• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

libaber

libaber

Anthony Berthou, 23 ans. Je suis un jeune journaliste. Je viens de terminer ma formation à l’IFP (Institut Français de Presse), à Paris.
Mon domaine de prédilection est le sport, en particulier le football. Mon objectif est de rebondir sur l’actualité pour en apporter un (modeste) éclairage ou susciter le débat.
Voir aussi mon blog : http: Libaber

Tableau de bord

  • Premier article le 09/06/2006
  • Modérateur depuis le 23/06/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 23 5 72
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • libaber libaber 28 août 2007 15:35

    Article intéressant car il rappelle 2 choses :

    1. après la vague d’incidents (ou plutôt de drames) survenus la saison dernière sur les terrains européens(France, Italie, entre autres), le phénomène de violence dans les stades est toujours présent. Evidemment, les médias ne se focalisent pas tous les week-end sur le derby du championnat autrichien, alors on n’en parle pas autant que si cela se passait à Paris, à Madrid ou à Rome.

    2. les mesures annoncées par l’UEFA et son nouveau président, Michel Platini, tardent à se mettre en place. Le caractère d’urgence semble être retombé depuis quelques mois, mais concrètement, qu’est-ce qui a changé de façon significative depuis la prise de conscience du problème ? Il faut poursuivre les efforts, c’est un combat de longue haleine.

    De même, il serait peut-être opportun de renforcer la lutte anti-dopage, de façon à éviter quelques scandales qui, comme ce fut le cas pour le cyclisme ou l’athlé, ne manqueront pas de souiller le foot dans les années à venir. Et puis, tant qu’à y être, continuer à faire toute la lumière sur les affaires de corruption (à petite ou à grande échelle) qui pourrissent ce sport. Cela évitera peut-être à coach Raymond de se « sacrifier » sur l’autel de la bonne conscience... Quant aux dérives liées au foot-business, elles me semblent hélas, plus difficiles à contourner. Mais en tout cas, le ballon rond doit montrer l’exemple en ce qui concerne la lutte contre la violence, le dopage et la corruption. C’est comme cela, et pas autrement, qu’il restera à la place qu’il mérite.



  • libaber libaber 6 août 2007 13:03

    En fait Dam, je voulais parler de véritables renforts. Selon moi, Leroy est sur le déclin (il peut rendre encore quelques services), Hansson (comment vont ses frères ?) est d’une nullité impressionnante. Quant à Luzi et Mvuemba, c’est pas avec ça que l’on peut viser la champions League. Pour moi la défense est faible, le milieu correct et l’attaque intéressante. Mais il manque encore un joueur (Wiltord ou Emerson, why not ?) pour prétendre à une place dans les 3 premiers. Et encore...



  • libaber libaber 28 mai 2007 14:51

    En fait cet article n’est pas vraiment critique : il ne fait que souligner la liberté de ton d’un magazine qui a pourtant le mérite d’être gratos et (donc) financé par la pub. « Klibres » ne prétend pas imposer ses opinions, et veut au moins autant culturel que politique. Qu’il penche plutôt à gauche est-il si grave que cela ? Ce n’est pas le cas de la majorité des médias dans ce pays, si je ne m’abuse. Et je dis cela d’autant plus aisément que je ne partage pas forcément les mêmes idées... Pour avoir collaboré au premier numéro de ce mag’, je peux vous dire que la rédac’ fait son boulot avec professionnalisme et sans volonté de ’formatage’. Vive la liberté de la presse !



  • libaber libaber 16 novembre 2006 19:26

    « On le voit, le gaullisme est double, sinon multiple. Il n’y a donc aucune raison qui tienne pour qu’un camp de l’UMP s’en arroge le monopole, le « monopole du cœur » gaullien en quelque sorte. »

    Certes, il est difficile de définir le gaullisme de façon unilatérale et définitive, surtout en ce début de XXIè siècle.

    Sans verser dans l’anachronisme, je pense que Sarko, en revendiquant le sens de la rupture du vieux Charles, fait uniquement référence à l’homme du 18 juin. Admettons...

    Mais en quoi prétend-il se reconnaître dans une idéologie, conservatrice en interne et isolationniste sur la scène internationale ? Le profil libéral et atlantiste de Sarkozy ne va-t-il pas justement à l’encontre de cette ’certaine idée de la France’ propre aux gaullisme ?

    A mon sens, il s’agit d’une manoeuvre politicienne pure et simple, visant à rallier à sa cause les fidèles du Général et de ses (derniers ?) héritiers de poids, à savoir le clan Chirac-Debré-Villepin-MAM (voir photo). Et, quitte à faire d’une pierre deux coups, prendre au passage, par le biais du sentiment national, quelques électeurs à l’extrême-droite. Encore une fois, on frise le populisme, au sens négatif du terme...



  • libaber libaber 7 novembre 2006 20:53

    Tout d’abord bravo pour votre travail d’investigation, Denis Robert.

    Je suis étudiant en journalisme et j’apprends notamment à mener des enquêtes dignes de ce nom, ce qui, dans le contexte actuel d’hypermédiatisation de notre univers quotidien, devient de plus en plus rare (donc de plus en plus précieux). Loin des sentiers battus de l’information et du discours convenu ou mensonger des communicants en tous genres, il est encore des empêcheurs de manipuler en rond qui tiennent en éveil le citoyen averti. Pourvu que ça dure, comme dirait l’autre !

    Concernant cette sombre affaire Clearstream, il me semble que cela révèle un travers tout à fait symptomatique de nos élites, à savoir le recel et l’abus de pouvoir (c’est le cas de le dire) à des fins indignes d’un Etat ’démocratique’.

    Cette aristocratie politique, dont la collusion avec les milieux économique et judiciaire produit de biens étranges combinaisons, agit le plus souvent en toute impunité, n’hésitant pas à user de moyens délictuels (pour ne pas dire criminels) pour protéger ses secrets et ses privilèges.

    Une hypothèse qui prendrait de l’ampleur si les liens entre l’affaire Clearstream et les rétrocommissions des fameuses Frégates de Taïwan étaient confirmés, ou tout au moins étudiés avec sérieux. A condition bien sûr, que la justice et les journalistes puissent encore faire leur travail librement. Y a-t-il des raisons d’espérer avec la nouvelle génération de responsables politiques, dont certains visent l’Elysée en 2007 ?

    Voilà, j’espère que vous serez récompensé de vos efforts, M.Robert. Car ce serait dans l’intérêt collectif. Bon courage !







Palmarès