Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Martin sur AgoraVox

Martin sur AgoraVox

Martin sur AgoraVox habite dans un village et travaille dans une grande ville.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/03/2007
  • Modérateur depuis le 21/05/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 26 356 1061
1 mois 0 5 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 15 12 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0




Derniers commentaires

  • Par Martin sur AgoraVox (---.---.---.247) 21 août 17:48
    Martin sur AgoraVox

    Cette allégation concernant les frontières circule sur le net mais il ne faut pas s’y fier.
    Si le fait juridique au niveau ONU était avéré alors la Russie aurait pu depuis longtemps agir pour mettre l’Ukraine en échec.
    Faites une recherche sur internet (il faut comprendre au moins l’anglais et si on veut lire l’article à l’origine de la « rumeur » il faut comprendre le russe) et vous pourrez vérifier qu’il faut se méfier de cette histoire de frontières pas reconnues par les pays voisins de l’Ukraine.
    En substance on retient que puisque les tracés des frontières sont reconnus dans les faits (la Russie et l’Ukraine et les autres pays limitrophes ont depuis de nombreuses années installé des postes-frontières) alors ces frontières ont une existence juridique.

  • Par Martin sur AgoraVox (---.---.---.38) 21 août 17:31
    Martin sur AgoraVox

    Concernant « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » :

    Souvent on pense qu’il est possible d’en appeler à la Charte des Nations Unies, fondatrice de l’ONU, où il est affirmé que les « relations amicales » entre les nations sont fondées sur « le respect […] de leur droit à disposer d’elles-mêmes ». Mais en 1960 la résolution n°1514 a réduit le champ d’application de ce droit, afin qu’il ne soit applicable qu’aux seuls cas des territoires ayant le statut de colonies, en précisant que seuls les peuples qui ont subi une « subjugation, domination et exploitation étrangères » peuvent prétendre au droit à l’autodétermination. Il y a donc dans la Charte des Nations Unies, modifiée par la résolution n°1514, une discrimination envers les peuples qui n’avaient jamais le statut officiel de colonisés.

    Alors si les nations européennes ne peuvent pas se référer à la Charte des Nations Unies pour évoquer le droit à l’atodétermination, quel moyen légal reste-t-il avant de se résoudre en dernier recours à obtenir par une guerre civile de sécession le droit d’exister souverainement ?

    Réponse : sur la sécession il semble qu’il n’y ait pas de texte de type législatif de portée internationale.

    Donc si le pouvoir central n’accepte pas la séparation, le seul moyen c’est la guerre de sécession et un référendum pour confirmer les fondements démocratiques de la séparation.

  • Par Martin sur AgoraVox (---.---.---.84) 21 août 14:36
    Martin sur AgoraVox

    La manipulation de l’opinion publique est une technique très au point.

    Concernant le sujet de cet article, en l’élargissant un peu, il est pertinent de se demander qui manipule l’opinion occidentale et dans quel but. Le stéréotype de cette manipulation est : « Putin est un dictateur, en Russie c’est l’oppression, les pays occidentaux, conduits par l’Amérique d’Obama, sont l’exemple à suivre de la démocratie … etc. ».

    Alors comment fonctionne cette manipulation, cet endoctrinement des occidentaux, qui manipule et qui est manipulé ?

    « Même si certains obéissent probablement à un agenda caché ou que d’autres n’osent pas se démarquer, il est stupéfiant de voir que des journalistes ou des politiciens a priori intelligents, équilibrés, cultivés et sincères s’enferment dans une grille de lecture unique ! Et de là, on peut difficilement blâmer la vaste majorité de la population de se retrouver avec les mêmes œillères que les faiseurs d’opinion. »

    Je suggère de lire la suite dans l’article « L’opinion publique est dominée par un égrégore ».

    Ça nous fait réfléchir … mais ça devrait surtout nous amener à trouver un moyen de changer cet état des choses…

    Car nous ne voulons certainement pas être conduits là où ILS veulent nous conduire.

  • Par Martin sur AgoraVox (---.---.---.173) 19 août 12:26
    Martin sur AgoraVox

    « LE REFUS DE L’AMALGAME : L’ISLAMISME N’EST PAS L’ISLAM » : c’est faux, l’islam c’est la violence.

    Ce qui amène à prendre position contre l’islam, ce ne sont pas le préjugés, ni les névroses, ni la paranoïa ; ce qui amène à prendre position contre l’islam ce sont les faits, les bases sur lesquels repose l’islam.

    Affirmer que l’islam est une religion comme une autre : ça c’est un préjugé.

    Non, nous ne pouvons pas accepter de regarder l’islam en France comme une religion comme une autre. Car l’islam n’est pas une religion comme une autre.

