• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

mataran

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • mataran 11 mai 2007 16:00

    Ha si j’avais une boule de cristal ! Je suis à fond pour le développement durable et c’est bien entendu un enjeu majeur pour l’avenir de la planète. C’est d’ailleurs un débat qui va bien au-delà de la France. Si je suis aussi dur avec François Bayrou, c’est que j’ai voté pour lui au premier tour et que je pense sincèrement qu’il est en train de se « suicider » politiquement (c’est mon opinion et pas La Vérité). Je suis déçu également car je pense qu’il n’a pas été au bout de ces idées. Il n’aime pas Sarkozy, soit ! Il « préfère » (?)Ségolène Royal, soit ! C’est la démocratie. Le débat politique est par essence contradictoire. Pour qu’il ne soit pas stéril, il faut de l’écoute, de la bonne volonté et parfois savoir reconnaître que l’autre a raison. Je pensais que François Bayrou portait en lui ce principe fondamental. Je pensais qu’il irait au delà des clivages politiques même en cas de défaite à l’élection présidentielle, qu’il se ferait rassembleur et médiateur. Je suis sûrement naïf et terriblement déçu mais peut-être François Bayrou a-t-il une boule de cristal ! smiley Vive le débat démocratique.


  • mataran 11 mai 2007 13:54

    On ne peut pas à la fois refuser l’esprit de clan et créer le sien. La création du MoDem au sein duquel s’attachent ou s’attacheront d’autres partis marginaux (Les Verts d’Antoine Waechter, le Cap21 de Corinne Lepage, etc.), va plus que probablement créer des tensions, des courants, des divergences d’opinions qui, même dans un cadre démocratique et sous le leadership de François Bayrou, ne pourra que reproduire les mécanismes qui ont affaibli le parti socialiste et le RPR avant lui, sans parler de l’UDF en ce moment même. Enfin que penser du virage à 180 degré dans le discours de François Bayrou, lui qui vantait l’ouverture (d’esprit et du dialogue politique) et, qui maintenant, élections présidentielles bouclées, se retranche dans une position de résistance. Tout cela, sous prétexte de créer le seul mouvement démocratique capable, selon lui, de changer le paysage politique français. Dans son illusion de vouloir rassembler, M. Bayrou divise, ajoute encore à la confusion dont la France n’a vraiment pas besoin en ce moment. La démocratie s’est exprimée, n’en déplaise à M. Bayrou, la majorité des français (non contestable) a choisi M. Sarkozy, et son parti l’UMP. Après la volonté de dialogue, les belles paroles du projet d’espoir, d’alliance avec les bonnes volontés de tous les horizons politiques, nous voici à l’heure du contre-pouvoir, de la résistance et de l’opposition ! On veut en terminer avec le bi-partisme ? Quelle ironie et surtout quelle illusion ! L’ajout du MoDem ne facilitera sûrement pas la lisibilité de notre paysage politique. Il ne fait que renforcer le sentiment d’une ambition personnelle venant d’un candidat évincé. Décevant !







Palmarès