• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

monkiz-combattant

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • monkiz-combattant 18 octobre 2008 13:11

    Bonjour,

    Je me permets de préciser deux / trois choses. L’article de l’Ifrap prend des références et des faits qui remontent sur près de trente ans en assimilant l’ensemble des associations à des pratiques frauduleuses ou éthiquement douteuses. Si l’on prend sur la même période les pratiques des entreprises je pense que l’on arrivera aux mêmes conclusions. Ce n’est donc pas le statut juridique des associations qui est problématique mais les hommes et les femmes qui les composent et qui parfois dérapent. Lorsque le président de l’’ARC détourne les fonds de cette fondation on ne peut que condamner et être dans une colère noire. Mais de la même manière lorque l’on apprend que des cadres de la société génrale organisent un séminaire à plusieurs centaines de milliers d’euros en pleine crise financière et juste après que les contribuables aient refinancé ces banques !!!
    Pour autant on ne peut dire que l’ensemble des banques et des cadres bancaires soient des voyous !


    J’ai travaillé de nombreuses années dans une fédération similaire à la ligue de l’enseignement. Il est nécessaire de préciser que la subvention gelée par le ministère répond à la reconnaissance d’utilité publique par l’état des missions de cette fédération. Par ailleurs cela contraint ces fédérations à soumettre l’ensemble de ses comptes à un commissaire aux comptes, transmettre ceux ci aux services de l’état et faire un rapport et une évéluation annuelle des actions conduites.

    Quelques exemples d’actions conduites : Les ateliers relais étaient des organisations entres plusieurs fédérations et des enseignants permettant d’accompagner des élèves en rupture scolaire pour travailler vers une rescolarisation en partant des problèmes de comportements et des fortes lacunes individuelles. N’est ce pas là la mission de l’état ? Quelle organisation permet cela au sein de l’éducation nationale ? Et donc si l’état a besoin d’organisations associatives pour conduire les missions qui sont les siennes en quoi est ce choquant que cet état finance ces organisations ?
    Autre action la formation des délégués élèves : leur apprendre les notions de représentation de concertation, et les responsabilités inhérentes à ce genre de fonction, n’est pas là quelques choses qui a à voir avec l’éducation civique ? Pour autant l’éducation nationale peut elle répondre à elle seule ?
    Qui gère les centres accueillant les classe de découverte, classes de neige et autres centres de découverte ? Pour grande partie la ligue de l’enseignment, les Francas et les CEMEA. Serait il logique que ce soient des entreprises privées à but lucratif et sans lien avec les enseigants ?

    Pour la réflexion, c’est de ces fédérations que sont nées la presse enfantine dont aucun éditeur ne se souciait, les centres de loisirs comme lieux de socialisation et d’apprentissages de citoyenneté active (l’actualité montre qu’il reste du travail...), de nombreuses expérimentations pédagogiques, bref une grande partie de l’innovation en matière d’éducation.

    Enfin moi je préfère que mes impots servent à financer des associations qui vont prolonger les missions de l’état, que les entreprises par l’intermédiaires de réduction de charges sociales, d’exonérations de différentes natures, voir de mise à disposition de terrain pour l’implantation de telle ou telle entreprise. Ces dernières actions sont peut être nécessaires, mais en final bien supérieures aux subventions accordées aux associations et bien moins encadrées. 

    Bénévolat/salariat

    Sur ce sujet, il n’y a pas d’opposition entre ces deux statuts. Une association employeur rien de choquant là dedans. Ce qui devient choquant c’est lorsque des personnes créent une association pour créer leur emploi, ou lorsque la vie associative ne repose pas sur l’engagement de bénévoles. Mais comment voulez vous qu’une association gérant plusieurs dizaines de personnes voir centaines, donc des milions d’euros soit gérée uniquement par des bénévoles ? Restaurant du coeur (mission de solidarité nationale par excellence), Emmaûs, Secours populaire, Fondation de france, Médecins du monde, et tant d’autres exemples qui à mon sens n’ont rien de choquant dans leur fonctionnement.

    Cordialement







Palmarès