• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Liberté planétaire

Liberté planétaire

J’aime bien manger.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 17 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Liberté planétaire Liberté planétaire 11 mai 2007 12:10

    Il est bon de rappeler que la censure existe officiellement à Monaco et comme les habitant de ce refuge pour milliardaire y sont en quelque sorte habitués, ça ne choque finalement personne. Moi, en revanche, ça me choque toujours.

    En règle générale, comme pratiquement aucune publication n’est imprimée en Principauté de Monaco, l’interdiction de paraître ne peut s’appliquer. La coutume consiste généralement à « racheter » tous les exemplaires de journaux ou magazines qui contiendraient des propos « désobligeants » envers les membres de la famille princière.

    Car il faut le dire clairement, la censure monégasque ne vise qu’à protéger l’image des Grimaldi et plus particulièrement celle du prince souverain.

    La censure a récemment frappé de façon plus sournoise à l’encontre d’un autre type de média : internet. Un petit plaisantin s’est amusé à monter un site satirique brocardant sur un ton humoristique une brochette des personnages politiques les plus caractéristiques, voire les plus pittoresques, en les représentant tous affublés d’un nez rouge de clown. Rien de méchant vu de l’extérieur. Mais il faut croire que ça n’a pas plus à tout le monde et comme règne à Monaco un monopole des télécommunication, le site a été « blacklisté » pour être (théoriquement) inaccessible. En pratique, il est toujours accessible, même depuis Monaco, en passant par un proxy.

    C’est juste pour dire que ce n’est pas la peine de montrer du doigt le Turkménistan, la Chine ou la Russie. Commençons par regarder à l’intérieur même de l’Europe dite « moderne » et « occidentale ». Avant de regarder la paille qu’il y a dans l’oeil du voisin, il faudrait d’abord enlever la poutre qu’on a dans son propre oeil. Monaco, minuscule enclave indépendante dans le sud-est de la France demeure un exemple où règne la censure et où les gens qui veulent dire « certaines vérités » sont obligés de se cacher, au risque d’avoir de sérieux ennnuis. Car, vous ne le savez peut-être pas, mais à Monaco, le crime de lèse-majesté existe toujours. Au XXIe siècle, ça fait sourire.

    Ça n’a pas fait rire quelqu’un qui, il y a quelques années, s’est retrouvé en prison ferme pour avoir traité le prince (le précédent, Rainier III) de clown.

    Pourtant Monaco est un pays paradoxal puisqu’on y trouve facilement Charlie Hebdo, le Canard Enchaîné. A l’heure d’Internet, pas facile de tout contrôler...

    Pour ceux qui n’auraient pas vu le site « interdit », voici :


  • Liberté planétaire Liberté planétaire 4 mai 2007 13:56

    Une malencontreuse erreur s’est glissée lors de la copie de l’adresse du serveur proxy permettant aux internautes monégasques (jusqu’à ce que les autorités s’en aperçoivent et blacklistent ledit proxy) d’accéder au site « interdit » :

    http://proxify.com/p/111110A1000110/687474703a2f2f67656f6369746965732e636f6 d2f616761706f756d2f706f6c6974696369726375732e68746d6c


  • Liberté planétaire Liberté planétaire 3 mai 2007 21:26

    Dans un petit pays comme la Principauté de Monaco, les choses sont beaucoup plus faciles à contrôler :

    Premièrement parce qu’il n’y a qu’un seul fournisseur d’accès internet, en l’occurrence Monaco Télécom qui est en situation de monopole absolu et qui est une entreprise contrôlée par l’État.

    Deuxièmement parce que la censure y est pratiquée couramment, au prétexte de « protéger la bonne réputation de la famille princière et des institutions ».

    Ainsi le site humoristique « Monaco Politic Circus », reprenant un peu le principe des guignols de l’info et du journal satirique Charlie-Hebdo, rien de bien méchant au fond, a subi les mésaventures de la censure politique.

    Dans un premier temps, il a été publié sur le site Voila.fr le mercrei 20 avril 2007. En France donc. A peine 6 jours plus tard (il paraîtrait que c’est sur plainte déposée auprès de la Sûreté Publique ?), le site a été purement et simplement « suspendu » (donc le mardi 24 avril). Il a donc été réactivé chez un autre hébergeur (vu que Voila.fr a baissé son froc) le vendredi 27, Geocities, et là, il y fonctionne toujours, c’est normal, c’est aux USA, mais il est inaccessible depuis une connexion sur le territoire de Monaco, il a été « blacklisté ». L’accès à Geocities (tout Geocities, pas seulement le sous-domaine) est bloqué depuis cette date. Le site n’a donc été accessible que 2 jours.

