• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le Chat Beauté

Le Chat Beauté

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Le Chat Beauté Le Chat Beauté 5 septembre 2007 08:50

    Ah, qu’il est bon de lire tel message de bon matin ! Comme cela m’en embellit le coeur et m’apporte une gaité non feinte.

    En effet, quelle autre réaction que le rire, face à cet amas d’immondices, de pédanteries, et même de clivage pur et simple entre les bons d’un côté, les respectueux, les bienséants, qui daignent vouvoyer à tout va toute personne et le l’irrespectueux, la « racaille », tel que j’ai pu le lire en d’autres lieux (et quand on sait combien d’encre a pu faire couler un emploi à mauvais escient de ce mot, on est en droit de se demander, une fois de plus, où trouver un tel amalgame, sidérant d’incohérence), le honteux sinistre qui ose tutoyer, cruel soit-il, assouvissant ainsi de basses pulsions grammaticales inavouables, l’Être qui daigne converser avec lui, sans même avoir pris connaissance du niveau social et de la caste d’icelui ?

    Trêve de pédanterie de ma part cette fois-ci ; Que la question du tutoiement ou du vouvoiement soit intéressante, certes ; moi-même me la pose souvent, tant sur internet que dans la vie réelle.

    Mais qu’elle vous obsède au point que cela en devienne un cheval de bataille, Que vous fassiez l’amalgame entre ce qui n’est au pire qu’une habitude, qu’un choix arbitraire sans aucune arrière-pensée négative, dans le seul but de faciliter la conversation ; et un acte de violence physique, de cruauté physique (allons y carrément, le viol, c’est de la cruauté pure, inutile d’y mettre de jolis mots), d’acte ignoble et immonde, causant tant de dommage physique que de traumatisme et de douleur psychique (les mots me manquent) ; Que vous en veniez à exposer carrément un clivage de classes sociales interdisant certaines pratiques, en raison du haut rang de certains et de la médiocrité d’autres (« qu’une illustre inconnue osât tutoyer une sommité politique ») ; tout ceci est, au mieux, pathétique ; au pire, révoltant ; pour ma part, le seul mot qui me vient à l’esprit étant trop grossier pour que votre éminent esprit sache l’interpréter sans jeter son gant blanc, j’y préférerai « minable », voire « pitoyable ».

    J’ai moi-même, en mon for intérieur, des questions qui me hantent, dont la plus récente en date reste celle du questionnement, justement (entre le « qu’est ce que » assez laid, la forme directe « tu fais quoi » ou la forme que l’on m’a apprise « que fais tu » en primaire). Soit. Je ne viens pas en faire un tel étalage. C’est, au mieux, un sujet anecdotique que je pourrais partager, comme ça, en passant, pour tuer le temps. Il ne me viendrais pas à l’idée que la face du monde puisse en être changée ; qu’il me faille exposer au grand jour, au vu et au su de tout le monde, cette lubie qui n’a d’ailleurs jamais viré à l’obsession en ce qui me concerne.

    Ôtez vous donc de l’esprit cette malsaine obsession, et si vous estimez que l’on ne vous traite pas avec tout le respect qui vous est dû de par votre rang ou classe sociale sur le web, alors, allez-vous en. C’est nous que vous ne respectez pas.

    Je ne vous salue pas.







Palmarès