheu lui-même aurait fait un pré-tri en sélectionnant les internés communistes jugés par lui « particulièrement dangereux » !

    Notons que Pierre Pucheu sera condamné à mort et fusillé à Alger le 26 octobre 1943 par le gouvernement provisoire du général de Gaulle, en raison de sa collaboration avec l’ennemi.

    Notons aussi que le maréchal Pétain, révulsé par l’affaire, propose d’aller lui-même se livrer en échange des otages mais il en est promptement dissuadé par son entourage. Il se contente de recommander aux Français de dénoncer les meurtriers et interdit aux préfets de participer dorénavant à l’établissement des listes d’otages." FIN DE CITATION

    Saluons les vertus de ce blogueur qui ne mélange pas les données historiques factuelles et les délires de ses opinions, ce sur quoi l’auteur de l’article originel et moi-même ferions bien de l’imiter, il faut bien le dire héhéhé... Puisqu’on parle de « vérité historique, » ayons au moins la décence de noter qu’elle est rarement conforme à nos convictions politiques, pas plus aux miennes qu’à celles des autres d’ailleurs.

    Enfin, tout ça pour dire qu’il est donc factuellement faux de prétendre que les allemands ne sont pas intervenus dans le choix des victimes. Si ce crime a bénéficié d’évidentes complicités françaises, il a bien eu pour commanditaire et pour exécutants des nazis. Ces simples vérité suffisent à faire s’effondrer l’argumentaire de l’article ci-dessus.

    Et pour finir, après l’histoire juste un petit peu de politique-fiction, histoire de rigoler un peu justement, et pas jaune cette fois. La gauche accuse Sarko de récupération, des profs refusent de lire la lettre de Môquet... Imaginons, imaginons seulement un instant que dans quelques semaines, notre président donne à lire aux enseignants une lettre écrite par un homme public notoirement ancré à droite. Alors, rebelotte ou pas ?

    Nos chers résistants à la politique sarkozienne devraient alors faire face à un dilemne fort amusant :

    1) se plier à la consigne et lire à leurs élèves une lettre dont le contenu est contraire à tous leurs principes. Y a pas à dire, y aurait vraiment de quoi regretter d’avoir fait le zouave avec la lettre de Môquet.

    ou bien

    2) apparaître au grand jour, non comme des gens qui défendent leurs convictions, mais comme des spécialistes de l’obstruction systématique.

    C’est vrai que l’ouverture est une tactique redoutable, d’ailleurs il n’y a qu’à voir comme Hollande est désemparé en ce moment...







Palmarès