    Ainsi a-t-on la preuve vécue et vérifiable que depuis le 24 avril à Monaco, une censure de l’internet comparable à celle qui est pratiquée en Corée du nord sévit de manière efficace.

    Bien évidemment, il est toujours accessible depuis la France et même depuis le monde entier, sauf Monaco !. Voici l’adresse :

    http://www.geocities.com/agapoum/politicircus.html

    Qu’est-ce que ce site a de parliculier pour qu’il attire ainsi les foudres de la censure ? Une bite en forme de crucifix peut-être ?

    Les internautes basés en Principauté de Monaco peuvent cependant accéder à ce site en passant par un Proxy. Voici l’adresse valable à partir de Monaco :


  • Liberté planétaire Liberté planétaire 2 mai 2007 18:02

    << L’Unesco vient de publier une étude qui fournit des éléments de réponse à ces questions : mettre en place des principes infoéthiques qui guident la prise de décision. >>

    Qu’est-ce qu’il vient faire là l’Unesco ?

    La gravité de ce qu’expose cette étude mériterait que ce soit l’ONU et le Conseil de l’Europe qui s’en préoccupent sans tarder.

    S’il y a lieu de lutter contre l’invasion-intrusion électronique dans nos vies privées, je n’ai rien trouvé de mieux que ce dont il a déjà été question ici à propos des sondages : BROUILLER LES PISTES.

    Avez-vous remarqué que dans la plupart des formulaires électroniques qu’il faut remplir pour s’inscrire sur des blogs ou des forums ou des sites, il y a toujours une section du genre « quels sont vos sujets favoris ? », « quels sont vos thèmes préférés ? ». C’est une question souvent injustifiée et si le formulaire est « éthique » il n’est pas obligatoire" de donner une réponse. Mais ce n’est pas toujours le cas.

    Pour ma part, je répond systématiquement autre chose que ce que je pense vraiment. Mes goûts, mes sujets favoris ? La mode, la pêche à la ligne, la pâtisserie, la décoration. Bref, des trucs insipides et inoffensifs.

    Et à chaque questionnaire, des réponses différentes, un peu au hasard, en évitant les thèmes plus « sérieux ».

    Plus que jamais, dans cette jungle parsemée de pièges qui ne cherchent qu’à nous sonder (la « sondocratie ») pour mieux nous manipuler, contrôler, il faut avancer masquer, tricher, mentir. Plus que jamais ce vieux proverbe devient une règle de survie pour préserver notre liberté et notre intimité : Pour vivre heureux, vivons cachés !


  • Liberté planétaire Liberté planétaire 30 avril 2007 20:01

    lundi 30 avril 2007, 9h08 Iran : la police interdit les coiffures à l’occidentale

    TEHERAN (AFP) - La police iranienne a interdit par circulaire aux salons de coiffure pour hommes de faire des coupes à l’occidentale et à leurs employés de porter des cravates ou des noeuds papillon, a rapporté la presse iranienne. « La police a demandé au syndicat des coiffeurs d’interdire les coupes à l’occidentale, les maquillages du visage et les soins des sourcils » pour les hommes, ainsi que le « port de la cravate et des noeuds papillon » dans les salons de coiffure, a rapporté dimanche le quotidien Etemad.

    « Certains salons de coiffure pour homme utilisent des méthodes occidentales, notamment du maquillage et des coiffures conformes aux normes européennes ou américaines », a déclaré le responsable du syndicat des coiffeurs pour homme, Mohammad Eftehghari-Fard, selon le journal.

    En cas de non respect de cette circulaire, la licence du salon de coiffure peut être retirée.

    M. Eftehghari-Fard a prévenu que même si ses adhérents observaient la consigne, il y avait pas moins de 1.500 salons de coiffure non-enregistrés dans la capitale et que de nombreux jeunes se faisaient faire des coupes chez des particuliers.

    De nombreux jeunes iraniens utilisent du gel pour se faire des coupes iroquoises, avec les cheveux dressés sur la tête, ou se font épiler les sourcils.

    La police iranienne a lancé il y a une semaine une vaste opération contre les femmes qui ne respectent pas le voile islamique.

    La police a donné plus de 10.000 avertissements à de jeunes iraniennes interpellées dans la rue.







Palmarès