• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Luniterre

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 17/05/2014
  • Modérateur depuis le 08/09/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 63 446 1641
1 mois 0 9 0
5 jours 0 9 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 761 685 76
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Luniterre 21 août 13:13

     

    Ce constat, assez réaliste, de la descente aux enfers de la « gauche » française, est probablement encore en dessous de la triste vérité, et surtout, ne va pas vraiment chercher les causes objectives du problème…

    En effet, si l’on remonte aux années 60-70, alors qu’on en était au début du « déclin » par rapport aux fameuse « 30 glorieuses », ce qui est à priori plutôt étonnant, c’est la survivance, à cette époque de relative « abondance » pour les classes populaires françaises, d’idéologies révolutionnaires fortement marquées par les utopies ouvrières du début du 20ème siècle et par la révolution bolchévique… Même si c’était sous des formes déjà largement édulcorées par l’idéalisme « humaniste » petit bourgeois…

    En réalité, cela traduit simplement le retard d’évolution de la superstructure par rapport à l’infrastructure… En fait, les classes populaires ont seulement fini, dans les années 80-2000, par intégrer les idéologies potentiellement véhiculées par l’état des rapports sociaux de cette époque antérieure, et se réveillent aujourd’hui à peine pour défendre leurs acquis sociaux, en réalité déjà condamnés par la crise et l’évolution actuelle du système…

    Évidemment, cela ne peut donc aller jusqu’à le remettre en cause, puisqu’il s’agit de conserver inconsciemment ce que l’on croit enfin être un modèle acquis… Même les combats du « désespoir » des licenciés sans rémission n’éveillent qu’une solidarité vague et mitigée…

    L’évidence que ce modèle est condamné est encore loin d’être perçue, même si personne ne croit plus vraiment à une sortie de crise…

    La « solution » apparaît comme une sorte « stase », de phase d’adaptation à la crise, comme si tout pouvait encore se stabiliser en l’état…

    Alors que les reculs sont constants et inexorables.

    Mais il ne le paraissent pas encore dans leurs conséquences.

    Les conditions « infrastructurelles » d’un nouveau bouleversement social ne sont peut-être pas très loin devant nous, mais les superstructures idéologiques pour la transformation réelle des rapports sociaux sont restées déjà trop loin en arrière par rapport aux dernières secousses sérieuses (36, la Résistance), et finissent seulement de s’effondrer. Mai 68, en fait de « Répétition générale », c’était plutôt carrément la queue de la comète, ses dernières étincelles…

    Pour en rallumer d’autres il faudrait faire très fort sur les silex, si l’on veut ranimer la flamme, et déjà, rassembler une tribu entièrement nouvelle, modeste mais déterminée… Il n’y a pas de « spontanéisme » là dedans…

    D’une part, la « cote de popularité » de Macron, elle, paraît « sombrer » sans qu’une seule ride n’apparaisse à la surface de l’eau, ce qui est tout aussi logique, si l’on se rappelle les conditions de son « élection », c’est-à-dire de sa « nomination » par le système, et d’autre part, la petite bourgeoisie « progressiste » espère encore, ou plutôt, enfin, pouvoir se vautrer dans les fauteuils avachis et sans ressorts d’un pouvoir à son image…

    L’auteur nous dit lui-même qu’elle n’est plus capable de produire des analyses, même approximatives…

    Mais pourquoi le devrait-elle ? Son heure est en train de passer et celle du prolétariat n’a pas encore réellement sonné.

    Quelques étincelles jailliront-elles à l’aube ?

    Il y faudrait au moins quelques silex…

    Luniterre

    PS : Rapport à un autre contexte historique, un article récent traite ce problème de relation infrastructure/superstructure sur TML :

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/08/18/doctobre-a-la-chute-de-lurss-problematique-du-rapport-de-force-et-de-la-superstructure/

    *******************************************************




  • Luniterre 21 août 01:20

    Apparemment un « bug » avait fait provisoirement disparaitre la première édition de ce très court post...

    D’où le « doublon »...

    Luniterre



  • Luniterre 21 août 01:16

    @Lugsama

    En très simplifié, c’est à peu près ça...

    « Le plus impérialiste » restent les USA, mais les dents du dragon chinois commencent à rayer sérieusement le parquet, surtout du côté des îles Spratleys, par exemple.

    Luniterre



  • Luniterre 21 août 01:07

    @Lugsama

    En très simplifié, c’est à peu près ça...

    « Le plus impérialiste » restent les USA, mais les dents du dragon Chinois commencent à rayer sérieusement le parquet, surtout du côté des ïles Spratleys, par exemple.

    Luniterre



  • Luniterre 20 août 19:16

    @Lugsama

    Ce qui ne change donc pas forcément le sens de mon analyse...

    Il est évident que la bourgeoisie nationale ne peut pas résister sur une base d’autonomie totale et fait des concessions, tout en résistant quand même, autant qu’elle le peut...

    Kadhafi a aussi longtemps joué à ce jeu, et fini par perdre...

    La RPDC joue aussi au même jeu, mais avec un atout déjà plus sérieux...

    Tout est une question de rapport de force...

    Le créer et difficile, vu la disproportion des moyens, mais pas impossible...

    Et quoi qu’il en soit, capituler ne mène nulle part...

    Néanmoins, en jouant un double jeu financier habile, les chinois ont réussi à retourner la situation, d’un point de vue entièrement capitaliste, et sont maintenant des concurrents de l’impérialisme US.

    Sans un parti réellement prolétarien et organisé pour la lutte, la bourgeoisie, qu’elle soit « nationale » ou comprador, finit toujours dans le camp impérialiste. Le PCC, depuis 1927, a cessé d’être un parti prolétarien, pour devenir, avec Mao, un parti national bourgeois et payasan, qui a néanmoins lutté de façon assez conséquente contre l’impérialisme, jusqu’au milieu des années 50.

    La politique du double jeu révélée clairement à partir de sa « théorie des trois monde » (Alliance avec les USA contre l’URSS) était déjà contenue, dans son principe « philosophique », dans son ouvrage de base « De la contradiction », qui fit le bonheur des gauchistes des années 60.

    Quelques articles sur le sujet, regroupés ici :

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/chine-capitalisme-ou-socialisme-aux-racines-du-maoisme/

    ****************************************

    Bonne lecture et bonne soirée...

    Luniterre

Voir tous ses commentaires (20 par page)