• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

M. de la Rochebarre

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • M. de la Rochebarre 30 mai 2007 16:15

    Mickaël Tronchon alias « Phinéas » était un jeune homme perturbé qui avait connu le suicide de son père à 13 ans et l’alcoolisme de sa mère après ce drame familial. Un peu comme Adolphe avec les juifs il avait été maltraité par des « arabes » dans son enfance. Il lisait trop les faits divers et avait cet espèce de manie paranoïaque de croire que chaque fois qu’un meutre ou qu’un viol avait été commis par ce que la presse nommait des « jeunes » dans une banlieue française, il s’agissait forcément d’individus issus de la première, deuxième, troisième voire quatrième génération d’immigrés nord africains. Alors un jour il s’est un peu identifié au monstre nazi et a commencé à détester ceux qu’il appelait les « bougnouls » au point de vouloir les tuer. Il a prit une hache et a tenter de tuer un homme d’origine maghrébine en plein centre de Villerbanne. S’il avait réussit il a déclaré qu’il aurait tracé des croix gammées avec le sang de sa victime et aurait déposé sa tête devant une mosquée (en vérité, s’il était parvenu à ses fins il serait probablement en plusieurs morceaux à l’heure actuelle). Il n’a pas été déclaré irresponsable par la justice. Il a écopé de 20 ans de prison ferme.

    Le fait que la justice arrête de trouver des excuses psychologiques et familiales à des criminels, d’autant plus des criminels portés par une idéologie immonde et meurtrière, est une bonne nouvelle. Ce qui fait froid dans le dos c’est que ce malade pourrait bien sortir en conditionnelle dans 10 ans si on considère qu’il a véritablement changé, puisque la peine n’a pas été assortie d’une peine de sûreté.

    Bertrand Cantat est un chanteur de rock français. Il a vendu plusieurs millions d’albums mais ne supportait plus son patron qui était un chantre du Grand Capital. Il n’en pouvait plus de son enfermement constant dans des hôtels 3 voire 4 étoiles à travers le monde lors de ses tournées. L’amour que lui portait ses millions de fans lui pesait plus qu’autre chose. Il aurait préféré une vie plus simple. Sa maîtresse a eu le malheur de le titiller dans un moment de profonde angoisse. Que pouvait-elle comprendre à la détresse de cet enfant du peuple, elle la petite fille gâtée, disons-le la « bourgeoise », elle qui ne savait pas ce que pouvait être ce pesant combat contre l’intolérance et le marché mondial qui pèsent un peu plus tous les jours sur notre vie. Le ton est monté, le coup de poing est parti tout seul, Bertrand avait commis l’irréparable. Il ne pourrait jamais se relever. Il avait tué la femme qu’il aimait. Aucune punition ne pourrait être plus lourde que le chagrin qu’il éprouverait désormais le restant de sa vie. Le tragique, le vrai. La justice prononça 8 ans de prison ferme.

    Allons soutenir Bertrand Cantat à sa sortie de prison cet été après 4 ans de réclusion qui ont du être un véritable calvaire. Allons le retrouver sur scène et tenter avec nos maigres moyens d’adoucir la peine de cet homme à qui la vie n’a pas fait de cadeaux. Bertrand, je n’excuse pas ton geste, mais regarde, les fascisant reculent, ils ne sont plus que 10,4 %.

    A lire en parallèle :

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=24984

    http://www.liberation.fr/actualite/societe/256011.FR.php







Palmarès