Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Lucsaint

Lucsaint

J’aime aborder certains sujets de société sous le prisme de cette imposture qu’est « la sécurité routière ». Cette « action publique » est devenue au fil des ans un laboratoire de la pourriture. La route – via le gratifiant matraquage de ses millions d’usagers - concentre tout ce qu’il y a plus moisi chez nos politiques : tentation totalitaire, propagande, infantilisation des masses, impéritie, incompétence, ignorance crasse, récupération, opportunisme, conflits d’intérêts, escroqueries fiscales, corruption…
C’est passionnant à observer.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/01/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 60 66
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • Lucsaint Lucsaint 3 février 2012 15:50

    Ce n’est pas exactement ça, malheureusement. Ces sociétés autoroutières ne font que perpétrer la rapacité de l’Etat français AVANT la privatisation. L’Etat français augmentait déjà abusivement le montant des péages autoroutiers, ce sont même nos hauts fonctionnaires qui ont inventé la technique dite du « foisonnement »... dont parle Dupont-Aignan dans son texte (car les tarifs de péage sont censés être « contrôlés »). 


  • Lucsaint Lucsaint 3 février 2012 15:43

    +1 mais le livre/enquête que je cite plus haut explique aussi que nos dirigeants travaillent aussi à rendre payantes nos belles nationales (discrètement bien sûr, c’est encore un tabou politique). Première Nationale concernée, celle reliant Mâcon à Royan, très circulée (10 000 à 15 000 véhicules/jour)... Sans compter les futurs péages urbains.
    Bref. 


  • Lucsaint Lucsaint 2 février 2012 23:08


    Pour plus d’infos sur cette extraordinaire braderie - véritable cadeau au monde de la finance -, je vous conseille la lecture du livre « Radars, le grand mensonge », tout y est expliqué, en détails. 
    On y apprend - entre autres - que la vente des autoroutes au privé n’est ni de droite ni de gauche, c’est une idée de Jospin concrétisée par Breton et Villepin en 2005 (par décret). On y apprend aussi que les anciens hauts fonctionnaires chargés des autoroutes se sont vus offrir des ponts d’or par les « partenaires privés » ASF/Vinci, Cofiroute, Eiffage etc. Que l’entretien des autoroutes représente une part infime des recettes de péages, sur lesquelles les sociétés autoroutières se goinfrent à plus de 60% !... Que ni les enquêtes de la Cour de Compte (2009) ni les contrôles de la Direction des Routes, n’ont pu stopper cette « nouvelle grosse machine à ponctionner le gogo »...
    Ce livre est sorti en 2009.
    Et certains redécouvrent la lune. Bonne lecture !


  • Lucsaint Lucsaint 13 avril 2010 16:27

    Ces gens-là sont appelés par les vrais journalistes (les anciens) : les « nouveaux journalistes ». Dans cette cour des miracles on trouve des animateurs télé aux dents étincelantes, des speakrines bimbos aidées d’enquêteurs illétrés, des zozos du micro-trottoir, des clowns, des militants écologistes, des imbéciles pistonné(e)s sortis d’écoles de fils à papa, des abrutis de football, des petits soldats de l’ordre moral, des recopieurs de dépêches AFP et autres petits fonctionnaires de la pensée unique...
    Dénominateur commun : ils ont tous la carte de presse.

    Pour info, un véritable journaliste comme Pierre Péan, enquêteur hors pair (François Mitterrand une jeunesse française, La Face cachée du Monde, Le monde selon K, etc.) lui, n’a pas droit à la carte de presse.
    Le système français est ainsi fait... 





  • Lucsaint Lucsaint 8 avril 2010 16:20

    « L’acte citoyen tendance Vichy » ?
    Vous auriez pu aller au bout du concept et dire un mot de l’attitude des journalistes pendant la dernière Guerre mondiale.
    Une rapide enquête vous aurait appris que - justement - ils furent collabos en grande majorité. Même ceux du Canard enchaîné, qui pourtant fait la morale à tout le monde.
    Finalement c’est peut-être ce qui chagrine la presse dans cette affaire sordide. Elle ne fait que renvoyer les journalistes à leur propre histoire, mais aussi à leur quotidien de miliciens de la pensée, de petits fonctionnaires zélotes et aux ordres... ;) 

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Société






Palmarès