• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

lorinc

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 9 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • lorinc 2 mai 2007 15:41

    Le fait est en tout cas que la recette qu’à appliqué M. Sarkozy, et qu’il veut appliquer en tant que président, n’a pas du tout marché, chiffre du ministère de l’intérieur à l’appui.

    Je pense que c’est la portée de ce livre, ni plus, ni moins.

    Libre à vous maintenant et avec ce constat en poche de vous décider pour une recette aux problèmes que vous évoquez...



  • lorinc 2 mai 2007 15:17

    Je ne suis pas d’accord. Je pense qu’il faut bien faire la différence énorme qu’il y a entre la technologie d’un côté, et l’utilisation qu’en font les hommes de l’autre.

    Vous ne pouvez pas mettre au pilori le progrès technologique sous prétexte que son utilisation dans notre société au quotidien vous embarasse. La technologie, quelle qu’elle soit, n’a pas de conscience, n’a pas de moral, n’oeuvre pas pour le « bien » ou pour le « mal », la technologie est d’une neutralité qui sied à tout ce qui n’est pas personnifié.

    Par contre, l’utilisation que font les hommes, et en particulier nos industriels et nos politiciens, elle, est bien évidemment consciente et volontaire. Eux agissent pour le « bien » ou pour le « mal », en tout cas, ils aggissent pour ce que l’on appelle depuis maintenant 200 ans l’intérêt général à travers la loi, qui donne la juste interpretation de l’évolution de l’environnement dans lequel nous vivons. Si vous trouver que leur utilisation des NTIC déssert l’intérêt général, alors c’est la loi qu’il faut changer, Mais n’allez pas accuser un algorithme de tuer les libertés humaines (le pauvre).

    Prennez l’exemple des ordinateurs de vote. Peut-on en vouloir aux informaticiens de concevoir et d’améliorer l’informatique sous prétexte que des élus imposent un procédé anti-démocratique dangereux ? L’évolution technologique n’y est pour rien dans cette histoire. Certes, sans ordinateurs il n’y aurait pas d’ordinateur de vote. Mais sans élus les imposant, il n’y en aurait pas non plus. Je vous laisse deviner lequel des deux partis est la cause du désastre, et lequel n’en est que le medium.

    Par ailleurs, refuser le progrès sous prétexte qu’il peut mener à des désastre n’est pas régler le problème, loin de là, car le problème n’est pas technologique, il est éthique. Et c’est à mon sens là dessus qu’il faut se battre, contre les problèmes d’éthique, qui existeront toujours, progrès technologique ou pas. Certes, il est coûteux en temps et en effort de bien vouloir voir les enjeux qu’entrainent les différents progrès technologiques afin de se décider de leur utilisation dans le sens de l’intérêt général, mais c’est un effort nécéssaire.

    Sur ce, je vous amène à vous intéresser plus amplement à toutes ces nouvelles technologies afin d’en prendre le meilleur et d’en interdir le pire, au lieu de tout rejeter en bloc. C’est en ayant toutes les cartes en main que l’on prend une décision saine.



  • lorinc 30 avril 2007 18:06

    Disons qu’il est difficile d’écrire un article injurieux sans se faire soit même injurier.

    Si tu trouves les commentaires navrant, dis-toi qu’ils sont à la hauteur de l’article... smiley



  • lorinc 30 avril 2007 18:01

    « oh mon dieu, mon dieu otez moi ça de devant les yeux je sens que je vais défaillir ... Qu’est ce qu’elle nous fait la chochote ? »

    Écoute moi bien : Ce n’est pas parce que ça m’a blessé d’entendre cette phrase dans la bouche d’un homme politique français qu’il faut aussi que je subisse tes commentaires idiots, immatures, et somme toute inutile.

    Je n’ai rien dit sur le rapprochement qui était fait entre un parti français (tu peux en prendre un au choix) et le parti nazi, parce que c’est d’une inutilité rarement atteinte, en plus d’être un grand classique d’internet.

    Par contre, je me suis soulevé contre la récupération par un homme politique et son équipe de campagne d’un slogan qui historiquement ne rappelle rien de bon, parce que c’est de mauvais goût. Cela nie un désastre en faisant passer pour quelque chose de positif ce qui devrait rester dans les mémoires comme une tragedie.

    Si tu n’es pas capable de faire marcher tes synapses pour comprendre ça, alors désolé du dérangement...



  • lorinc 30 avril 2007 16:56

    C’était pas seulement osé, c’était honteux et extremement déplacé.

    Pour avoir vu Auschwitz en vrai et en avoir fait des cauchemards pendant très longtemps, je peux te dire que le type - quelles que soit ces idéaux politiques - qui sort ça n’aura que mon mépris le plus total, et que je lutterai contre ce genre de crapules de toute mes forces.

    On ne peut pas laisser passer un tel mépris de l’histoire, surtout dans ces moments les plus tragiques.

    Je n’arrive pas à croire que quelque chose d’aussi gros soit passé à travers toute une équipe de communication. C’est à mon avis délibéré.

    http://perso.orange.fr/d-d.natanson/P1010012.jpg







Palmarès