• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

momo d’Alger

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • momo d’Alger 13 septembre 2008 03:54

    Le nouveau caid des banlieues de Paris et ex ministre de l’intérieur peine à s’imposer à l’extérieur, il a bien réussi à tromper nombre de personnes ici en France et à siphonner l’électorat de l’extrême droite pour aboutir à l’Elysée mais quand il s’agit de faire le tôlier en Europe et dans le Monde c’est une autre paire de manches. Notre ami Sarkozy n’a pas les épaules pour un tel dessein et il est vraiement à la peine, en fait il na pas les c... En d’autres termes il ferait mieux de tempérer ses ardeurs afin d’éviter une énième humiliation à la France.

    A contresens de l’histoire il préfère se mouiller pour aller parler à Medvedev,une marionnette,au lieu de laisser Fillon aller s’expliquer avec Poutine,lui le vrai problème. Mais tel ne sera jamais l’intention du pseudo réformateur de la cinquième République car l’occasion est trop belle pour Fillon qui risque de monter au firmament et faire de l’ombre à son Play-boy de Président. Une question légitime vient alors à l’esprit ,Sarkozy serait-il frappé de réflexe gaullien sans le savoir ? Libertaire en face des français,gaulliste sur les bords quand il s’agit de politique étrangère en Europe et au Moyen Orient ,méditerranéiste pour les chypriotes, atlantiste pour les américains et grand caid en banlieue, Sarkozy serait-il une poupée russe qui s’ignore !?

    Pour reprendre le fil conducteur, nul doute que la Russie vient d’imposer un défi à l’Ouest par la faute de cet enfant gâté et à moitié fou du nom de Saakashvili,un président liliputien qui voulait à tout prix précépiter un affrontement qui dépasse le cadre de la petite Géorgie.

    Aujourd’hui, malgré les récents déboires de la diplomatie française et de l’U.E le sentiment général qui prévaut encore est qu’avec un PIB cumulé de 30 000 Milliards de dollars et 650 millions d’habitants,l’Occident serait en passe d’écraser la Russie quelques soient ses forces (seulement 2000 milliards de dollars de PIB à faire prévaloir et une nécessité absolue de vendre son gaz et son pétrole),eh bien je m’inscris en faux contre ce sentiment car l’hiver prochain apportera son lot de surprises "froides" à défaut d’une guerre froide et sera très indicatif des rapports de force en présence... Je sens déjà des frissons monter un peu partout en Europe.

    Entre temps de l’autre côté de l’Atlantique,dans l’arrière cour des Etats-Unis,l’aile gauche de l’Amérique latine semble monter au créneau sans pour autant laisser entrevoir un quelconque maelström.Le Brésil et l’Argentine qui viennent de soutenir le Vénézuela et la Bolivie qui rappelons le ont à leur tête des présidents démocratiquement élus viennent d’isoler encore un peu plus l’administration Bush ce que peine à faire l’Europe au nom d’un Atlantisme éculé.

    Certes, Chavez a eu comme à son habitude un coup de sang un peu exagéré, il aurait pu se contenter de mettre l’ambassadeur américain à Caracas en "congé" jusqu’à l’avènement d’une nouvelle administration US en janvier 2009,en rappelant aussi simultanément son ambassadeur à Washington cette formule inédite aurait autant gagné des adeptes que déclenché l’hilarité à l’encontre de l’Amérique dans bien des chancelleries.

    Cependant ; les choses étant ce qu’elles sont, il fallait bien montrer aux américains obsédés par l’Irak que le monde était plus vaste et que toutes les nations aussi petites soient elles méritent d’être écoutées n’en déplaise aux européens qui refusent de parler aux ossétiens et aux abkhases et surtout aux américains et leurs alliés dans le tiers monde qui ne s’inquiètent guère aujourd’hui des réformes agraires ici et là(redistribution des terres pour les petits paysans) mais qui montent très vite au créneau quand il s’agit de pétrole.

