• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

lulu

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 5 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • lulu 16 novembre 2007 15:11

    Parlons un peu du statut social des étudiants. Supposons (pour garder le débat polémique) que l’enveloppe disponible soit fixe. Que pourrait-on faire pour augmenter l’équité du système ? Examinons les ressources disponibles :
    - 1/2 part fiscale : elle ne profite bien sûr qu’aux parent qui paient des impôts. Elle profite plus aux personnes qui paient bcp d’impôts et qui ont donc moins de besoins. Cette masse d’argent (assez importante) ferait une belle cagnotte pour l’enseignement supérieur.
    - les frais d’inscriptions : on peut argumenter que les frais d’inscriptions profitent plus aux classes défavorisées. Ce qui est vrai. Je trouve par contre regrettable qu’un fils de bourgeois ne paie presque pas l’université alors qu’un fils de famille modeste ne touche qu’une bourse faible voire dérisoire.

    Plusieurs solutions sont sur le marché :

    - Une solution serait d’augmenter les droits et en même temps les bourses pour faire payer ceux qui peuvent payer et aider plus ceux qui en ont vraiment besoin. cela ne me choquerait pas... faisons payer les bourgeois et aidons les plus modestes. Hélas, ça n’est pas tout a fait aussi facile. Le problème qui se pose est qu’une fraction non négligeable de notre jeunesse est en rupture avec des parents aux revenus corrects. Des étudiants qui vivent chichement, sans droit aux bourses sociales. Il est très difficile de faire la différence avec des étudiants qui ont 1000 euros d’argent de poche. Le deuxième souci c’est que cela ne tient pas compte des accidents de la vie. Un parent qui gagne bien sa vie peut un jour se retrouver au chômage. Et là les choses se compliquent. Un moyen de pallier à ses problème serait de donner bcp plus de moyens aux assistantes sociales mais c’est là une autre histoire encore. C’est d’ailleurs assez amusant de constater que la plupart des grandes ecoles demandent plus en terme d’inscription (directement ou indirectement) que l’université.

    - Une autre solution est le pre-salaire étudiant proposé depuis très longtemps par l’UNEF par exemple. L’étudiant se définissant comme un jeune travailleur intellectuel mérite un salaire. Cela a le mérite de la simplicité. Mais donner de l’argent de poche à un jeune qui n’en a pas besoin. Je prefere de loin le donner à un étudiant modeste. Avec la même somme je peux aider deux fois plus d’étudiants modestes ou deux fois mieux. En plus cela pose le problème de la définition du statut d’étudiant ? la somme sera-t-elle meilleure que celle accordée au RMIste ? sinon j’invite chaque rmiste ayant au moins le bac à s’inscrire à la fac. Et qu’en est-il de toutes les formations pseudo-universitaires plus ou moins privés ? Y adjoindra-ton un critère de reussite comme pour les bourses ?



  • lulu 1er octobre 2007 16:02

    Pour enseigner en Master 2 ou nous avons des étudiants de fac et des étudiants d’école d’Ingénieur.. les étudiants les plus brillants sont rarement ingénieurs. En recherche on demande plus que simplement de savoir aligner des méthodes. On voit trop souvent de bons étudiants faire une prépa, réussir un concours et une fois en école d’ingénieurs.. vive la belle vie ! Cela n’est evidemment pas vrai pour toutes les ecoles mais, j’oserais dire, presque. De plus, pour un certain nombre d’entreprises, le recrutement endogénique pose des problèmes.

    Ce qui est assez drôle, c’est de voir les écoles d’ingénieurs ouvrir grandes leurs portes (je ne parle pas des quelques ecoles d’ingé du 1er groupe).. la diminution massive d’étudiants en Sciences les rattrape. Je vois des étudiants partir en ecole d’ingénieur qui n’auraientt, avec de tels dossiers, pas rêvé de candidater, sans même parler d’être acceptés, il y en encore 5 ans. Meme les prépas acceptent de nos jours des étudiants qu’elles n’auraient jamais acceptés auparavant.

    Je suis personnellement pour une unification du système éducatif français dans l’enseignement supérieur. Cela ne veut pas dire abolir les filières qui marchent (il y aurait beaucoup à redire sur les prépas.. je ne suis pas convaincus que cela soit une manière de former une élite intellectuelle). Mais former au sein d’une entité universitaire de véritables synergies. Une filière sélective et difficile ne me choque pas. Mais pourquoi la couper de l’enseignement supérieur ?



