• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Maximilien Depontailler

Maximilien Depontailler

Conseiller politique

Tableau de bord

  • Premier article le 11/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 21 85
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 3 février 2010 02:45

    Merci à tous ceux qui ont laissé un commentaire et je vous invite, ainsi que d’autres, à continuer.
    J’ai certes des convictions mais je suis ouvert aux échanges pour comprendre la pensée de chacun d’entre vous et faire évoluer la mienne lorsque je trouve vos arguments plus justes que les miens. J’accepte donc volontiers tous vos commentaires qu’ils soient acerbes, moqueurs, vindicatifs, drôles, réfléchis, ironiques et bien sûr enthousiastes. J’apprécie que vous me fassiez des recommandations de lecture ou de sites Internet ou de faits historiques ou d’actualité.
    Je vous lis avec beaucoup d’intérêt. Je n’ai pas toujours la chance d’être publié ici aussi je vous invite à porter vos critiques de toutes natures sur mon blog (voir mon profil). C’est un espace d’échange, de réflexion, d’humeur qui n’a d’intérêt que si vous le nourrissez de vos réactions comme ici.
    Nous n’avons pas toujours les mêmes idées mais nous avons le même monde. Tâchons d’y vivre ensemble en toute intelligence. Au plaisir de vous lire.


  • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 2 février 2010 13:20

    Philosophe : personne qui recherche les raisons des choses et en particulier leurs raisons dernières, personne qui réfléchit sur le sens de la vie humaine ; en partic., penseur qui édifie une théorie philosophique originale. J’estime « philosophe » tout homme, de quelque degré qu’il soit, qui essaie de temps à autre de se donner une vue d’ensemble, une vision ordonnée de tout ce qu’il sait, et surtout de ce qu’il sait par expérience directe, intérieure ou extérieure (Valéry, Entret. [avec F. Lefèvre], 1926, p.78).

    Si vous préférez dire intellectuel français cela ne me dérange pas et surtout ne change pas l’intérêt de son analyse.


  • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 14 avril 2007 03:04

    @ Milla

    Je dois préciser aussi, pour m’assurer que vous saisissez bien le sens de mon intervention, que la personne qui ne semblait pas comprendre notre liberté de croire (ou de ne pas croire ou de douter de l’existence de Dieu) était une personne croyante.

    J’ai donc utilisé des arguments qui reposaient sur son propre raisonnement. Je faisais une hypothèse : cette personne remet en cause notre laïcité car elle a peut-être peur du châtiment suprême de son Dieu (je fais court mais tout est dans les posts précédents). Par conséquent, je lui proposais de réfléchir sur la capacité de son Dieu à pardonner.

    Perso, je suis agnostique.

    J’espère que c’est plus clair pour vous et pour d’autres. Mais s’il vous plait, avant de vous répandre en caractères majuscules et en enfilades de points d’exclamation, pourriez-vous faire un petit effort et reprendre le court de la discussion ? D’avance merci.


  • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 14 avril 2007 02:52

    Ce « truc », comme vous dites, est une réponse au post qui précédait.

    Je doute que vous ayez suivi le fil des commentaires. La personne semblait ne pas comprendre le sens du mot liberté ou, à tout le moins, s’interrogeait sur notre liberté de croire a contrario des États qui imposent une religion officielle. L’intervention nous éloignait du sujet principal (les accommodements) mais n’était pas dénuée d’intérêt.

    Je vous invite à prendre un peu de votre temps pour comprendre le cheminement de la pensée.

    Peut-être alors aurez-vous une critique intéressante à proposer.


  • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 13 avril 2007 20:49

    Je trouve votre façon de penser surprenante : cela devrait faire l’objet d’une analyse sociologique.

    La liberté ne nous impose pas nos choix (réfléchissez-y une seconde : une liberté qui impose quelque chose n’est plus une liberté) : la liberté nous donne la possibilité de faire des choix, de décider de manière responsable.

    Choisir c’est être libre.

    Auriez-vous peur d’être libre ? Et si oui, pourquoi ? Peur de faire des mauvais choix ? Mais cela ne tient qu’à votre volonté. Peur de vivre dans une société dont les choix individuels conduiraient à des moeurs qui ne vous conviendraient pas ? Mais vous n’êtes pas responsable des choix des autres. Peur du châtiment suprême par un Dieu qui châtirait ces hommes qui n’ont pas su faire un monde à son image ? A ce stade, posez-vous la question de la capacité de ce Dieu à pardonner et à aimer ces créatures imparfaitesque nous sommes et qu’il a engendré.







Palmarès



Agoravox.tv