• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

lpetit

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • lpetit 24 avril 2007 23:07

    Bonsoir Pierre,

    J’ai vraiment apprécié ton article. J’appartiens au même réseau structuré que toi, « travaillant sans hiérarchie et sans capital » smiley

    Je me retrouve dans plusieurs des références que tu évoques, et c’est Paul Ariès qui va me permettre d’aborder le fond de ton article. J’ai donc ressorti le numéro de décembre dernier de La Décroissance et son article « Pourquoi nous sommes démocrates » (pas d’URL à communiquer : l’article n’est pas en ligne).

    Quelques points soulevés par Paul Ariès :
    - C’est vrai que les objecteurs de croissance se divisent sur la nécessité de participer ou pas aux élections.
    - La démocratie représentative est malade de la télévision et du marketing électoral qui tuent toute délibération.
    - Pour autant, le peuple a besoin d’être représenté.
    - C’est tout le sens des élections : choisir ses représentants, à l’issue d’un rituel de délibération (et non pas les tirer au sort, ou les désigner pour leur expertise).
    - C’est un axe fort pour les objecteurs de croissance : redonner tout son sens au politique, y compris toute leur place et tout leur rôle aux partis politiques.
    - Certes, la démocratie représentative suppose d’élire des représentants qui ne nous représentent jamais tout à fait.
    - C’est tout le sens de son pendant : la démocratie participative, directe, autogestionnaire, qui est ainsi une contrepartie au fait que l’on n’est jamais complètement représenté.

    Concernant le rôle que l’on peut jouer : tu évoques, et ça nous rapproche également, tes divers engagements (Lapetiteradio, LE, demexp...). Ceci étant, je m’en réfère encore à Ariès, puisqu’il ne t’est pas indifférent :
    - Les expérimentations collectives (que tu revendiques : « Ces actions sont plus à l’origine d’implication et ont plus d’impact qu’une carte de parti ou un bulletin de vote à mon sens ») doivent éviter le piège de la marginalité et une banalisation de la dualité de la société.
    - Il importe de ne pas négliger un projet politique plus global.

    Amitiés

    Lucien







Palmarès