• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Landry Okili

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 18 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Landry Okili 5 janvier 2008 03:46

    AgoraVox le média citoyen qui use et abuse de la censure lorsque le débat ne va pas dans le sens du politiquement correct. Pitrerie ! Une escroquerie intellectuelle de plus comme d’habitude. Vive la liberté d’expression.


  • Landry Okili 3 janvier 2008 12:18

    @Malraux

    Cher monsieur, je vois bien que vous êtes empétré dans vos contradictions. Je ne partage pas le point de vue de tous les ouvrages que je consulte pour me forger une opinion sur ces questions. La négrophobie des Montesquieu, Voltaire, Gobineau, De Gaulle, Lapouge, Cuvier, Mitterrand et autre Sarkozy, ne me dispense pas de pas lire ce qu’ils ont écrit au prétexte qu’ils n’aiment pas ou ont un mépris vicéral de l’homme noir. Lire Céline ferait de nous des antisémites ? Ou Marcel Aymé, des thuriferères du régime de Vichy ? Dans la liste des ouvrages que j’ai mis à votre disposition il y a des auteurs qui disent tout et n’importe quoi, blancs comme noirs. Dans un souci d’objectivité je suis obligé de les lire. J’ai lu (pas acheté) Pétré-Grenouilleau malgré sa prose révisionniste. Cela ne veut pas dire que j’adhère à son charabia. Je constate que vous avez un problème de dialectique. Cela se comprend d’ailleurs. Comme toujours, c’est un défaut bien occidental, vous parlez des questions que vous ne maîtrisez pas. Lorsqu’on ne sait pas, on lit, on écoute, on se renseigne pour apprendre. On ne déboule dans un débat qu’on ne connait qu’à travers la lobotomisation dont vous êtes l’objet. Je constate que vous ne repondez jamais aux critiques de fond que je vous oppose, vous faites la pirouette. Je vous démontre la méchancete viscérale de l’occident, je suis factuel. Sur quel autre continent au monde il y a eu autant de guerres que chez vous ? Faites un simple travail de recension. La violence est une valeur propre à vous. Regardez les pays qui détiennent le plus grand arsenal d’armes de destructions massives. Ce n’est un pas hasard. Ca peut s’expliquer d’ailleurs, vous avez vécu dans des conditions difficiles... un environnement très hostile ça pu développer un instinct de survi odieux. Ce sont des hypothèses de travail. Nous devons entreprendre des travaux de recherche sur cette violence qui vous est consubtentiel. Je ne dis pas que les autres peuples ne sont pas violents, ne caricaturez pas mes propos. Je dis seulement que chez l’homme blanc il y a un problème de fond plus que chez d’autres peuples, sur cette question. J’ai quelques fois la peine quand je vous vois agir. Vous avez un manque d’humanité instinctive que je vous essayez d’acquerir culturellement. Faites un travail d’introspection mon cher Malraux. Essayez des philosophies comme le Yoga ou le Boudhisme. Sinon cotoyez des africains, des asiatiques pour être moins imprégné par cette violence. Je ne me suis jamais vanté sur une supériorité noire. Votre bile sur Cheick Anta Diop est pathétique. Voici quelqu’un qui est vomi par l’intelligentsia française pour avoir démontré, démonté et dénoncé une idéologie d’infériorisation ontologique du noir. Tout un pan des cuistreries occidentales s’est éffrondré. Anta Diop était un scientifique. Un Savant. L’un des meilleurs qu’ait connu l’humanité. Dans 10 siècles on parlera encore de lui alors que beaucoup de charlatans que vous idéalisez auront sombré dans l’oubli le plus blanc. Chaque fois qu’on lui en a donné la possibilité, il a ridiculisé ses contradicteurs. Essayez d’obtenir les travaux du colloque du Caire de 1974 auprès de l’UNESCO. C’est un grand moment d’intelligence. Comment deux individus, Anta Diop et Obenga donnent une leçon sur l’égypte antique à la fine fleur de l’Egyptologie occidentale. C’est factuel, je ne fais dans l’idéologie comme vous. Vous pourrez aussi vous renseigner au Centre Pompidou sur une de ses conférences, ils doivent avoir des enregistrements vidéo, je crois. Pour vous dire que la haine de l’Université française envers Cheick Anta Diop découle des vérités historiques qu’il leur a assené. Je suis deçu que vous vehiculiez avec autant de légerté les frustrations et les poncifs de vos aînés. Essayez d’apprendre par vous même, sortez de ce carcan carceral que les élites françaises construisent autour de leur opinion publique. En somme arrêtez d’être un mouton de panurge, faites travailler votre iintelligence, soyez curieux. Essayez de regardez les choses sous un autre angle que celui qu’on vous impose. Sortez des discours officiels et convenus. Si les français avaient conscience de toutes les atrocités qu’on commet en leur nom, beaucoup en auraient honte et se révolteraient. Voyagez, pas au club med, mais dans la vraie vie des gens. Vous verrez, vous vomirez votre haine de l’autre et la violence qui l’accompagne. Je suis peiné par l’ignorance et l’obscurantisme qui sont les vôtres. Bon apprentissage.


