• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Association Max Havelaar France

Association Max Havelaar France

Faitrade Max Havelaar est un label international qui regroupe des ONG et des représentants de producteurs. Son but : utiliser le commerce pour donner à des paysans et travailleurs d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine, les moyens de lutter eux-mêmes contre la pauvreté

Tableau de bord

  • Premier article le 08/12/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 5 20
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Association Max Havelaar France Association Max Havelaar France 10 décembre 2009 10:50

    Voilà des années que ce polémiste a été démenti : http://transformaction.free.fr/article.php3?id_article=55

    Je rappelle que le but de cet espace est de recueillir vos réactions à la question soulevée par le changement climatique pour les populations rurales des pays du Sud. En tant qu’ « altermondialiste », avez-vous quelque chose à apporter au débat ?


  • Association Max Havelaar France Association Max Havelaar France 9 décembre 2009 11:59

    Bernard,

    Depuis pas mal d’années que je travaille ici, je connais bien la rhétorique du document que vous proposez. Les points qui effectivement méritent débat y sont mélangés avec de grossières caricatures absolument indignes du sujet dont nous parlons : la pauvreté des populations rurales des pays du Sud.

    Merci donc de bien vouloir expurger le débat des attaques stériles, des préjugés à l’emporte-pièce pour dégager les vrais arguments qui méritent débat.

    En effet, comme tout mouvement qui agit, le commerce équitable (labellisé en particulier) n’est pas parfait. Vous pouvez lui reprocher d’être réformiste et pas révolutionnaire, je vous laisse ce jugement qui ne m’appartient pas.

    Cependant, aujourd’hui, il est temps de recentrer le débat :

    - Est-ce que ça marche ? Oui, et je rencontre personnellement de manière régulière des responsables d’organisations de producteurs qui me le confirment. Sur notre site, vous en verrez quelques-uns.

    - Est-ce qu’il y a des aspects qui fonctionnent moins bien ? Des effets négatifs induits ? Des risques de dérives ? Des risques de dilution ? Oui, probablement. Alors parlons-en, et sur des points précis.

    Mais par pitié, épargnez-nous les insultes faciles du genre « ya bon Banania » et renseignez-vous sur ce que nous faisons.

    Nicolas


  • Association Max Havelaar France Association Max Havelaar France 9 décembre 2009 10:51

    Monsieur Tisserand, je vous invite à aller voir notre site http://www.maxhavelaarfrance.org/, principalement à la rubrique « Quels résultats », afin de mieux comprendre le sens de l’expression « Choisir son propre développement ».

    Les producteurs du Sud, eux, la comprennent parfaitement, et comprennent très bien l’intérêt des garanties du commerce équitable face au besoin de s’organiser, de renforcer leur capacité collective de négociation, d’accéder à des marchés pérennes et rémunérateurs...

    Quant au réchauffement climatique, vous ne le voyez peut-être pas de votre fenêtre bien tempérée, mais sous d’autres climats, les populations rurales en ressentent très bien les effets. Je vous propose de lire à ce sujet le document de réflexion dont nous nous sommes inspirés pour cet article.

    Bien sincèrement,

    Nicolas


  • Association Max Havelaar France Association Max Havelaar France 8 décembre 2009 18:03

    Faxtronic, s’il s’agit de promouvoir le renforcement des organisations de producteurs pour qu’elles fassent leurs propres choix de développement, nous sommes prêts à recourir à bien des moyens publicitaires !


  • Association Max Havelaar France Association Max Havelaar France 8 décembre 2009 17:58

    Bonjour Bernard,

    Les fleurs sont le seul produit équitable à être acheminé par avion. Si on les compare à des roses cultivées en plein hiver dans des serres chauffées en Europe, elles restent relativement économes. Selon une étude britannique de la Cranfield University le bilan énergétique d’une rose cultivée dans les chaudes régions équatoriales au Kenya (avec transport par avion) est six fois inférieur à celui d’une rose issue d’une serre hollandaise chauffée et éclairée à grands renfort d’énergie fossile.

    Il n’en reste pas moins que l’impact carbone de la rose de la saint-Valentin ne sera jamais négligeable. C’est là à chaque citoyen de faire la part des choses. S’il pense que celle qu’il aime ne se contentera pas de perce-neige pour la Saint-Valentin, alors, à tout prendre, mieux vaut qu’il opte pour des fleurs équitables. C’est en tout cas un début de réponse. Vous en conviendrez, les fleurs équitables ont le mérite de nous interpeler sur l’origine des fleurs coupées du commerce et les graves questions posées par les conditions dans lesquelles elles sont cultivées.

    Sur le jus d’orange « équitable ou pas », je ne comprends pas votre argument. Quant au « juteux », j’aimerais que vous me précisiez et que vous argumentiez cet adjectif lancé de manière un peu trop laconique et péremptoire pour que je sois en capacité de vous répondre.

    Bien cordialement,

    Nicolas

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre






Palmarès