• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

mburgess

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • mburgess 16 août 2009 19:35

    Bush et Ben Laden : des relations étranges
    George W. Bush est directeur de la compagnie pétrolière de Salem Ben Laden !
    George Bush père avait créé en 1960 la Zapata Company, une société pétrolière qui avait obtenu le droit d’exploiter des zones de forage au Koweït. La fortune de George Bush père était faite. Son fils avait fondé en 79 sa propre compagnie pétrolière au Texas, l’Arbusto Energy, dont la gestion fut catastrophique, et qui fut sauvée de la faillite par Salim Ben Laden, le demi-frère d’Oussama, qui racheta au prix fort une grande partie des actions.

    George W. Bush directeur de la CIA en 1975-1976


    Extraits
    Marianne2, droits de reproduction réservés - Marianne - 32, rue René Boulanger - 75484 Paris cedex

    Liaisons dangereuses
    Qualifié de« CIA des affaires », Carlyle compte parmi ses actionnaires des Saoudiens nommés... Ben Laden. Des clients personnellement démarchés par George Bush Sr, James Baker et John Major. A chacun de leurs déplacements dans le royaume d’Arabie, ces super-VRP reviennent avec des contrats militaires en faveur de Carlyle : logistique de l’armée de l’air, maintenance des chars Bradley, formation de la garde nationale saoudienne. Onzième fournisseur du Pentagone et acteur majeur du complexe militaro-industriel américain, Carlyle aura engrangé un minimum de 1 milliard de dollars en contrats militaires saoudiens.

    Reste que Bush Sr a payé de sa personne pour convaincre la famille Ben Laden de confier une partie de ses économies à Carlyle. Pour ce faire, il pouvait, il est vrai, compter sur l’efficace coup de pouce de James Bath, ex-copain de chambrée de son fils. Bath et Bush Jr avaient, en effet, effectué, en 1968, leur service militaire dans le« Champagne squadron », l’escadrille qui regroupait les fils de famille, dispensés d’un séjour au Vietnam. Les deux lascars se couvraient chaque fois qu’il s’agissait de duper les autorités militaires. Démobilisé, Bath sera le fondé de pouvoir des Ben Laden au Texas et il les convaincra d’investir dans Arbusto, la firme où Baby Bush fit ses débuts peu concluants d’entrepreneur. Il lui évitera ainsi la faillite. Bush père, lui, rencontrera les frères d’Oussama au moins à deux reprises, en 1998 et en janvier 2000. La famille du chef d’Al-Qaida n’aurait apparemment investi, en 1995, que deux modestes millions de dollars - beaucoup plus, mais en toute discrétion, selon certains experts - dans le fonds Carlyle Partners II. Ce fonds se portera acquéreur, en 1997, d’un joyau de l’industrie militaire américaine, United Défense. Cette société d’armement est un des principaux bénéficiaires des commandes du Pentagone pour la guerre contre les talibans, en Afghanistan. En détruisant les tours jumelles du World Trade Center, Oussama ben Laden a donc aussi enrichi... sa famille. Le scandale est tel que les Ben Laden et Carlyle sont obligés d’annoncer publiquement leur divorce en octobre 2001. Les liaisons dangereuses des Bush ne s’arrêtent toutefois pas aux Ben Laden. Leur chemin a aussi croisé celui de la famille Ben Mahfouz. Khaled ben Mahfouz est le plus important financier du terrorisme islamiste. El disposerait, selon la revue Forbes, de la 251efortune mondiale. Les Ben Laden et les Ben Mahfouz sont d’ailleurs très proches. Une des soeurs de Khaled a épousé Oussama.


    Complotistes ?







Palmarès