• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

miriam

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • miriam 11 décembre 2008 20:51

    Bonsoir,

    Guil écrit, en réponse à cet article :

    "Mais surtout parce que, même dans ses délires les plus fous - incluant la coprolagnie et les assemblages stratifiés les plus improbables de corps partouzards - il n’a jamais mis en scène de petits garçons ou de gamines.

    Faux ! Les 120 journées de Sodomme regorgent de scènes pédophiles parmis beaucoup d’autres.
    "

    Je le rejoins entièrement : de La Philosophie aux 120 journées, l’oeuvre sadienne n’est jamais totalement exempte de pédophilie (souvent présentée sous forme d’inceste, d’ailleurs).

    En réponse, vous commentez : "[...] Sade est juste un esthète des combinaisons corporelle (sic)INTELLECTUELLEMENT possibles entre hommes et femmes, femmes entre elles, hommes en eux.
    Donc, une ou deux fois, il a mis des enfants dans le tableau, c’est tout
    . "

    Il me semble que réduire Sade à un esthète incarcéré, soucieux de "boucher les trous" (expression cocasse, surtout en prison...) c’est aller un peu vite en besogne. Sade était un homme de théâtre, cynique et emporté à ses heures, un philosophe, un anti-clérical acharné, un père de famille, un amant, un mari, un tout ce que ses exégètes voudront...

    Rien n’épuisera Sade. Tout ce qui se dit et s’écrit sur son compte, encore de nos jours, souligne assez l’impossibilité dans laquelle on se trouve de le faire "entrer dans une case" (ou une cellule, c’est selon : il a quand même réussi à s’évader de la forteresse de Myolans, réputée infranchissable). Sade n’avait-il pas demandé à être enterré sans sépulture, afin que toute trace de lui disparaisse de la surface de la terre ? On est loin du compte...

    Songeons surtout à tout ce qui s’est perdu, de ses écrits et de ses oeuvres, et qui refera peut-être surface un de ces jours. Je parie que nous ne sommes pas au bout de nos smiley...

    Miriam.







Palmarès