Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Michel DROUET

Michel DROUET

Autodidacte - Ancien cadre territorial (Directeur) ayant exercé des fonctions d'encadrement dans différents services d'un Département de l'ouest - aujourd'hui retraité.
J'anime un blog http://michelumix.over-blog.com/ sur lequel vous retrouverez les articles publiés sur agoravox mais aussi beaucoup d'autres, ainsi que quelques nouvelles.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/01/2009
  • Modérateur depuis le 10/04/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 164 1449 3456
1 mois 2 11 30
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 3162 2199 963
1 mois 9 7 2
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Par Michel DROUET (---.---.---.201) 13 juillet 10:37
    Michel DROUET

    Le moinssage comme seule réponse, Spartacus ?

  • Par Michel DROUET (---.---.---.201) 13 juillet 09:33
    Michel DROUET

    Bonjour Spartacus
    Les liens que vous proposez sont des exemples qui ne peuvent donner en aucun cas l’ampleur d’un phénomène dans une catégorie particulière.
    Par contre vous citez un observatoire des PME qui fait état de 2 suicides par jour chez les patrons : deux de trop , j’en conviens !
    Ces deux suicides sont à rapporter aux 29 qui sont enregistrés chaque jour en France et cela nous donne une meilleure idée du phénomène et permet de dire que la population des patrons n’est sans doute pas plus exposée que celle des salariés ou celle des sans emplois.
    Quant aux causes des suicides elle se repartit entre les conséquences de troubles mentaux (bipolarité, schizophrénie,...) et les relations humaines (au travail et dans la vie personnelle).
    Les dirigeants d’entreprises sont confrontés comme les autres à ces phénomènes et il est donc très hasardeux de dire que les causes du suicide de cette catégorie est totalement imputable à un quelconque harcèlement fiscal, d’où le caractère très orienté et partial de votre article.

  • Par Michel DROUET (---.---.---.201) 12 juillet 09:41
    Michel DROUET

    Bonjour Spartacus

    Les chefs d’entreprises qui n’ont rien à se reprocher ne se suicident pas suite à un contrôle fiscal. Vous allez un peu loin dans l’analyse des causes du malaise de certains chefs d’entreprises qui par ailleurs est réel, surtout chez les artisans dans les PME et chez les agriculteurs. Encore faudrait-il analyser les causes des suicides de manière objective en n’oubliant pas la responsabilité des organisations représentatives de ces corporations, de leurs coopératives, ou du secteur bancaire.
    Notons tout de même que cette situation ne touche pas les grosses entreprises et qu’il n’y a eu aucun suicide à la BNP suite à l’amende record infligée à cette banque par les Etats Unis.

  • Par Michel DROUET (---.---.---.254) 4 juillet 08:36
    Michel DROUET

    Bonjour Fifi

    Il n’y a jamais eu de reformes territoriales jusqu’à présent, juste des actes de décentralisation et des lois augmentant le nombre de structures, donc il n’est pas possible de juger de la possibilité ou non de faire des économies.

    Par ailleurs, l’idée que cela coûtera plus cher après est systématiquement relayée par les élus eux-mêmes qui ne sont, pas loin s’en faut, des gestionnaires et des managers avisés. Cette idée est également portée par les opposants à toute réforme pour des motifs divers et variés.

    Enfin, le copinage et la corruption dont vous parlez existent au travers d’affaires célèbres dans certaines collectivités et qui sont bien médiatisées, mais c’est loin d’être la règle, fort heureusement. En tout cas, cela ne correpond pas à mon vécu professionnel dans une collectivité de l’ouest.

    Par ailleurs, le copinage et la corruption existent aussi dans les entreprises privées et les sommes en jeu sont souvent beaucoup plus importantes.

  • Par Michel DROUET (---.---.---.254) 3 juillet 18:41
    Michel DROUET

    Bonsoir Fifi

    Tout cela, je le sais déjà et je n’y souscris pas. Pour autant je n’ai pas l’impression de servir d’idiot utile à la destruction du pays. Il est de bon ton pour les souverainistes de dire que cette réforme est le cheval de troie.

    Maintenant, ne rien faire, c’est justement continuer à dépenser à tort et à travers et à entretenir pléthore d’élus et de barons locaux qui pensent d’abord à eux avant de penser à nous. Et ce sont ceux-là même qui nous conduisent dans le mur de la mondialisation.

    Il faut bien savoir que les élus et les partis politiques sont majoritairement contre cette réforme pas pour des raisons idéologiques, mais pour conserver leurs mandats.

    Le problème, ce sont bien les élus que nous envoyons dans les différentes assemblées et ne croyez pas que leur opposition actuelle au projet de réforme rejoint votre crainte de disparition de la France. Ce serait une grave erreur de croire cela et de refuser la réforme.

    Pour ma part j’adopte une attitude pragmatique et mon passé professionnel m’autorise quelque peu à dire que nous dépensons beaucoup trop dans les collectivités territoriales, qu’il y a des doublons (avec les services de l’Etat, également) et que tout cela se retrouve sur nos feuilles d’impôts locaux.

    Alors, ne rien faire et ne rien dire, c’est accepter que ces impôts continuent d’augmenter, et par les temps qui courent...







Palmarès