• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

leonhard

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • leonhard 27 août 2009 14:56

    Juste une proposition comme ça, ça ne vous dirais pas qu’on se retrouve tous ensemble dans la rue pour aller leur botter le cul une bonne fois pour toute ?

    Allons leur dire que nous voulons des comptes maintenant et pas plus tard. 

    Le peuple aura raison, car le suffrage universel à demi mesure n’intéresse personne et ne profites pas au peuple ! 

    Les paroles en l’air n’intéressent pas. Nous devons absolument montrer que le peuple a envie d’avancée démocratique réelle et pas d’ersatz de démocratie.



  • leonhard 27 août 2009 11:35

    Ce livre s’adresse à tous.

     

    Aux salariés pour qu’enfin ils puissent faire ce dont ils ont vraiment envie, sans ne plus avoir cette sensation qu’ils ne peuvent faire autrement (il n’y a qu’a regarder les têtes de ces millions de personne dans le métro et le RER.) 

     

    Faire, Être. s’enrichir auprès des autres, d’autres cultures. Il ne s’agit pas de posséder plus, d’accumuler énormément, juste d’avoir ce dont a besoin pour vivre ce dont à envie, sans se limiter.

    L’objectif est de pouvoir enfin être en accord avec soi-même, son être. 

    Il s’agit d’être efficace et performant dans ce qu’on entreprend sans se prendre la tête.

    Contrairement à ce que vous pensez, les kilos ne reviennent pas. Car c’est un autre style de vie, à contre courant de ce qu’on essaye de nous faire penser. A contre courant de l’esclavagisme moderne. Et ça c’est difficile de l’accepter au début.

    Pour les autres (rentiers, patrons, actionnaires, etc. mais pourquoi les mettre dans le même panier ?) : cela amène plus de réflexion sur comment mener à bien son entreprise.

    Aux patrons : de se dire que le management par l’absence n’est pas si terrible car il donne une liberté et surtout une réelle créativité à ses employées. La productivité sera encore plus efficace et performant qu’auparavant. Il est temps d’arrêter de penser que parce qu’on brasse du vent de 9H à 18/19H  que c’est utile et productif.

    Comme le dit si bien Tim : "Avez vous déjà mangé le même plat tous les jours à chaque repas pendant plusieurs semaines ? Moi, je n’en suis pas capable". Pour le travail c’est pareil... et moi aussi, j’aime varier mes repas. 

    De plus, cela s’adresse à Jacques Roux ;), il est question aussi de notre consommation avec cette remarque :"Lorsque nous mangeons un plat, nous ne prenons pas le temps de le déguster, pour être à l’écoute de notre corps et entendre le signal de satiété. Si on a assez mangé, même si il reste de la nourriture, on pose la fourchette, et on arrête."

    Car en effet je vous rejoins sur ce point, c’est la surconsommation que notre société a. Nous surconsommons, même nos heures de travail.

    Les patrons y retrouveront leur compte en partageant le fruit du travail de tout le monde...

    Pour les actionnaires, il s’agit justement d’utiliser à point nommé les ressources obtenues par le travail des autres. Ne pas surconsommer et redistribuer ces valeurs pour promouvoir la créativité et l’aspiration par le haut de l’entreprise. Ils y seront gagnants.car les capitaux qu’ils ont mis à disposition pour financer l’entreprise (car un actionnaire c’est avant tout ça) fructifieront à juste titre.

    Dans tout cela, c’est une remise en question de soi. Que veut-on Faire et Être réellement  ? Si on ne s’est jamais poser la question avec sincérité, où que l’on a oublié de se la poser depuis longtemps, cette lecture est un excellent support.

    Lorsque vous faites un de ses premiers exercices, vous vous rendrez compte que vous passez à côté de votre essentiel. Que vous pensez par les autres et non pour vous-même.

    Ceci est vraiment dans la lignée des remises en question actuelle de notre société. Tous, nous savons qu’il n’est plus possible de vivre comme nous le faisons actuellement.

    Alors il est temps de s’arrêter. De se poser. Et de se poser ces questions essentielles. Pour qu’on puisse se redéfinir et redéfinir ensemble la société que l’on souhaite.

    Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Nous avons beaucoup de chose à redéfinir pour que notre société soit plus juste, fraternelle, solidaire, égalitaire. 



  • leonhard 26 août 2009 13:50

    Cela fait un peu plus d’un an que j’ai lu et appliqués certains principes de Tim.

    Je dis bien certains, car tout dépends de jusqu’où on souhaite aller.

    En effet, c’est un autre style de vie et la société dans laquelle on évolue ne permet pas forcément d’exprimer pleinement de nouvelles conceptions.

    Néanmoins, si je fais le bilan de l’année : 

    Au niveau professionnel :

             - je travaille un peu moins de 30 heures pour un contrat de équivalent à 37 heures pour du travail que je faisais sur 40 voire 45 heures. 

     - Au passage je suis en portage salarial. 

    Ceci m’a permis de libérer des différents intermédiaire et de récupérer plus de 600€ net à la fin du mois.

    De plus j’ai une entreprise en création, et le temps libre dégagé dans mon travail actuel me permet de m’y consacrer.

    Au niveau personnel :

             - J’ai changé de vie, et suis devenu jeune papa.

      - J’ai édité mon recueil de poésie, écrit le second, et commence l’écriture d’un ouvrage sur la généalogie.

      - J’ai acheté mon piano et j’ai commencé à apprendre la composition musicale.

      - Je prépare mon voyage autour du monde l’année prochaine puisque ma création d’entreprise est à vocation internationale.

     Je ne peux donc que recommander chaudement cette lecture. On passe du stade de mort vivant à vivant, et permet d’ouvrir notre esprit sur beaucoup plus large.

    Comme le dit si bien Tim, nous devenons les nouveaux bienheureux.

     Plus critique vis-à-vis de la société, on se rend compte que nous brassons perpétuellement du vent dans les entreprises, que nous nous imposons des complications pour justifier notre présence de 9h à 18h. Que nous sommes aguerris à la réunionite pour tout et rien. Que les personnes avancent avec des oeillères et que la vie salariale a un léger goût amer.

    Certes les managements actuels rejoignent votre point de vue le chat. En même temps avec la délicatesse et la persuasion, on peut s’arranger une bonne tranche supplémentaire pour nous même.

    Ouvrons les yeux car la véritable vie est à l’intérieur de nous, et en l’exprimant on exprime pleinement son potentiel







Palmarès