• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

le vrai dilettante

Je suis modeste.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 40 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • le vrai dilettante 11 octobre 2007 11:08

    Ca vous apprendra à passer par Paris. C’est là où ils se concentrent tous, nos amis policiers, pour faire du zèle. Pour revenir de l’étranger, d’Asie et notamment de Chine, l’idéal est de passer par l’Allemagne (Lufthansa est une bonne compagnie très compétitive et avec un service excellent) et d’arriver sur Marseille. Tant pis pour les parisiens.



  • le vrai dilettante 11 septembre 2007 11:38

    Comme d’habitude vous tirez des conclusions hâtives de l’actualité récente et vous dressez des parallèles incohérents en comparant chats et chiens... Non, malgré la crise actuelle, la Belgique n’a pas encore éclaté (pourtant vous ne le souhaitez pas, pourquoi le prévoir ?), et si même elle éclatait rien n’indiquerait pas un échec : ce serait au contraire un retour à la détermination des peuples en dehors des carcans nationaux que le XIXe et le XXe siècles ont essayé de leur imposer.

    « Oui, il y a à gauche, à droite et ailleurs des personnes qui aiment passionnément la diversité des nations, des cultures et des langues, condition selon eux de l’harmonie entre les Hommes, et qui par conséquent ne se résolvent pas à l’uniformisation, à la marchandisation, à la tribalisation ni à la dépolitisation du monde. »

    Vous délirez, en France la nation n’a jamais été le garant ni de la diversité, ni des cultures, ni des langues, mais bien au contraire un outil de centralisation et d’uniformisation des régions... A qui voulez-vous faire gober ça ?



  • dilettante 6 septembre 2007 12:52

    Cher M. Vassé,

    Mon « long » passage sur les JO (plutôt court) a un rapport avec votre sujet sur l’indépendance de Taiwan même s’il n’a pas de rapport direct avec votre article : Le PPD a évoqué ce projet de rédaction d’une déclaration d’indépendance depuis le premier mandat de Chen tout en définissant le moment adéquat pour une telle déclaration pendant les JO de Pékin, en vertu de la trève traditionnelle. A voir les difficultés que fait le gouvernement taiwanais pour la Flamme olympique de ces mêmes JO qui ne devrait traverser l’île qu’avant Hong Kong et pas après, il y a de quoi se faire du souci... Mais cela reste une donnée centrale pour le gouvernement taiwanais qui estime que les JO en Chine sont une garantie de non-agression. A voir s’il a raison.

    Habitant actuellement en Chine, si les inégalités sont en effet de plus en plus criardes et que les paysans se révoltent dans les campagnes (ils sont d’ailleurs durement réprimés), la révolution est loin de gronder. Les Chinois, pragmatiques, sont beaucoup plus occupés à essayer de gagner de l’argent par toutes sortes d’arnaques qu’à se lancer dans une tentative de révolution qui serait rapidement avortée car non suivie et ne ferait qu’attirer la rancoeur du gouvernement sur soi et sa famille... ce qui n’est pas souhaitable.

    Si le destin de la Chine décidera effectivement du destin de Taiwan comme vous le reconnaissez, je ne crois vraiment pas l’indépendance de l’île inéluctable, bien au contraire. Si c’est une position rêvée de certains cadres du PPD, ce n’est pas du tout, ni maintenant ni demain, la ligne du Kuomintang (KMT) pour qui la Chine reste la maison, ces leaders-là étant stoppés dans leur volonté de réunification uniquement par les politiques autocratiques de la Chine, dont ils apprécient et envient le développement économique.

    Honnêtement, à mon humble avis, la démocratie s’installant en Chine ce n’est pas pour demain... Cela ne peut pas venir de l’extérieur, et les esprits sont loin d’être prêts à ce que cela vienne de l’extérieur.

    Enfin il faut rappeler que Taiwan culturellement n’est pas différent de la Chine en cela que sa culture est exactement la même que celle de la province du Fujian. Originellement, le seul postulat en faveur de l’indépendance de Taiwan est politique ; s’opposer à la Chine communiste. C’est ensuite dans les années 1980 et 90 que les gouvernements successifs, et surtout l’opposition, ont commencé à instrumentaliser un sentiment national, se basant sur l’héritage culturel des aborigènes (yuanjumin je crois dans la transcription en vigueur), qui représentent maintenant 2% de la population et ont toujours été méprisés par les colons chinois de toutes les époques qui forment maintenant les 98% de la population de Taiwan (il y a cependant eu des métissages, mais rien de culturel dans tout cela). Gardant tout ceci en tête, quand la menace chinoise disparaîtra, ne sera-ce justement pas le meilleur moment pour un Taiwan abandonné de tous de réintégrer la « grande nation » chinoise dont il pourra tirer les fruits des développements économiques, au lieu de se marginaliser et de souffrir d’embargos pratiqués, voire imposés à la communauté internationale, par son grand voisin chinois ?