    En revanche,je m’inscris en faux aussi contre cette idée saugrenue qui consiste en l’envoi de deux bombardiers stratégiques Tupolev 160 (Black Jack) porteurs généralement d’une charge utile de 40 tonnes de charge nucléaire (entre bombes et missiles) au Vénézuela par Poutine dans le cadre de manoeuvres conjointes prévues de longue date.Certes ,ces avions peuvent atteindre le sud des Etats-Unis à partir de Caracas mais ceci n’inquiète guère les américains car les avions ne sont pas chargés. Par contre, ce genre de geste peut raviver une défiance qui peut aboutir non pas à une guerre froide mais à des sueurs froides pour lesquelles les petites Economies paieront les conséquences.


    Finalement , mon conseil aux européens est très simple ; le salut ne passe plus par les Etats Unis,ces derniers après sept ans de guerre quasi-fanatique contre le terrorisme découvrent un nouveau monde sous leurs yeux. Le bilan est désastreux. L’amérique de Bush laisse derrière elle un passif lourd. Nombre de peuples ne supportent plus les méthodes américaines.En précipitant l’indépendance du Kosovo ;les américains ont ouvert la boîte à Pandore.
    Obnubilés aujourd’hui par la reconstruction de leur leadership et leur économie à l’intérieur, les américains seront contraints à un "repli " momentané à ne pas confondre avec l’isolationnisme dont l’Europe pourrait tirer profit en sourdine.
    Ce redéploiement stratégique nécessite la mise en berne de l’Otan et passe par l’intégration de deux pays clés dans le libre échange avec l’Europe voire dans l’Union carrément.
    IL s’agit pour diverses raisons d’intégrer rapidement la Turquie pour une nouvelle dynamique politique et économique,un signal fort qui serait perçu comme un rapprochement sérieux par le monde arabo-musulman et un exemple sur lequel il faudra méditer.Les nouvelles frontières de l’UE seront face à celles de l’Iran avec à la clef des opportunités sérieuses pour de nouvelles ressources et de nouveaux acheminements énergétiques.La comparaison coûts-avantages est en faveur d’un tel rapprochement.

    Bien sûr, les russes verront cela d’un mauvais oeil, vient alors le grand deal qui consiste en l’intégration de la Russie elle-même dans l’Union ou à la limite la création d’un espace libre pour les échanges économiques entre les deux entités, le but ultime de la manoeuvre étant bien sûr la possibilité d’avoir des frontières terrestres avec la Chine. Dès lors toutes les possibilités économiques avec la Chine sont possibles.

    L’Europe doit seulement patienter car les russes seront pris aussi à leur propre jeu,la tchétchènie et le Daghestan pour ne citer que ces deux pays n’ont jamais caché leurs vélléité d’indépendance, et qui viendra alors au secours de la Russie, l’Europe bien sûr.

    Nous sommes donc devant deux scénarios,soit l’Europe se contente de filer le train aux américains et elle sera prise dans l’étau à l’instar de la géorgie avec une impasse politique,sécuritaire et économique ;soit elle prend son destin en main et elle devient un modèle pour le monde entier.

    Mais pitié,attendons un peu jusqu’à ce que le caid des banlieues ne soit plus en place pour mettre en branle un tel dessein car à défaut avec sa personnalité schizophrène, la France et derrière l’Europe pourraient finir dans un mariage encombrant avec les américains et pourraient laisser la Chine filer vers le firmament.

    En conclusion, je ne crois pas sérieusement à un maelstrôm mais beaucoup plus à des remous épars qui sont le contre coup de la politique étrangère américaine et dont l’Europe pourrait bien tirer profit n’eût été cet aveuglement qui dure depuis 1945 et qui consiste à dire que sans les Etats-Unis l’Europe n’existe pas.
    A bon entendeur salut.







Palmarès