• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

mathieu hangue

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • mathieu hangue 3 février 2009 11:31

    Une remarque et une info.

    - Remarque : Dans les secteurs les plus touchés, AUCUNE essence n’a résisté, tout est par terre.

    - Info : un article intéressant, « Tempête dans les Landes : le climat se dégrade » par les Amis de la Terre des Landes : http://www.amisdelaterre.org/Tempete-dans-les-Landes-le-climat.html

    Mathieu Hangue



  • mathieu hangue 17 janvier 2009 23:08

    Actias, vous ne voulez voir qu’une partie du problème.

    La transformation du Brésil et de l’Argentine en fournisseurs mondiaux de soja - en majorité transgénique - pour nourrir les animaux d’élevage des pays riches a des conséquences tragiques sur l’environnement et les populations locales. Mais l’accélération, l’extension de ces politiques en faveur maintenant des agrocarburants a déjà des conséquences désastreuses. Car les agrocarburants sont bien une aggravation de cette logique de concentration foncière et de destruction des écosystèmes, poussée à l’extrême.

    Les mêmes causes provoquent les mêmes effets, que la confiscation des terres soit pour alimenter nos animaux ou nos moteurs : violations des Droits Humains, expulsions, faim...

    D’un autre côté, la disparition de la quasi totalité des forêts malaisiennes ou maintenant des forêts indonésienne n’a pas pour but de nourrir des animaux, mais bien de fournir l’agrodiesel nécessaire à nos moteurs.

    La responsable des peuples autochtones aux Nations-Unies estime que, dans les années qui viennent, 60 millions de personnes seront des réfugiés « énergétiques », c’est-à-dire expulsées de leurs terres pour laisser place à des cultures de plantes à vocation énergétique. 3 millions rien que pour la partie indonésienne de Bornéo. Ca vaut quand même plus de 2 lignes, excusez-moi.

    Nier la catastrophe sociale et écologique que sont les agrocarburants, ne rendra pas leurs terres aux centaines de milliers de familles qui ont été expulsées par l’expansion du soja transgénique destiné à nos animaux.

    MH



  • mathieu hangue 17 janvier 2009 13:43

    Quand je lis nombre de commentaires à cet article, je suis frappé par l’incapacité à simplement concevoir qu’il puisse y avoir un problème et une grave menace pour notre avenir.

    En fait, je repense à une scène du film de Roman Polanski, basé sur le livre de Wadislaw Szpilman, « Le Pianiste ». Alors que les nazis commencent à envoyer les premiers convois du ghetto de Varsovie vers Treblinka, certaines victimes, à quelques heures d’une mort horrible, se persuadent encore que l’avenir sera meilleur.

    La planète se réchauffe, les glaces fondent et de joyeux drilles nous expliquent que la planète a connu ses années les plus froides et que les glaces augmentent... C’est vrai que la réalité fait peur et que le déni est plus confortable.

    Mr Marco, j’admire votre patience.

    MH



  • mathieu hangue 17 janvier 2009 11:25

    Cet article est intéressant car il montre bien où en est encore une bonne partie de la gauche, toutes tendances confondues.

    Faisons le point. On sait aujourd’hui qu’il y a des limites à ne pas franchir si l’on ne veut pas hypotéquer l’avenir. Par exemple on connaît - en gros - la limite de gaz à effet de serre à ne pas dépasser afin de ne pas provoquer un changement climatique planétaire. Là où l’écologie diffère de la gauche, c’est qu’elle pense « global ». Nous divisons donc ce volume limite d’émissions par 6 milliards, pour savoir ce à quoi CHAQUE humain a droit. Pourquoi un enfant des bidonvilles de Johanesbourg ou Calcutta, des favellas de Sao Paulo aurait moins de droit qu’un enfant de Neuily ? Ensuite vous multipliez par 60 millions et vous avez la limite des émissions que la France ne doit pas dépasser collectivement. Si vous comparez avec les émissions réelles, il nous faut tout simplement réduire nos émissions de 80% !

    Bien sûr on peut dire comme le président Bush « Notre mode de vie n’est pas négociable » et envahir l’Irak pour s’accaparer des réserves de pétrole. Mais ce n’est pas ce que veut la gauche, non ?

    Un autre point où la gauche a du mal. Dans nos pays du Nord, la marche vers la démocratie est déjà longue. A la fin du XVIIIème siècle, les conflits paysans se sont multipliés et nous avons eu la Révolution française et une nouvelle exigence démocratique : les Droits des hommes (les femmes en étaient volontairement exclues). Un siècle plus tard, le conflit central de nos sociétés s’est déplacé des campagnes vers les usines. Nouveaux conflits et une nouvelle génération de Droits et Libertés : les Droits syndicaux. Un siècle plus tard, fin du XXème, les demandes de Droits environnementaux sont apparues. Dans nos pays du Nord, on aime à saussissoner. Si on caricature, le militant des Droits de l’Homme ne s’occupe pas de Droits économiques car c’est trop politique. Le militant syndical dit que l’écologie c’est bien mais que, comparé aux problèmes sociaux, ce n’est pas vraiment pas prioritaire ! (Heureusement, ça bouge vite et de nombreuses convergences voient le jour).

    Pour nos collègues du Sud, la situation est différente. Le pêcheur indonésien qui luttent contre certains projets de l’OMC en faveur de la pêche industrielle, ce paysan lutte pour le Droit de vivre, pour son Droit au travail et pour son environnement. Le paysan colombien qui lutte contre l’avancée des agrocarburants lutte pour l’environnement, le droit de vivre et travailler. Eux savent que ces trois générations de Droits et Libertés sont intimement liées et que notre saussissonage est absurde et artificiel. Le système économique actuel est basé sur l’exploitation sans limite des Humains et de la Nature, impossible de différencier.

    Le passage sur les OGM est pitoyable. Les OGM agricoles devaient nourrir la planète. C’est une des grandes promesses qui nous a été faite par Monsanto, Syngenta, Bayer et Cie. On a vu ce que ça a donné en 2007 et 2008 avec les émeutes de la faim ! Nous refusons les plantes modifiées génétiquement parce qu’elles ne servent à rien. Pas la peine d’aller chercher plus loin. L’insuline est produite depuis plus de 20 ans par des OGM enfermés dans des laboratoires confinés. L’insuline, c’est utile et personne ne s’y oppose.

    Un dernier point où notre gauche devrait se poser des questions c’est lorsqu’on l’entend souvent dire « L’écologie c’est un luxe de pays riche ». Quelle stupidité et méconnaissance de ce qui se passe dans le Sud ! Partout, il y a des conflits liés aussi à l’environnement, car dans un pays pauvre, si on détruit ses ressources proches, on n’a pas l’argent comme nous pour faire venir les produits de l’autre côté de la planète.

    MH



  • mathieu hangue 16 janvier 2009 09:02

    L’amiante aussi ne pose aucun problème... Si je me souvient bien l’Académie de Médecine l’a encore affirmé il n’y a pas si longtemps en France. Aujourd’hui, des milliers d’ouvriers payent le prix de cet aveuglement.

    Je n’ai pas envie de payer les pots cassés du changement climatique. Nous sommes en train de faire une expérience grandeur nature et c’est vraiment le cas de le dire. D’après la majorité des intervenants sur cet article, il faut attendre d’être sûrs que l’expérience tourne mal pour envisager de faire quelque chose.

    Pas d’accord.

    MH







Palmarès