  • Landry Okili 3 janvier 2008 00:10

    Cher monsieur, loin de moi l’idée d’avoir de la colère. Je vous dis simplement ce qui est. Je constate le manque d’objectivité manifeste que l’occident déploie pour ne pas assumer ses névroses destructrices. C’est quelques fois très dur... mais certaines vérités dérangent. Vous devriez me remercier d’éclairer votre lanterne sur les manipulations dont vous êtes l’objet depuis des siècles. Ce qui est de plus risible ou cruel, c’est selon, dans cet intérêt à agir ainsi, c’est que ça continue sous nos yeux en 2007. Les procédés se sont adaptés. On agit avec moins de grossièreté le plus souvent. Lorsqu’on est acculé, on reprend nos bonnes vieilles habitudes d’antan. La guerre en Irak en ait une des illustrations. Je vous vois venir : « mais la France était contre » ! Oui elle s’y opposée. Mais pas contre le principe de la guerre, plutôt contre la manière de procéder. Pour preuve elle a apporté son expertise en matière de torture à Guanetanamo (elle en sait un rayon là-dessus. Demandez aux africains et aux asiatiques). Elle coopère avec les américains pour kidnapper des gens qui sont supposé être des terroristes un peu partout dans le monde, et les parquer dans des prisons sécrètes... C’est tout à son honneur je suppose. Pour vous sortir de l’obscurantisme qui est le vôtre, je vous suggère une liste d’ouvrages que je parcoure pour m’informer sur les questions de la traite atlantique, de l’esclavage, de la colonisation et de la néocolonisation. Pour m’amuser, je vous donne ma liste et plus bas celle disponible sur Wikipedia. Ma liste : Abbé GREGOIRE : De la littérature des nègres ou Recherches sur leurs facultés intellectuelles, leurs qualités morales et leur littérature, Ed. Perrin, Paris, 1991 ABDERRAHMAN BEN ABDALLAH IMRAN BEN AMIR ES-SA DI : Tarkh es Soudan, Ed. Adrien-Maisonneuve, Paris, 1964 AMIN Samir : Le Développement Inégal, Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique Ed. De Minuit, Paris 1973 BARBARIN Georges : Le Secret de la Grande Pyramide, L’Enigme du Grand Sphinx, Ed. Adyar, Paris 1974 BEDAL Arnaud, BOULEAU Gilles, NICOLAS Bernard : L’ordre du Temple Solaire, les secrets d’une manipulation, Ed. Flammarion, 2000 BERLIA Georges : Cours de Grands problèmes contemporains. Cours de Licence, 4ème année, Les Cours de Droit, 1967-1968 BERNERT Philippe : SDECE : Service 7 : l’extraordinaire histoire du Colonel LEROY-FINVILLE et de ses clandestins, Ed. France Loisirs, 1981 CESAIRE Aimé : Discours sur le colonialisme, Ed. Présence Africaine, Paris 1955 CHAMPOLLION-FIGEAC : Egypte Ancienne, Collection L’Univers, 1839 CHEIKH ANTA DIOP : L’Afrique Noire Précoloniale, Ed. Présence Africaine, 1960 CHEIKH ANTA DIOP : Antériorité des Civilisations nègres, Mythes ou Vérité Historique ? Ed. Présence Africaine, Paris, 1967 CHEIKH ANTA DIOP : Les Fondements Economiques et Culturels d’un Etat Fédéral d’Afrique Noire, Ed. Présence Africaine, Paris, 1974 CHEIKH ANTA DIOP : Civilisation ou Barbarie, Ed. Présence Africaine, Paris 1981 CHEIKH ANTA DIOP : Alerte sous les Tropiques. Articles 1946-1960. Culture et Développement en Afrique Noire, Ed. Présence Africaine, Paris, 1990 COHEN William B. : Français et Africains. Les Noirs dans le regard des Blancs. 