  • lulu 4 septembre 2007 14:52

    1° - Quelle est la descendance d’Adam et d’Eve qui conduit à Jésus-Christ et combien d’années séparent la Création, de la naissance du Messie ?

    Ce qui m’interesserait vraiment c’est de savoir si « Lucie » était « Eve » ? ahh non pardon, les os de Lucie sont datés de -3 miilions d’années. C’est donc dieu qui a placé ces os dans la terre pour nous faire douter tout en dictant un livre ou il donne toute la verite smiley Quel coquin ce dieu quand même...

    2° - Quels sont les faits historiques qui font état de cette généalogie et quelle est l’authenticité des documents ?

    Pourquoi questionner la vérité historique indéniable de cette belle histoire qu’est la bible. C’est comme questionner la vérité historique de l’« épopée de Gilgamesh » ou de la « Belle aux Bois Dormants ». Une belle histoire malheureusement un peu trop sanglante pour que je la raconte aux enfants pour les endormir. De là à la prendre aux pieds de la lettre ?

    3° - Quelle est la véracité des faits bibliques sur le Déluge et la Création ?

    La science nous dit autre chose. Elle nous dit que la terre a quelques milliards d’années et que l’evolution a faconné l’homme et la nature par des mécanismes que nous ne connaissons pas encore tous, loin s’en faut. Ce qui est magnifique avec la science c’est que, contrairement aux fanatiques religieux, elle ne prétend pas détenir la verité. Bien au contraire, au coeur même de la science se trouve le doute et la remise en cause d’une théorie par une nouvelle théorie plus à même d’expliquer le monde qui nous entoure. La science se fout de nos fantasmes religieux comme d’ailleurs les 3 milliards++ d’humains qui ne se revendiquent pas du message biblique.



  • lulu 21 juin 2007 15:14

    Permettez moi de rajouter les données suivantes car visiblement la grande partie des gens ici ne savent pas ce que signifie vraiment l’échec à l’Université :
    - les études des parcours étudiants réalisés montre bien qu’il existe un échec relativement important en 1ère année d’université. Maintenant, quand on regarde sur 4 ans, plus de 90% d’une classe d’âge entrant à l’université finissent par obtenir un bac+2. On est bien loin des 60% d’échecs.

    Ce que cela montre bien c’est que bien plus qu’un problème d’échec en 1ère année, nous sommes face à un problème d’orientation et certainement également de maturité d’un bon nombre de jeunes qui quand ils arrivent à 18 ans à la fac ne savent tout simplement pas encore ce qu’ils ont envie de faire.



  • lulu 21 juin 2007 15:03

    Une réforme de l’université passe t elle nécessairement par une concertation avec les étudiants ? Même question pour la réforme de la maternelle.

    je ne voudrais pas heurter votre intelligence en vous signalant que les étudiants sont majeurs.. eux !

    Qui paie, décide.

    Heureusement que cela ne marche pas comme cela pour les élections... enfin aux dernières nouvelles un PDG avait le même droit de vote qu’un RMIste.

    Ce genre de négociations n’existe pas aux USA où il n’y a pas de ministre de l’Université. L’université Française est la honte du monde civilisé.

    Vous réalisez que l’education est décentralisé aux US et que c’est l’affaire des états. Et evidemment, dans chaque état, il y a un équivalent d’un ministre chargé de l’enseignement. Quand à la honte du monde civilisé.. quand un étudiant vaut moins en France qu’un lycéen.. voilà la honte !

    Les syndicats étudiants, quelle rigolade !!!

    vous voulez parler de l’UNI ? smiley

    Seuls les parlementaires sont habilités à juger de la qualité du texte de loi présenté. Les révoltes étudiantes ont suffisamment fait perdre de temps et de l’argent.

    Dissolvez immédiatement les syndicats ouvriers, les associations de quartiers, les instances de concertations.. nous venons de découvrir une nouvelle assemblée nationale qui maîtrise tous les sujets !!! HOURRRAh !!

    Etudiants au boulot !!

    Patron tête de con..

    oups pardon.. je me laisse aller à la caricature.. cela n’est pas digne d’un débat constructif !







Palmarès