    Je ne crois que la puissance chinoise risque de s’effondrer aussi facilement que vous le pensiez. Certes, les Chinois sont incompétents dans de nombreux domaines et pêchent par leurs méthodes de travail (c’est évident à qui), mais les investissements de plus en plus nombreux de firmes multinationales chinoises en Occident (surtout aux USA), en sachant que l’actionnaire majoritaire de celles-ci reste l’Etat chinois, couplé aux énormes réserves de devises étrangères et un pourcentage à deux chiffres dans la dette américaine (17% aux dernières nouvelle), les capitaux qui sont en Chine pour le moment ne risquent pas d’en partir au premier krach boursier...

    Ensuite, vous terminez en disant : « Pour l’heure, le problème central de Taiwan est d’assurer sa sécurité tous azimuts en attendant que la Chine devienne enfin une démocratie réelle, avec laquelle toutes les questions anciennes (Tibet, Mongolie, Taiwan, etc...) pourront être discutées sereinement et avec intelligence. » Il est évident que pour le gouvernement taiwanais et pour Taiwan, la meilleure façon d’assurer sa sécurité est justement de cesser ses agissements pro-indépendantistes qui mettent sa population en danger. La situation est loin d’être idéale, mais les provocations envers la Chine n’apportent rien ; elles sont vaines et dangereuses.



  • dilettante 6 septembre 2007 11:11

    Sans débattre de la question des armes nucléaires, probablement inexistantes, ni même considérer le fait politique probablement bien plus subtil que ne le laisse entendre l’article, je vais poser une question qui est peut-être encore plus importante : est-ce que Taiwan a vraiment à gagner avec l’indépendance ?

    Comme vous le savez, Taiwan n’a jamais réussi à obtenir l’audience politique et diplomatique qu’il souhaite depuis que la Chine l’a remplacé à l’ONU. Il ne reste aujourd’hui qu’une poignée d’Etats qui reconnaissent officiellement Taiwan et maintiennent des relations diplomatiques avec l’île, ceux-ci étant très souvent des micro-Etats ou des pays en développement voire sous-développés auxquels Taiwan fait de gros cadeaux économiques ou offre de jolis chantiers (comme les stades et autres édifices construits à Sainte-Lucie, qui a décidé il y a quelques mois de rompre ses relations avec la Chine pour renouer celles avec Taiwan).

    Pour faire diversion, Chen Shui-bien a, depuis sa première élection en 2000, fait de nombreux voyages à vocation officielle (sans pour autant réussir à les rendre officiels) à travers le monde pour prouver l’existence de son pays. Je pense par exemple à l’enterrement du pape Jean-Paul II, où Chen a réussi à se faire photographier avec l’épouse du président Bush après lui avoir soufflé qu’il était le président de la République de Chine (c’est le nom officiel de Taiwan, pour ceux qui l’auraient oublié), jouant sur la confusion. Avec Mme Bush, évidemment, ça a marché...

    Pékin va organiser les JO l’année prochaine, et aucun pays ne prévoit sérieusement de boycotter. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons, notamment parce que c’est une fête sportive à laquelle se préparent depuis des années de nombreux sportifs qui ne se soucient pas du lieu où elle se déroule et ne souhaitent pas être pris en otages par des décisions politiques qui ruineraient leur carrière. Qu’on aime le sport ou pas, nous nous devons de prendre les sportifs en considération. Ensuite parce que tous ces pays sont tellement occupés à courtiser la Chine pour envahir son marché que ce serait une erreur qui pourrait coûter très cher car la Chine ne manquerait pas de les sanctionner, elle ne manque malheureusement pas de moyens aujourd’hui pour ce faire... C’est la politique du « toi d’abord », si tu boycottes d’abord, je le fais, sinon je le fais pas ; et vu que personne ne le fera avant les autres rien ne se passera...

    Dans ces conditions, qui reconnaîtrait un Taiwan qui aurait déclaré son indépendance ? A peu près les mêmes que ceux qui boycotteront Pékin : personne.

    Maintenant sur le plan économique...