    Contrairement à l’idée que l’on cherche à répandre en France, notamment à travers les programmes de l’enseignement public obligatoire, il faut retenir que toutes les religions ne se valent pas.

    L’islam est un danger pour les Européens : l’islam attaque les fondements de la société européenne, la progression de l’islam détruit les valeurs européennes.

    La propagation de l’islam en Europe est une agression contre l’identité européenne.

    L’identité des Européens est bâtie sur des fondations qui contiennent un grand nombre d’éléments d’origine chrétienne : par exemple la société européenne applique les principes moraux issus de l’enseignement chrétien. Ainsi la laïcité a été inventée par les Européens en appliquant le principe chrétien de tolérance.

    Une précision sur la tolérance : être tolérant cela ne signifie pas qu’on doit accepter de subir passivement l’intolérance des autres. La tolérance qu’ont adoptée les Européens, qui sont globalement d’ascendance culturelle chrétienne, ne doit pas leur interdire de s’opposer à l’expansionnisme agressif des musulmans. La tolérance s’arrête là où commence l’agression. L’islamisation de l’Europe, facilitée par les cercles politiques au pouvoir, qui sont les collaborateurs de l’islamisation, cette islamisation qui se répand contre la volonté de la majorité des Européens, est une agression et lorsqu’on est agressé on a le droit de s’opposer à l’agression par tous les moyens qui s’avèrent nécessaires.

    Le recentrage des Européens sur les valeurs chrétiennes apparaît nécessaire et urgent à cause de la progression très rapide de l’islam en Europe. C’est là, à propos de l’acceptation ou du refus de l’islamisation, qu’est mise en avant la question de la tolérance. Il y a sur cet aspect de la tolérance et de l’intolérance une grande différence entre l’islam et la chrétienté.

    Éloignons nous un instant des textes qui définissent les deux religions et intéressons nous aux messages qu’ont laissé Jésus et Mahomet par l’exemple-même de leur vie.

    Intéressons nous donc aux faits de leur vies.

    Jésus n’a jamais appelé à propager par la force la religion chrétienne. Alors que Mahomet a appelé à l’intolérance : il a personnellement propagé l’islam par la guerre, par la violence. L’enseignement de Mahomet, l’exemple qu’il a donné, contient une dose certaine d’incitations à la haine.

    Certains rétorqueront que la chrétienté a aussi été souvent imposée par la violence. À cela il faut répondre que ceux qui ont utilisé la violence pour propager la chrétienté sont seuls responsables de leurs actions : ils n’ont pas agi en accord avec les enseignements de Jésus, le prophète chrétien. Par contre ceux qui cherchent à imposer l’islam par la violence sont en accord avec la doctrine qu’enseignait Mahomet et même avec les actions guerrières, avec la violence, avec le vol que pratiquait personnellement, le sabre à la main, Mahomet, le prophète de l’islam.

    Concernant la tolérance de certaines religions et l’intolérance d’autres religions observons aussi que Mahomet, le prophète de l’islam, a défini clairement les règles de l’islam comme devant être les règles politiques – les lois – de la société dans laquelle vivent les musulmans. Alors que Jésus a clairement séparé le domaine politique – « Donnez à César ce qui est à César … » – du domaine religieux.
     
    Insistons encore sur le fait suivant : contrairement à l’idée que l’on cherche à répandre en France, notamment à travers les programmes de l’enseignement public obligatoire, il faut retenir que toutes les religions ne se valent pas. Les origines culturelles des Européens actuels sont chrétiennes et retenons que la chrétienté a façonné l’identité des Européens.

    L’islamisation de l’Europe est une agression contre l’identité des Européens indigènes.

    Comment se propage et s’impose l’islam :
    là où il n’y a pas de résistance, comme en Europe car les gouvernants y interdisent toute forme de résistance, on constate que les coutumes musulmanes, les règles communautaires et la charia s’installent progressivement grâce à l’attitude naïvement trop tolérante des populations indigènes,
    là où islam rencontre de la résistance, par l’extermination de ceux qui n’adhèrent pas :
    voir la vidéo

  • Par Martin sur AgoraVox (---.---.---.89) 11 août 17:33
    Martin sur AgoraVox

    Comment se propage et s’impose l’islam :
    là où il n’y a pas de résistance, comme en Europe car les gouvernants y interdisent toute forme de résistance, on constate que les coutumes musulmanes, les règles communatutaires et la charia s’installent progressivement grâce à l’attitude globalement tolérante des populations indigènes,
    là où islam rencontre de la résistance, par l’extermination de ceux qui n’adhèrent pas :
    voir la vidéo







Palmarès