1530-1880, NRF, Ed. Gallimard, Paris 1981 COLARD D. : Les Relations Internationales de 1945 à nos jours, Paris, Masson, 1993 Comte de VOLNEY : Voyage en Syrie et en Egyptien in L’Abbé Grégoire, De la littérature des Nègres, Ed. Perrin 1990 CUOQ R.P. : Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du VIIème au XVIème siècle, Ed. Du C.N.R.S., Paris 1975 COUPLAND Reginald : Wilberforce, Ed. Collins CRITESCU A. in Le Droit à l’autodétermination : développement historique et actuel sur la base des instruments des Nations Unies, New-York, Nations-Unies, 1981 DAGET Serge : La traite des Noirs, Ed. Ouest-France université, 1990 DAVIDSON Basil : Mère Afrique, Ed. PUF, 1965 DESCHAMPS Hubert : Histoire de la Traite des Noirs, de l’Antiquité à nos jours de CHANTRANS Justin Girod : Voyages d’un Suisse dans les différentes colonies d’Amérique, Ed. Jules Tallandier, Paris, 1990 DELAFOSSE Maurice : Les Civilisations négro-africaines. DIAWARA FODE : Le manifeste de l’homme primitif, Ed. GRASSET, Paris, 1972 DUMONT Louis : L’idéologie allemande, Paris, Gallimard, 1963 EDEM KODJO : Et demain l’Afrique, Ed. Stock, 1985 FANON Frantz : Pour la révolution africaine, Ed. FM /Petite Collection Maspero, Paris 1969 FICHTE : Discours à la Nation allemande, Paris, Imprimerie Nationale, 1992 FOREST Philippe : Qu’est-ce-que la Nation ? Ed. Pierre BORDAS et Fils FOYER Jean : Problèmes de Droit International Privé entre la France et les Nouveaux Etats Africains d’Expression française, Travaux du Comité français de Droit International Privé, 1960-1962, Dalloz GARAUDY Roger : Appel aux Vivants, Ed. Seuil, Paris, 1979 GARAUDY Roger : Les Mythes fondateurs de la politique israélienne. Samizdat, 1996 GOBINEAU Arthur : Oeuvres, Paris, Gallimard, 1963 GOLBERRY : Fragment d’un voyage, T. II GOUTEUX Jean-Paul : Un génocide sans importance, la Françafrique au Rwanda, Ed. Tahin Party, 1997 GOUTEUX Jean-Paul : La Nuit Rwandaise. L’implication française dans le dernier génocide du siècle, Ed. L’esprit Frappeur, Paris 2002 GRIMAL Henri : La décolonisation 1919 - 1963, Ed. Armand Colin, Paris, 1965 HANKE Lewis : Colonisation et Conscience Chrétienne au XVIème siècle, Ed. Plon, 1957 HARDY Georges : Une enquête morale : l’enseignement en A.O.F., Armand COLIN, Paris HERSKOVITS Melville J. : L”Héritage du noir. Mythe et réalité, Ed. Présence Africaine, 1966 HOCHSCHILD Adam : Les fantômes du roi Léopold, un holocauste oublié, Ed. Belfond, 1998 HOPE FRANKLIN John : De l’esclavage à la liberté. Histoire des afro-américains. Ed. Caribéennes, JOUVE Edmond, in Le Droit des Peuples, Paris, P.U.F. 1986 KAY George : La Traite des Noirs, Ed. Robert Laffont, Paris, 1968 KHALDOUN Ibn : L’illusion de l’homme supérieur In L’Art de la Politique, Ed. Seghers, Paris, 1962 KOM Ambroise : Mongo Beti Parle, Interview, Bayreuth African Studies 54, 2002 KWAME NKRUMAH : Le Consciencisme, Ed. Présence Africaine KWAME NKRUMAH : Vers la Libération Nationale, le Néocolonialisme, Dernier Stade de l’Impérialisme. LASCELLES Edward : Granville SHARPE, Oxford University Press LAFFONT Robert : Les Mémoires de l’Afrique, Paris 1972, LEENHARDT Olivier : La catastrophe du Lac Nyos au Cameroun, des moeurs scientifiques et