    Taiwan a bâti son économie sur des investissements américains et une main-d’oeuvre très bon marché. Pour cette dernière, est-ce encore le cas ? Non, car Taiwan est développé, ses entreprises se sont enrichies, ont fait des investissements en R&D et sont parfois devenus des leaders mondiaux dans leur secteur, comme certaines entreprises informatiques. Produisent-ils toujours à Taiwan ? Parfois, très rarement, de moins en moins, car le rapport qualité/prix n’y est plus compétitif. Mais alors, qu’est-ce qui fait tourner Taiwan maintenant ? Toujours l’industrie, le tertiaire ne subvenant qu’aux moyens nationaux, mais avec une différence de taille : maintenant l’île fait produire au même endroit que tous les autres pays du monde, ils délocalisent en Chine. Cela donne souvent du marketing pas très honnête, car ils affirment que ce sont leurs produits, parfois mentant sur le lieu de production, mais lorsqu’on est industriel et qu’on voit des cotations FOB à partir de ports comme Chiwan, Yantian, qui sont des terminaux de Shenzhen, ou à partir de Ningbo, Fuzhou, Shanghai..., (ils ne vont quand même pas rapatrier leurs produits à Taiwan, cela ferait plus que tuer leur marge) on constate que comme tout le monde, ils font produire en Chine.

    C’est ainsi que la valeur ajoutée actuelle des Taiwanais se résume à... parler mieux anglais et être plus habitué à faire du business avec les étrangers que les Chinois... Avance qui se réduit grandement d’année en année, d’autant plus que les industriels étrangers voient l’intérêt de ne plus donner aux Taiwanais des marges inutiles pour traiter directement avec les producteurs chinois.

    Au niveau administratif, il faut savoir qu’actuellement le statut des Taiwanais en Chine est particulier : leur passeport n’y est évidemment pas considéré comme valide, et ils se voient dotés à l’entrée sur le continent d’un « Permis de résidence pour compatriote/ressortissant de Taiwan ». Hommes d’affaires s’y soumettent évidemment et font peu de cas de la chose idéologique...

    Maintenant dans le cas d’un Taiwan indépendant, comment réagirait la Chine sur cet aspect (sans même réfléchir aux possibilités de bombardement que je n’évoquerai pas car mon but n’est pas de faire de la politique-fiction catastrophe) ? La Chine tout simplement n’émettrait plus de permis pour les Taiwanais, et lancerait une politique de visa dont elle a le secret qui rendrait le visa impossible à obtenir pour les Taiwanais, quand bien même elle ne refuserait pas directement et franchement de délivrer des visas à ses anciens compatriotes. Dur de gérer une usine à distance si on ne peut s’y rendre, et encore plus si le gouvernement chinois interdit à des industriels de traiter avec ou d’exporter vers Taiwan, ce dont il ne se privera pas...

    Les Taiwanais ne sont pas des abrutis, et contrairement aux Occidentaux ils savent tout ce que la Chine peut faire. Si maintenant une grande partie de la population se sent taiwanaise (mis à part ceux dont un ou deux des parents sont nés sur le continent et ont émigré autour de 1949), beaucoup savent que l’intérêt de leur pays n’est justement de pas en devenir un, de pays... Ajoutons à cela la réputation de Chen Shui-bien entachée par des multiples affaires de corruption (il n’est évidemment pas le seul, Ma Ying-jeou aussi, et c’est bien pire en Chine, cependant Taiwan a la démocratie donc le peuple n’aime pas ça et le fait savoir) et son score modeste aux dernières élections présidentielles de 2004 (celles pour lesquelles il a peut-être mis en scène un attentat contre lui-même ? on ne le saura jamais), il y a peu de chance qu’un Parti progressiste démocratique affaibli remporte les élections, et encore moins qu’il fasse passer une déclaration d’indépendance qui divise encore davantage la population que son action de fond...

    Donc ce dont vous nous parlez là, M. Vassé, c’est de votre idéal sans doute louable, mais c’est plus de la politique-fiction qu’autre chose... Mais je ne suis ni la mouche à m... ni M. Mourey donc je ne souhaite pas vous attaquer sur votre personne ni vous traiter de charlatan. Evitez cependant de tenter de faire des faux coups avec des faux scoops sur des armes nucléaires que Taiwan ne possède évidemment pas.



  • dilettante 3 septembre 2007 04:44

    Article à chier et complètement vulgaire. Comment ça peut passer des merdes pareilles ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès