• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Michel DROUET

Michel DROUET

Autodidacte - Ancien cadre territorial (Directeur) ayant exercé des fonctions d'encadrement dans différents services d'un Département de l'ouest - aujourd'hui retraité.
J'anime un blog http://michelumix.over-blog.com/ sur lequel vous retrouverez les articles publiés sur agoravox mais aussi beaucoup d'autres, ainsi que quelques nouvelles.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/01/2009
  • Modérateur depuis le 10/04/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 269 2795 8560
1 mois 5 114 353
5 jours 1 13 33
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 3291 2303 988
1 mois 3 2 1
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Michel DROUET Michel DROUET 12 février 08:29

    @arthes
    J’ai l’impression que vous êtes dans le « no future » sauf Fillon.
    Quant au pardon pour ceux qui sont faillibles, j’estime qu’il ne doit pas s’appliquer de la même manière au commun des mortels et aux élus, ces derniers ayant la tâche de nous représenter et de nous gouverner. Pour moi, c’est la zéro tolérance pour les élus de quelque bord qu’ils soient.
    Cahuzac en a fait les frais, Dassault également, balkany est sur le grill, quant à Sarkozy il fréquentera bientôt assidument les prétoires (ce n’est pas de ma faute si l’actualité montre que ce sont des élus de droite qui sont impliqués dans des affaires).
    C’est quoi la gauche bien pensante ? On pourrait dire qu’il existe également une droite bien pensante (gaulliste et chrétienne comme se revendique Fillon ?).
    Ouvrez les yeux, quand la droite est au pouvoir, c’est la gauche qui joue logiquement son rôle de contre pouvoir et c’est la même chose quand c’est le contraire. Il n’est que de voir les manoeuvres de blocage des uns et des autres au Parlement qui vont parfois à l’encontre de ce que pensaient leurs auteurs lorsqu’ils étaient dans l’opposition. Nous assistons à une vie parlementaire pitoyable dans laquelle l’indispensable est de se construire une image médiatique pour se faire réélire ou devenir calife à la place du calife.
    Un mot su NDDL : sans cautionner ce qui se passe, je constate simplement que ce nouvel équipement est tout simplement inutile et que l’agrandissement de l’existant répondrait à l’accroissement du trafic (notons que l’aéroport de Genève qui ne possède qu’une piste également absorbe beaucoup plus de trafic que celui de Nantes).
    La France est ingouvernable, dites vous ? Et ce serait de la faute exclusive de la gauche ? Je trouve que vous allez un peu vite en besogne et que les échecs sont équitablement partagés entre tous les partis dits de gouvernement.
    « Je vais me casser » : vous me rappelez le discours de droite lors de l’arrivée de Mitterand au Pouvoir en 1981 : « les chars Russes vont défiler sur les Champs Elysées » « on va privatiser mon jardin potager », et toutes les bonnes âmes qui avaient peur pour leur fric de faire quelques voyages en Suisse avec des valises.
    Pitoyable ! Alors partez, puisque vous semblez en avoir les moyens, mais ne revenez plus pour profiter de votre carte vitale et du système de soins qui va avec. Renoncez à votre nationalité française, celle qui vous a permis de vous éduquer.
    Partez, ou plutôt fuyez, puisque votre horizon semble bouché et comme cela vous pourrez vous reposer loin des vicissitudes de la vie démocratique et de la réflexion citoyenne.


  • Michel DROUET Michel DROUET 11 février 20:50

    @arthes
    Je ne suis pas un adepte du « tous pourris ».
    Je suis contre le système actuel qui favorise les cumuls de mandats (même si les choses ont évolué) et ne limite pas la durée des mandats dans le temps.
    Quand vous avez des élus qui n’ont rien fait d’autres qu’être élus (dans tous les partis), il est logique que la déconnexion du terrain et de la vraie vie induise des dérapages. Aujourd’hui Fillon, hier Cahuzac.
    Je ne voterai pas pour le moins pire et je ne voterai pas non plus contre, juste pour barrer la route à quelqu’un ou pour le dégager.
    J’attends vainement de voter pour quelque chose, un projet qui tient la route et un ou des candidats qui valent le détour et il faut bien avouer que rien ne correspond à mes attentes actuellement.


  • Michel DROUET Michel DROUET 11 février 20:41

    @Spartacus
    En disponibilité, on ne cotise pas pour la retraite (juste une précision pour quelqu’un qui ne connait rien à la fonction publique).
    Pour le reste, je remarque votre langage « fleuri » qui est l’apanage de ceux qui sur agoravox ou d’autres sites sont à court d’arguments.


  • Michel DROUET Michel DROUET 11 février 08:44

    @Sharpshooter - Snoopy86
    « gôchiasses », le joli mot que voilà. Je pense que vous avez du apprendre le français dans les gogues en lisant sur du PQ qui avait déjà servi.


  • Michel DROUET Michel DROUET 11 février 08:37

    @arthes
    Constat lucide sur les appareils et cela s’applique à tous les partis.
    Je ne reproche pas à Fillon de dire ce qu’il dit, notamment qu’il faille faire des sacrifices, mais plutôt de se comporter dans sa vie personnelle à l’inverse de ce qu’il promet et demander pardon publiquement tout en jurant qu’il n’a rien fait de répréhensible.
    Fillon dit qu’il faut faire des sacrifices et Hollande demande aux français d’en faire sans les avoir prévenus.
    C’est toute l’hypocrisie de la vie politique française et rien ne dit que Fillon tiendra également ses promesses (il a déjà commencé à édulcorer son programme de la primaire).
    Vous dites enfin que le discours « il faut prendre aux riches... » est éculé, je le crois aussi. Il s’agit d’un slogan daté et marqué.
    Pourtant, le constat de la concentration des richesses entre quelques mains ou groupes et l’appauvrissement de la masse, qui en est le corollaire, n’a jamais été aussi vrai. La puissance des banques et des institutions financières est également réelle, elles qui spéculent et s’enrichissent et demandent aux gouvernements de payer lorsque des montages hasardeux comme les subprimes menacent de faire s’effondrer le système. Cela nous a coûté cher en 2008.
    La vraie question est là et ce n’est pas une question de droite ou de gauche - tous leurs programmes n’ayant depuis 30 ans jamais réussi à endiguer le chômage et l’endettement - mais une question d’équilibre entre le politique et l’économique et le financier.
    Aujourd’hui ce sont ces derniers qui dictent leur loi aux premiers et qui rient sous cape en observant nos débats de citoyens dont ils savent qu’il ne sortira rien. Ils savent également que si un gouvernement leur déplait, avec la mondialisation ils pourront se délocaliser vers des pays plus accueillants.
    Le vrai pouvoir n’est aujourd’hui plus politique.
    Aujourd’hui, pour moi, il n’y a aucun parti de tout le spectre qui réponde à cette problématique principale. Ils cherchent les uns et les autres a se faire élire, à profiter accessoirement du système, mais pas à mettre en oeuvre leurs programmes et le voudraient-ils qu’ils ne pourraient pas le faire.
    La dernière fois que j’ai voté, c’était en 2012. Depuis, je me suis abstenu lors de toutes les élections.
    Que ferai-je cette année, je n’en sais rien encore ;
    J’observe le délitement de la vie politique et de la cristallisation des passions entre supporter des différents camps et cela me rend triste de voir les gens s’invectiver gratuitement dans les forums comme celui-ci. Je me dis également que la cristallisation des passions nous mènera inévitablement à la prise du pouvoir par un (ou une) Trump français, mais ce jour là il sera trop tard.