• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Marie-Cécile

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Marie-Cécile 22 mai 2006 14:11

    Bonjour, J’aimerais que vous publiez un article sur le concours de secrétaire conduit par l’Assemblée Nationale dernièrement. Voici un résumé de ce feuilleton : En février 2005, j’ai passé l’écrit de pré-sélection. En mars 2005, j’étais sélectionnée parmi 300 autres candidats pour une journée entière d’écrits et trois demi-journées (un autre écrit et deux oraux à des dates différentes). En juin 2005, juste avant de passer l’oral final, je reçois une lettre informant ’Suite à un incident matériel, les épreuves sont reconduites... ;". Je tiens ce courrier à votre disposition si nécessaire ainsi que toutes les informations relatives à ce concours. J’ai repassé l’intégralité de ces épreuves qui, me semble-t-il étaient ’pipées’ dès le départ. Ne s’agissait-il pas de remettre sur la liste des candidats (pistonnés ?) qui avaient dû être malencontreusement éliminés lors du 1er test de sélection ? Lorsque j’ai passé l’oral final, le 12 mai dernier, je me suis retrouvée face à un public de 9 personnes. N’est-ce pas démesuré pour 90 candidats ? A croire que ces chers fonctionnaires (une secrétaire reçoit un salaire de 2 900 euros nets par mois, en moyenne...) ont du temps à perdre. Au final, les derniers oraux devaient se terminer le 16 mai (avec un coefficient de 4, le plus important au titre de ces épreuves) et j’ai été stupéfaites de constater la publication des résultats cette même journée du 16 mai. Les dés auraient-ils été jetés avant même la fin de ce concours, comme en attesterait la liste des candidats reçus (bcp de noms concordent au niveau de personnalités influentes et travaillant à cette même Assemblée). Je reste à votre disposition pour vous fournir tout complément d’information. Une salariée du secteur privé indignée.







Palmarès