• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Léandre Dragon

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Léandre Dragon 30 janvier 2009 15:26

    @ Pierre Gangloff

    Vous dites : "Les contemporains de Goya, dans leur grande majorité, éprouvaient la même répugnance que celle que vous décretez devant les toiles de Picasso. " Où avez-vous pris ça ? Absolument rien dans la biographie de Goya ne permet de dire que sa peinture rencontra, à quelque moment que ce soit , une quelconque répugnance de la part du public ; en tout cas, rien qui puisse, même de très loin, le faire comparer à Picasso dans la contestation que ce dernier subit encore près de quarante ans après sa mort.



  • Léandre Dragon 30 janvier 2009 14:44
    @Wangpi

    Vous interpellez l’auteur ainsi : "villach, ton papier, qui à n’en pas douter sera adulé parmi les beaufs et les incultes, ne mérite a priori pas de commentaire, trop nul, trop stupide, trop pute." Et que pensez-vous, monsieur, que mérite ce genre de jugement aussi grossier que péremptoire ?

    Quant à la réplique que vous citez de Picasso à une personne qui lui disait que sa peinture est du Chinois : "Oui madame, mais le chinois, ça s’apprend", elle a, malheureusement pour la crédibilité de Picasso, un pendant qui la contredit : un autre personne demandait à Picasso de lui expliquer sa peinture ; Picasso répondit : "La peinture ça ne s’explique pas, ça se sent". Il faudrait savoir...


     


  • Léandre Dragon 30 janvier 2009 01:36

    @ Paul Villach

    L’adresse e-mail de Ténes rattachée à son site est corrompue avec le lien de ce dernier. Je vous donne une adresse postale relevée sur ce site avant qu’il ne devienne inaccessible :

    Romulo-Antonio Tenes, rue Francesco Pérez Cabrero, 08021 Barcelone



  • Léandre Dragon 30 janvier 2009 00:44

     @ A Paul Villach

    Depuis peu, le lien conduisant au site de Ténès (picasso-fraud.com) est corrompu. On peut cependant contacter cette personne par mail (romulo.tenes@picasso-fraud.com — je l’avais contacté voici quelques mois et il m’a répondu) ou par téléphone .

     Romulo-Antonio Tenes
     Barcelona, Spain
     ß639865295 (phone)
    Madrid, Espa�a 28038
    Spain Ph. +34659446837


     En attendant, voici un échantillon de ce qu’on pouvait lire sur son site devenu inaccessible : 

    - Liste des oeuvres fausses exposées au Musée Picasso de Paris. Oeuvres d´art indubitables de José Ruiz Blasco, père de Picasso. Oeuvres manipulées et faussées postérieurement dans un but délictueux prouvé :

    1.- Étude académique, 1893-1894, La Coruña (Espagne) Dessin au fusain sur papier, 49x31 cm. Signé "J. Ruiz" le "J" de José a été falsifié en "P" de Pablo. Code : M.P. 405 (Musée Picasso de Paris). Page 84 du Catalogue.

    2.- La Coruña. Double page d´un journal. 16 septembre 1894. Oeuvre sur papier. Calligraphie indubitable de José Ruiz Blasco, de haute hiérarchie. Le tampon ex Libris et la signature "J. Ruiz" ont été manipulés et faussés. M.P. 402. Pages 196 et 197.

    3.- Portrait de Josefa Sebastiá Membrado. Horta del Ebro, Espagne. Dessin au fusain sur papier 32x29,5 cm. Calligraphie indubitable de José Ruiz Blasco. Il a été rajouté par la suite et de façon extrêmement grossière "Pablo Ruiz Picasso". Page 200 du Catalogue.

    4.- "À l´école" 1895. Dessin à plume et encre noire sur papier, 29,9x15,1 cm. Calligraphie indubitable de José Ruiz Blasco. Le "J" de José a été falsifié en "P" de Pablo. M.P. 406 Page 201. Ce dessin illustre la couverture du livre "Picasso 1891-1897 Fraude". Les héritiers de Picasso perçoivent des droits sur l´oeuvre du grand-père, José Ruiz Blasco de façon délictueuse.

    5.- Azul y Blanco / Bleu et Blanc. La Coruña 1895. Papier. Appelé "Journal". Signé "J.Ruiz", on constate l´évidence de la falsification du "J" de José en "P" de Pablo.

     

    Calligraphie indubitable de José Ruiz Blasco. M.P. 403 1º. Page 86.

    6.- Première communion. Huile sur toile.signée "J. Ruiz", falsification du "J" de José en "P" de Pablo, avec le rajout postérieur de "Picasso" de manière grossière. Code : M.P.B. 110001 (Musée Picasso de Barcelone). N´apparaît pas dans le Catalogue.