sociales, Ed. L’Harmattan, 1995. LERNER Gerda : De l’esclavage à la ségrégation, les femmes noires dans l’Amérique des Blancs, Ed. Denoël/Gonthier LEIRIS Michel : Cinq Etudes de d’Ethnologie, Ed. GAUTHIER LEWIS Bernard : Race et Couleur en pays d’Islam, Ed. PAYOT LYAUTEY Pierre : L’Empire colonial français, Ed. De France 1931 MAO TSE-TOUNG : Textes choisis, Pékin, 1972 MAUNY R. : Tableau Géographique de l’Ouest Africain au Moyen-Age d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, IFAN, Dakar 1961 MECKLIN M.J. : Démocraty and Race Friction a Studdy in Social Ethics, New-York 1914 MERTENS : Recueil des traités MUNGO PARK : Voyage à l’Intérieur de l’Afrique, Ed. FM/La Découverte, Paris, 1982 MORENAS Joseph Elzéar : Précis historique de la Traite des Noirs et de l’esclavage colonial, Ed.Slatki Reprints, Genève, 1978 MORET et DAVY : Des clans aux Empires, collection Evolution de l’Humanité, Ed. Albin Michel, Paris 1923. MUNGO PARK : Voyage dans l’intérieur de l’Afrique, Ed. FM La Découverte, Paris 1982 OBENGA Théophile : Pour une nouvelle Histoire, Ed. Présence Africaine, 1980 OBENGA Théophile : Cheikh Anta Diop, Volney et le Sphinx, Ed. Khepera, Présence Africaine. Paris 1996 PADMORE George : Panafricanisme ou Communisme, Ed. Présence Africaine, Paris 1960 PARK R.E. : The Conflict and Fusion of Cultures white Special Référence to the Negro, Journal of Negro History, 4 : 116, 1919. PEAN Pierre : Affaires Africaines, Ed. Fayard, 1983 PENOUIL Marc : Socio-économie du sous-développement, Ed. DALLOZ, 1979 PIGAFETTA Filippo et LOPES Duarte : Le Royaume du Congo et les contrées environnantes (1591), Ed. CHANDEIGNE / UNESCO, Paris 2002 PIRENNE : Les grands sommets de l’Histoire Universelle, Ed. Albin Michel, Paris, 1945. PLUMELLE-URIBE Rosa Amelia : La férocité blanche, des non-Blancs aux non-Aryens : Génocides occultés de 1492 à nos jours, Ed. Albin Michel, 2001 REUTER : The Mulatto in the United States, Boston, 1918 ROGERS J.A : Sex and Race, VI, New-York. ROUGELET Patrick : R.G., La machine à Scandales, Ed. Albin Michel, 1997. SCHMIT Carl : La notion de politique, SCHOELCHER Victor : Des colonies. Abolition immédiate de l’esclavage, 1842. SINE Babacar : Le Marxisme devant les Sociétés Africaines Contemporaines. SITBOB Michel : Un génocide sur la conscience, Ed. L’Esprit Frappeur, Paris, 1998. SPENCER : Introduction à la science sociale, 1875 THOMAS Louis-Vincent : L’Afrique anglophone orientale, centrale et méridionale, in Anthropologie régionale, Encyclopédie de la Pléiade, N.R.F. 1972 UNESCO : Le racisme devant la science, Ed. UNESCO/Gallimard VALERY Paul : Regards sur le monde actuel VAN SERTIMA Yvan : Ils y étaient avant Christophe Colomb, Ed. Flammarion, 1981 VERSCHAVE François-Xavier : La Françafrique, Le plus long scandale de la République, Ed. Stock, 1998 VERSCHAVE François-Xavier : France Afrique. Le crime continue, Ed. Tahin Party, 2000 VERSCHAVE François-Xavier : Noir silence. Qui arrêtera la Françafrique, Ed. Les arènes, 2000 VISSIERE Isabelle et Jean Louis : La Traite des Noirs au Siècle des Lumières (Témoignage de négriers), Ed. A.M. Métailié, 1982 WILFORD Francis : Asiatic Rescarches ZIEGLER Jean : Vive le pouvoir ! ou les délices de la raison d’Etat, Ed. Seuil, 1985

    Celle de Wikipedia : Jehan Mousnier, Journal de la traite des Noirs, Éditions de Paris, Paris, 1957. Théodore Canot, Les Aventures d’un négrier, éd. La Découvrance, Paris, 2004. Jean-Pierre Plasse, Journal de bord d’un négrier, éd. Les Mots et le Reste, Paris, 2005. Dieudonné Gnammankou, Abraham Hanibal, l’aïeul noir de Pouchkine, éd. Présence Africaine, Paris, 1996, ISBN 2-7087-0609-8. Olaudah Equiano, La Véridique Histoire par lui-même d’Olaudah Equiano, Africain, esclave aux Caraïbes, homme libre, Éditions caribéennes, Paris, 1987. Bernardin de Saint-Pierre, « Lettre sur les Noirs » dans Pajou Jean-Charles, Esclaves des îles françaises, Paris, Les éditeurs libres, 2006, ISBN 2-916399-01-1 Dominique Torrès, ESCLAVES - Deux cent millions d’esclaves aujourd’hui, Éditions Phébus (13 mai 2005) ISBN 2-7529-0085-6 Arnaud Raffard de Brienne, La désinformation autour de l’esclavage, collection l’Etoile du Berger, éditions Atelier Fol Fer, 2006 Jean Luc Angrand, Celeste ou le temps des Signares : Histoire des Signares de Gorée du 17e au 19e siècle Henri Bresc, L’Esclave dans le monde méditerranéen des XIVe et XVe siècles : problèmes politiques, religieux et moraux, in : XIII Congrés d’Història de la Corona d’Aragò (Palma de Mallorca, 27 setembre - 1 octubre 1987), t.4 : Ponències, Palma de Mallorca 1990, pp. 89-102. Henri Bresc, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicilie (1300-1450), 2 tomes, Rome/Palerme 1986. Malek Chebel, L’esclavage en terre d’islam : Un tabou bien gardé, [5], Fayard, septembre 2007, 496 pages, Serge Daget, La traite des Noirs, Ouest-France Université, 1990, ISBN 2-7373-0259-5 Robert C. Davis, Esclaves chrétiens. Maîtres musulmans. L’esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800), éd. Jacqueline Chambon, Paris, 2006 Christian Delacampagne, Une histoire de l’esclavage, Le Livre de Poche, 2002, ISBN 2253905933. Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Fabrice Le Goff, Atlas des esclavages - Traites, sociétés coloniales, abolitions de l’Antiquité à nos jours, Autrement, ISBN : 2-7467-0878-7 Claude Meillassoux, Anthroplogie de l’esclavage, le ventre de fer et d’argent, 1986, Paris, P.U.F., 375 p. Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières, Essai d’histoire globale, NRF Gallimard, 2004, ISBN 2-07-073499-4 Olivier Pétré-Grenouilleau, L’Argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement, Aubier, 1996, ISBN 2-7007-2279-5 Olivier Pétré-Grenouilleau, La Traite des noirs, Que sais-je ?, ASIN 2130484158 Orlando Patterson, Slavery and Social Death. A Comparative Study, Cambridge (MA)/London 1982, ISBN 0-674-81082-1 Arnaud Raffard de Brienne, La désinformation autour de l’esclavage, collection l’Étoile du Berger, éditions Atelier Fol’Fer, 2006 Éric Saugera, Bordeaux, port négrier. XVIIe-XIXe siècles, J&D - Karthala, 1995, ISBN 2-84127-042-4 Christiane Taubira, L’esclavage raconté à ma fille, Bibliophane - Daniel Radford, 2002, rééd. coll. « Bibliopoche », 2006, ISBN 2-86970-122-5 Charles Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, t.1 : Péninsule ibérique - France, Bruges 1955 ; t.2 : Italie - Colonies italiennes du Levant - Levant latin - Empire byzantin, Gand 1977.

