• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

minours

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • minours 28 juin 2008 07:14

    Je ne contredirais pas ce que vous avez écris. Votre description du mode de fonctionnement des banques est même plutôt gentille. Il est vrai que les banquiers sont devenu des épiciers et s’orientent de plus en plus vers un modèle calqué sur la grande distribution.

    Cependant, les indépendants ne sont pas mieux voire pire. Dans les 2 ans qui s’est écoulée, j’ai eu à faire à 3 conseillers de 3 cabinets différents. A chaque fois la méthode est la même :

    1- rdv pour le diagnostic et la prise d’information

    2- présentation des résultats et proposition d’un investissement très loin de chez moi

    3- signature du contrat

    Dans le détail, voilà ce que ça a donné :

    lors du premier rendez vous 2 sur 3 n’ont pas fait la différence entre une profession libérale au BNC (mon cas) et un gérant non salarié donc TNS

    les 3 :

    il faut vraiment défiscaliser (je vais payer 20 k€ d’IRPP cette année)

    comment ? vous avez 3 objectifs, augmenter votre épargne de précaution, financer des travaux de rénovation de votre appartement et vous créer un patrimoine en vu d’avoir des revenu à la retraite. ça fait beaucoup, il va falloir choisir

    vous savez ce que voulez, dites mois. Donc dans le cas d’un investissement immobilier, vous voulez une grande ville, un prix maxi de x, un maximum de y au m2

    comme convenu, j’ai fait l’analyse de votre situation. Il faut défiscaliser. J’ai donc trouvé un programme en loi besson (robien ou LMNP au choix) au prix de 2x. .... j’ai pas calculé le prix au m2 mais c’est un très bon dossier, une opportunité rare,... mais il faut signer dans 3 jours (délai maxi d’une semaine).

     

    Et maintenant le plus marrant les discutions que nous avons eu lorsque nous avons décliné les offres

     

    avec le premier

    Premier appel

    lui : Comment ça mon programme n’est pas récent ! nous travaillons avec des partenaires prestigieux qui nous réservent en primeur un certain nombre de lots.

    moi : ce programme a plus d’un an

    lui : ce n’est pas vrai. il a 15jours

    moi : ah... et il est déjà disponible dans certaines agences immobilières à 80km du lieu de construction. dites moi c’est normale d’éditer une plaquettes 1 an avant le début de la commercialisation ?

     

    deuxième appel

    lui : je peux vous proposer autre chose, j’ai un magnifique programme

    moi : monsieur, je vous ai déjà dit que je ne voulais plus travailler avec vous. je n’ai plus confiance

    lui : mais je vous ai consacré du temps. il faut signer !

    moi : je ne signerais rien avec quelqu’un qui veut me faire prendre des vessies pour des lanternes

    lui : vous me traitez de menteur

    moi : oui, merci, au revoir

     

    Avec le deuxième :

    lui : alors vous êtes d’accord pour signer

    moi : votre programme est trop cher. vous êtes 50% au dessus du prix du marché.

    lui : ben si. vous défiscalisez un maximum

    moi : même avec la défisc, l’investissement n’est pas rentable

    lui : de toute façon , vous ne trouverez rien moins cher*

    moi : c’est marrant, dans 15 jours je descends voir de la famille dans cette ville et j’ai rendez- vous pour voir un bien 2 fois moins cher au m2

    lui : ah vous avez de la famille dans cette ville. Vous auriez du me le dire.

     

    et le dernier

    lui : comme convenu je vous rappelle. Alors ?

    moi : le bien en correspond pas au descriptif

    lui : excusez moi je vous entends mal

    moi : c’est normal, je suis à la gare de Nantes (la ville où il me proposait d’investir)

    lui : vous êtes où ?

    moi : à Nantes

    lui : alors ?

    moi : votre immeuble est un véritable taudis, il est 2 fois plus cher que le marché

    lui : vous savez, je n’ai pas vu le bien, c’est notre partenaire qui nous l’a proposé

     

    Etant un ancien de la banque, je pense pouvoir affirmer que les chargés de compte d’aujourd’hui ne connaissent pas leur métier car il ne sont pas formé, ne sont pas forcemment de bon conseil si vous ne rentrer pas dans les cases de leur logiciel, cherchent à vous fourguer tout un tas de produits dont vous n’avez pas besoin mais sont moins dangereux que les conseillers indépendants au vu des sommes à engager (entre 20 et 250 € pour une carte, à partir de 100 000€ pour un investissement immobilier)

     

     

     

     

     

     

     

     

     







Palmarès