• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Martine Gross

Ingénieure de Recherche en Sciences Sociales, CNRS
Présidente d’honneur de l’Association des Parents Gays et Lesbiens (APGL)
a publié
M. Gross Que sais-je ? L’homoparentalité, PUF, 2003, 3ème édition 2007
M. Gross, M. Peyceré Fonder une famille homoparentale, Ramsay 2005

Deux papas, deux mamans qu’en penser ? Débat sur l’homoparentalité avec E. Antier, Calmann-Lévy, 2007

Tableau de bord

  • Premier article le 19/07/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 15 115
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • Martine Gross 22 juillet 2008 11:52

    Bois-Guibert,
    entre cette époque et aujourd’hui, il y a une différence. Même les actes pédophiles n’allant pas jusqu’au meurtre sont aujourd’hui condamnés. Il n’y a pas que l’effet Dutroux qui horrifie.
    Il suffit d’une suspicion de geste déplacé pour  condamner un enseignant ou un père.
    Les arguments utilisés dans les années 1970 n’auraient pas du tout la même réception aujourd’hui.
    En tout cas, il ne se trouverait aujourd’hui aucun militant LGBT pour les reprendre.
    Vous cherchez à décrédibiliser et à salir la lutte contre les discriminations en l’associant à ce qui suscite à juste titre le plus de dégout et de réprobation.
    Les parents homosexuels souhaitent comme tous les parents dignes de ce nom que leurs enfants ne croisent jamais la route d’un pédophile. ça me choque beaucoup d’être obligée d’écrire une chose aussi évidente que celle-là.


  • Martine Gross 22 juillet 2008 10:33

    "Nous sommes ici dans le domaine de la libération des mœurs qui se poursuit, par tranches successives, depuis une soixantaine d’années."

    La libération des moeurs se poursuit en effet mais seulement dans le domaine de ce que peuvent faire ensemble des adultes consentants. La libération des moeurs ne signfie pas la permissivité par rapport à ce qui est criminel . La même période récente d’une soixantaine d’années a vu le viol devenir un crime, y compris le viol conjugal, ainsi que l’abus sexuel sur mineur . Les violeurs et les pédophiles sont à juste titre poursuivis. . c’est cela aussi la libération des moeurs et c’est tant mieux.


  • Martine Gross 22 juillet 2008 08:43

    Reuillois,

    merci de votre patience pour argumenter face aux propos purement homophobes de Bois Guibert dont les premiers posts incitaient les homosexuels à rester dans les égouts. Les plus récents parlent d’une sexualité inutile et amalgament pédophilie et homosexualité.

    J’adhère à vos arguments mais pour ma part, j’ai préféré ignorer ces propos haineux d’autant  qu’on a peu de chance de convaincre leur auteur. Mais vous avez probablement raison de répondre ne serait-ce que pour les autres internautes qui vous liront.

    J’ajouterai à propos de la différence de contexte entre il ya 25 ans et aujourd’hui que les mentalités ont évolué tant dans la société que parmi les homosexuels eux-mêmes. Selon les enquêtes sur la sexualité des français, la dernierè vient d’être publié par Bozon et Bajos, l’homosexualité est de plus en plus perçue comme une sexualité comme une autre. Cette évolution va de pair avec  la contraception et la procréation médicalement qui permettent de séparer sexualité et procréation mais aussi avec l’adoption internaionale, le divorce par consentement mutuel qui ont permis la diversification des configurations familiales. De leurs côté, les luttes révolutionnaires des homosexuels se sont transformés en luttes contre les discriminations. La pandémie du Sida a mis en évidence la cruauté de ces dernières. Les changements de mentalité dans la société ont touché les gays et les lesbiennes eux-mêmes. Ils ont une meilleure estime d’eux-mêmes. Comme vous le dites, ils aspirent à transmettre eux-aussi ce qu’ils ont reçu. Il y a trois décennies, se découvrir homosexuel signait le renoncement à fonder une famille. Lorsque l’APGL, l’association des parents gays et lesbiens, a été créée en 1986. La poignée d’adhérents consistaient principalement en pères autour de la quarantaine qui avaient eu des enfants dans un contexte hétérosexuels. Aujourd’hui, des jeunes entre 20 et 25 ans, s’approchent de l’association, forte de 2000 membres. Fonder une famille ne passe plus nécessairement par la case hétérosexualité et le séjour sur la case "je dois renoncer à fonder une famille" est de plus en plus court.
    Il reste que les enfants élevés dans un contexte homoparental ne sont pas protégés juridiquement. Ils n’ont qu’un seul parent là où ils pourraient en avoir deux. Ils peuvent rencontrer des personnes comme Bois Guibert qui insultent leurs parents. Il y a encore beaucoup de travail pour lutter contre cette homophobie qui peut leur faire bien plus de mal que le fait d’avoir des parents de même sexe.


  • Martine Gross 21 juillet 2008 11:40

    Claude,
    merci. Vous traduisez exactement ma pensée.


  • Martine Gross 21 juillet 2008 10:53

    Vous êtes scandalisé par l’idée qu’on exploite la misère économique et que certaines femmes puissent porter un enfant pour d’autres dans un but mercantile mais vous êtes également scandalisé si on légifère de manière à réduire ce risque et en limitant la possibilité de porter un enfant pour autrui aux femmes qui pour vivre n’ont pas besoin de la contrepartie financière de la GPA.
    je veux bien passer pour une hallucinante ultra-libérale mais je maintiens que les candidates mères porteuses devraient posséder non seulement des ressources économiques autres que liées à la GPA, mais également des ressources mentales et intellectuelles pour qu’elles soient capables d’un consentement libre et éclairé.







Palmarès



Agoravox.tv