    Bonne lecture


  • Landry Okili 2 janvier 2008 20:20

    Ne vous en déplaise cher Monsieur, il y a bien une barbarie blanche. Je le dis sans méchanceté aucune. Le système occidental s’est bâti sur la spoliation, la rapine et la destruction des autres peuples. Sortez de l’histoire officielle, nous avons une chance formidable avec internet pour trouver des documents auxquels nous n’aurions jamais eus accès. Prenez par exemple l’histoire de la deuxième guerre mondiale. Faites une bibliographie des plus exhaustives, vous verrez que le système vous prend pour des ânes. Je suis amusé quand quelqu’un va prendre un lien de Wikipedia comme preuve de la vente des Africains par leurs rois. C’est comme si on allait demander à l’OAS de conter la guerre d’Algérie, ou aux nazie d’écrire l’histoire de la deuxième guerre mondiale. Tous les enjeux de domination, qui sont l’apanage de l’occident, nécessitent qu’on traficote les faits à son avantage. L’occident n’a qu’une crainte, c’est le réveil des peuples à qui ils ont infligés les pires atrocités. Lorsque je parle de l’homme blanc, je parle du système, entendons-nous bien. Il s’est trouvé des blancs pour dénoncer l’incurie du système négrier, colonial et néocolonial... Malheureusement, ils ont toujours été une infime minorité. Le fait que des blancs n’aient pas participé à ces massacres ne les dédouane en aucun cas. Ils en tirent les bénéfices malgré tout. Rappelez-moi des actes de violences qu’auraient perpétré des africains en Europe, en Asie, en Amérique ou en Océanie. Qu’est-ce que les Tasmaniens ont fait aux anglais pour qu’ils les exterminent tous. Qu’est-ce que les Amérindiens ont fait aux Espagnols. Seuls les Arabes et les Occidentaux ont toujours eus des visées hégémoniques et destructrices hors de leur sphère géographique. Vous parlez de repentance... qui vous demande la repentance ? Ce que les descendants d’Africains déportés et les Africains demandent c’est juste qu’on relate ce qui s’est passé. Un point un trait. L’Afrique avait des grands centres de savoirs avant la traite négrière. Des bibliothèques. On n’y stockait pas des bandes audio mais des livres. Autre fantasme. L’oralité de l’Afrique date de la période des razzias négrières. Nous avons inventé l’écriture au cas où vous ne le saurez pas. Vous êtes tellement empêtré dans l’idéologie que vos ancêtres ont développée pour justifier l’esclavage que vous faites du psittacisme benêt. Votre lobotomisation est telle que le système se perpétue seul maintenant. Plus besoin d’encadrer la plèbe, elle est bien infectée. Il n’y a jamais eu de traite intra africaine ! C’est pur fantasme de barbares qui veulent se donner une bonne conscience à posteriori. Les Amérindiens pratiquaient aussi les génocides c’est pourquoi ils ont été génocidés, pendant qu’on y est. Dans 4 ou 5 siècles vous raconterez que les dictatures africaines que la France organise et porte à bout de bras étaient la volonté des peuples africains. Que les bataillons de militaires français qui y sont stationnés étaient là-bas à la demande des africains pour les aider à mourir de l’incurie de la françafrique. Tout ce que je peux vous dire en guise de conclusion, c’est que la décadence de l’occident est bien entamée. Les crispations qui se font jour autour des questions comme la traite atlantique et l’esclavage sont le signe d’une perte de contrôle totale. L’amertume de ne plus être le centre du monde vous effraie et chagrine au plus au point. C’est malheureusement l’ordre des choses. On nait, on grandit et on meure. La planète entière vit votre décadence dans l’indifférence. L’humanité contra enfin un peu de répit. La planète retrouvera son lustre d’antan. La couche d’ozone va se refermer bientôt !


  • Landry Okili 2 janvier 2008 01:39

    Le même article ometait sûrement d’appliquer le même raisonnement à l’holocauste je suppose. C’est ce qu’on appelle de l’idéologie. Les noirs sud-africains sont responsables d’avoir été bestialisés par des nazis soutenus par des sionnistes. A peine quelques mois après la fin de la seconde guerre mondiale... Franchement, il faut de temps en temps aller voir un psy.







Palmarès