    - Des oeuvres anonymes d´un faux absolu, ni datées ni signées, attribuées frauduleusement a Pablo Picasso par ses héritiers et la Mairie de Barcelone :

    1900. Code M.P.B. 110.331. Page 198 du Catalogue.

    7.- Le père de l´artiste. Dessin et gouache en bistré fonçé 15x16,5 cm. D´une fausseté absolue. Précisons que Picasso a seulement commencé à peindre de façon maladroite vers 1900. Code M.P.B. 110.331. Page 198 du Catalogue.

    8.- Portrait du profil de la mère de l´artiste. 1896. Dessin et aquarelle, 18x12,5 cm. M.P.B. 111.472. Page 199 du Catalogue.

    9.- Azul y Blanco / Bleu et Blanc. Appelé "Journal" Oeuvre sur papier. D´une fausseté absolue. La calligraphie n´est ni de José Ruiz ni de Pablo Picasso. M.P. 403. N´apparaît pas dans le Catalogue.

    10.- Portrait du père. Dessin et aquarelle en sanguine. Faux absolu, Picasso a seulement commencé a peindre de façon maladroite et grossière en 1900. M.P.B. Page 12 du Catalogue.

    11.- Carnet de Barcelone. Dessin sur papier. Ni daté ni signé. Totalement faux. Car n´étant ni de José Ruiz Blasco ni Pablo Picasso. M.P. 1990-93

    12.- Enfant et diverses esquisses. dessin sur papier. Faux absolu. La calligraphie n´est ni de José Ruiz ni de Pablo Picasso. M.P.B. 110.574

    13.- Portrait d´homme. Dessin au fusain sur papier, 62x30 cm. Faux absolu. La signature du vrai auteur a été arrachée. Cette pratique délictueuse se répète sur des centaines d´oeuvres frauduleusement attribuées à Picasso par ses héritiers et la Mairie de Barcelona. M.P. 1990.53

    14.- Mère et soeur du peintre brodant. 1896. Encre sur papier, 16,5x22 cm. M.P. 409 rº.

    Il est important de souligner que Pablo Picasso commence à peindre en 1900. Tous les travaux antérieurs à cette date sont donc des faux. Et certifier ces faux comme oeuvre de Picasso, est un flagrant délit.

    Rómulo-Antonio Tenés est l´auteur du livre "Picasso 1891-1897 Fraude", I.S.B.N. 84-609-6565-1, Dépot légal M-31618-2005. Livre de 656 pages, reconnu oeuvre scientifique par le Ministère de la Culture espagnol.

    Vous trouverez aussi sur le site suivant une annonce d’avril dernier en anglais et en espagnol concernant la parution prochaine d’un supplément au livre mentionné ci-dessus :
    http://www.eworldwire.com/pressreleases/18375

     



  • Léandre Dragon 29 janvier 2009 19:55

    @Paul Villach

    En effet. Un François Pinault, par exemple, dont la collection (le terme "stock" serait sans doute mieux approprié) est constituée de quelques milliers de toiles d’"art moderne" et "contemporain", verrait d’un mauvais oeil l’effondrement de Picasso, lequel ne manquerait pas d’entraîner derrière lui l’effondrement du marché. Mais Mr Pinault est un homme d’affaire prévoyant , il a sa forteresse : la salle des ventes Christie’s où se fabrique et se soutient les cotes pour les artistes contemporains.

    Dans le même ordre d’idées, l’affaire Romulo Antonio Ténès est édifiante. Voilà un homme qui accuse ouvertement Picasso de s’être attribué frauduleusement la création d’un grand nombre d’oeuvres figuratives peintes par d’autres (notamment des peintures de son propre père) pour faire croire à la précocité de son génie, qui publie dans un livre référencé des expertises démontrant les falsifications, qui accuse dans la foulée les ayant-droits de complicité, qui met en cause de hauts responsables culturelles tant en Espagne qu’en France, qui saisit la cours européenne de justice. Dans tout ce beau monde interpellé directement ou indirectement, traîné dans la boue sur le site de Ténès depuis quatre ans, personne ne réagit ; chacun, faisant preuve d’une mansuétude extraordinaire devant ces diffamations, garde un silence stoïque. Les médias, généralement si friands de ce genre de révélations, se tiennent tout aussi cois (hormis le Washington Post et le Herald Tribune en 2005), aucun ne mène l’enquête, ne cherche à vérifier les expertises commandées par Ténès, ne cherche à savoir s’il est un farfelu ou si, au contraire, son dossier tient la route ! On a rarement vu une telle apathie de la part de la Presse ...







Palmarès