• mercredi 23 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

LilianeBaie

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 22 203 1384
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 18 14 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Articles de cet auteur

Classer les articles par : Chronologie Les plus lus Les plus commentés

Derniers commentaires

  • Par LilianeBaie (---.---.84.128) 28 septembre 2012 21:14

    Merci, Fergus !

    Une lettre aux députés, j’y avais pensé et on peut trouver sur la toile certaines propositions de lettre, mais je n’avais pas songé écrire au Président de la République. Mais pourquoi pas ?

  • Par LilianeBaie (---.---.84.128) 28 septembre 2012 21:09

    @ jako
    Oui, après il sera trop tard. Pas pour agir, parce qu’on peut toujours agir, mais pour agir dans la concertation.
    Si ces traités sont votés, ils représenteront un coup de force de la finance et des grands groupes sur nos démocraties. Et quand les citoyens réaliseront qu’ils ont été bernés, quand la pauvreté, le chômage, l’exploitation et la perte de l’essentiel de nos protections sociales leur rendra la vérité éclatante, c’est-à-dire que l’austérité aboutit à la récession sans apporter quoi que ce soit au problème de la dette, au contraire, quand ils constateront que leurs gouvernants leur diront qu’ils ne peuvent rien faire, que « C’est l’Europe » et que c’était la seule façon de sauver l’Euro, oui, à ce moment-là, je crains que les citoyens ne se réveillent, et que ce réveil soit rude.
    On ne sait jamais à l’avance comment réagit un peuple qui se sent trahi, et qui souffre.
    Mais l’histoire nous en a donné quelque exemple.
    Avec la différence que c’est l’ensemble des peuples d’Europe qui est attaqué, en même temps. Cela, c’est une situation inédite.
    Que personne ne devrait sous-estimer.

  • Par LilianeBaie (---.---.84.128) 28 septembre 2012 16:50

    @tf1Goupie
    Tant mieux, si nous sommes nombreux à dire « Non ». Mais ce qui manque à ce mouvement de refus, c’est qu’il devienne collectif.
    Tout est fait pour nous diviser, autant dans l’entreprise qu’au niveau de l’engagement citoyen. Et, s’il existe de vraies stratèges de la division, notamment dans le monde du travail, mais aussi au niveau politique et médiatique, il y a aussi un grand nombre de personnes qui jouent contre leur camp en ayant l’impression qu’il ne faut surtout pas s’associer à untel ou untel.
    L’union fait la force : une fois que nous aurons surmonté la faiblesse de la division stérile, les questions stratégiques pourront se poser. Mais il faut faire vite.
    Dans mon texte, je propose que nous disions ou écrivions « Non ! ». Mais toutes les initiatives permettant de faire savoir que ce refus est collectif, et que nombre d’entre nous se considèrent comme floués par ce gouvernement théoriquement de gauche sont les bienvenues. Manifestations (dimanche 30 septembre à Paris en particulier), pétitions ( il en circule plusieurs), lettres aux députés, messages médiatiques ou sur la toile (tweet, facebook...), universités populaires, etc.
    Il n’est pas nécessaire d’avoir une pensée identique pour avoir un projet commun : tous ceux qui ne veulent pas d’une Europe néolibérale mise en faillite pour soutenir les banques peuvent trouver des moyens d’action pacifiques pour tenter d’empêcher la signature de ces traités.
    Si cela ne marche pas, cela n’empêchera pas de continuer, et de fédérer encore plus les volontés d’agir. Au niveau européen, cette prise de conscience est partagée par de nombreux citoyens.
    Nous ne sommes, ni seuls, ni aussi minoritaires qu’on veut nous le faire croire.

  • Par LilianeBaie (---.---.84.128) 28 septembre 2012 14:34

    @CHIMERE
    Le terme de trahison est adapté, puisque les représentants du peuple s’apprêtent apparemment à trahir celui-ci, c’est-à-dire à voter et faire voter des textes qui vont attaquer les citoyens dans leurs biens et leurs emplois, attaquer les services publics et l’État, et affaiblir la démocratie en dépossédant celle-ci de l’autonomie budgétaire.
    On trahit toujours pour soi ou pour quelqu’un d’autre : là, il est clair que les bénéficiaires de cette grave trahison seront les financiers et les grands groupes. Ils sont déjà gagnant à tous les coups, mais, cette fois, si ces traités sont effectivement votés, nous ne pourrons plus arrêter la machine par la seule voie législative. Les traités ayant une valeur juridique supérieure aux lois du pays.
    C’est très grave.

  • Par LilianeBaie (---.---.84.128) 28 septembre 2012 14:00

    La question me semble être davantage celle d’un abandon de la souveraineté populaire au pouvoir de la finance, via l’abandon de la création monétaire aux banques, et, entre autre, la fixation de taux et de sanctions de plus en plus automatiques, correspondant à des transferts de fonds de l’argent public vers le capital, alors que les erreurs des banques et des financiers, leur ayant rapporté des sommes colossales, ne sont pas, elles, sanctionnées. Privatisation des bénéfices, socialisation des dettes.
    Qu’il soit nécessaire de redéfinir ce qui est souhaitable en terme de croissance et de choix industriels et financiers, bien sûr.
    Mais l’urgence est ailleurs puisque, dès mardi, sera discuté le TSCG qui, une fois voté, nous mettra sous le contrôle budgétaire de la troïka. Si ce projet n’est pas bloqué, inutile de parler de décroissance : nous serons vite, avec la politique d’austérité inscrite dans le traité, en récession, avec des impôts et un chômage qui augmentent, des services publics démantelés, une pauvreté croissante, et, donc, des dettes augmentant par défaut d’entrée fiscale. Ces dettes augmentant les sanctions, notamment les taux d’emprunt aux banques, donc la possibilité d’investissement, mais aussi les destructions d’emplois publics, donc le chômage, etc. En un cercle vicieux dont la Grèce, qui applique cette politique d’austérité depuis quelques années est un bon, mais triste exemple.
    Donc il y a, je me répète, urgence à dire « NON ! ».
    Après il sera trop tard.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Politique Europe TSCG Politique François Hollande Présidentielle 2012 Elections Economie Démocratie Economie Citoyenneté Citoyenneté Manifestations - Grèves Santé psychologie Médias Psychanalyse Communication Société Décroissance
Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération