• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MOULRON

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • MOULRON 23 juillet 2008 11:13

     Le Dormeur du VAL !

     
     " Sommes nous valsinés contre la bêtise ? "
     A.Rimbaud
     
     
    Que le Wagnérien Philippe VAL qui rit walkyriesquement aujourd’hui se méfie de cette courte sinécure, car sine die, mais sine qua non, lorsque Siné tique, du tac au tac, sa bande cinéraire se met en cinèse et le Siné mal traite le Val et ses valets !
     
    Si, trop valet de ferme (ou du château ?) il se montre en cette tristounette occasion, si le Val est de ferme ta gueule à Siné et de ferme intention de camper dans ses positions de missionnaire carnavalesque, à Laval tout comme à Valence, à Valloire, en Savoie (et ce n’est pas du gâteau ! ) et partout ailleurs, de lourds â-valoirs lui seront réclamés sous peine d’avalanche pétaradantesquement pâtissière !
     
    Attention, Cher Philippe Val, par votre attitude, de ne pas ajouter un article défini féminin à votre non et qui le précèderait, cela ferait mauvais genre du type col à bobo et ce serait dur à l’avaler ; car, c’est comme cela que l’on pète un câble, foi de Maréchal-Ferrand comme l’aurait dit Alexandre, de Clermont Ferrand !
     
    Arrête ton Char à Val, Val, ce char qui ment n’est en rien charmant, il ne sert aryen en nos terres arables, et ce char rue dans les brancards !
    Relis plutôt les textes du grand Char, René, et laisse nous notre Charlie avec notre Siné !
    Ou Alors, fais tes valises et va là où Val paraît sot, ce que tu n’es pas toujours !

    Alors, Philippe, Dormeur du val, réveillez-vous et allez hop tout le monde à la campagne ; car c’est ainsi qu’Allah bastille et qu’Allais remplira les verres d’un délicat Saint Véran qui vous attend en notre Maison du rire et de l’Humour à Cluny.
     
    Quant à nous, on l’aime bien notre Siné !
     
    Longue vie à Charlie qu’on lit, au lit ou pas, à Lisieux, foi de Thérèse qui rit, qui rit quand on le lui lit et que la première fois, elle le vit, mais aussi à Longwy, en Lorraine, là où les hommes qui l’habitent, (je parle de la ville et non du vit !) ont, paraît-il, long vit ce dont les Longoviciennes se ré-jouissent toujours (Certains longoviciens, aussi, nous rapporte-t-on) et leur assurent, dit-on, longue vie !

     
    Quant à Pierre Desproges , c’est pas pour cafter, mais qu’est-ce qu’il nous manque !
    parole de buveur de Pomerol !
     
    Pour ce qui est de Pierre Laval, alors là, je cafte carrément, mais qu’est que l’on est heureux sans lui,
    parole de buveur d’eau de Vichy !
     
     
     
    Au grand plaisir de te revoir et avec mon gélaste bonjour.
    Etienne MOULRON
    Fondateur de La Maison du Rire et de l’Humour, à Cluny ;

    http://lamaisondurire.monsite.orange.fr


  • MOULRON 21 avril 2008 15:23

     

    La Maison du Rire et de l’Humour, à Cluny,

    a appris avec grande émotion et beaucoup de tristesse, ce 19 avril, l’envol de Germaine TILLION vers un monde assurément meilleur que celui où, sa vie durant, elle s’est battue contre la bêtise et la bassesse dont les hommes sont capables.

    Elle souhaite lui rendre hommage pour tous ses fraternels et si courageux combats en faveur de la dignité et la liberté de l’être humain, en particulier par son admirable capacité à la pratique partagée de
     

    « L’HUMOUR DE RESISTANCE »

    que son Opérette bouffe, écrite à Ravensbrück :
    « LE VERFÜGBAR AUX ENFERS »
    symbolise avec grande force

    Il s’agit d’un des textes les plus singuliers parmi ceux qui proviennent des camps nazis de la mort.

    Déportée au camp de Ravensbrück en octobre 1943 avec sa mère qui y sera gazée, Germaine Tillion choisit d’aider ses camarades en les entraînant dans la création d’une oeuvre : Cachée au fond d’une caisse d’emballage, elle rédige une "opérette-revue" consacrée à la vie au camp - comédie loufoque et en même temps analyse lucide de l’univers concentrationnaire.
     
    Faire mieux comprendre à ses compagnes d’infortune la situation dans laquelle elles se trouvent tout en les faisant rire, tel est le but que se donne - et qu’atteint - cette oeuvre insolite : voir son propre malheur à distance permet de mieux lui résister.
    De « l’anus du monde », Germaine TILLON en reviendra « par hasard et par colère », mais aussi parce qu’elle est parvenue à en rire et à en faire rire.

    A 20 ans de distance, deux êtres, à l’histoire et au vécu, certes totalement différents, mais dont les combats s’inspiraient, sans doute, aux mêmes sources, nous ont quittés.

    Le sens de l’humour authentique et celui, aigu, d’une dérision fraternelle les portaient.

    Salut à toi, Germaine TILLION, Salut à toi, Pierre DESPROGES

    Puissent vos témoignages nous inspirer sagesse et esprit fraternel mâtinés d’humour.

    Etienne MOULRON
    La Maison du Rire et de l’Humour
    71250 CLUNY

    emoulron@orange.fr

     
    © Etienne Moulron

     

     


  • MOULRON 31 mars 2008 13:58
     

     
     

     
     

     

    Vivement Lundi

    après avoir mal digéré

    "Vivement dimanche"

    VOMITURI TE SALUTANT,

    Nicolas CANTELOUP !

     

    Michel DRUCKER,
    le sympathique, au sens pernaudsien de ce terme, et consensuel gendresque dominicalo animateur qui, petitement s’évertue, comme l’on dit d’une personne qu’elle est de de petite vertu, à nous présenter de la mollesque et insipidodolenfantolesque bouillie, chaque jour du seigneur , nous a permis aujourd’hui de constater à quel point l’esprit de Desproges est bien loin !
     
    Certes, on peut et il faut rire, de tout mais pas avec un dirigeant Chinois jaune, couleur vieux pipi ni avec un frontonazionaliste brun, couleur caca, ce qui nous racole au même petit coin coin puant !
     
    Mais lorsque le fouchardopétulant et vaselinopétaradant imitateur Canteloup Nicolo ahane jaculatoresquement dans le but de faire rire le bon public druckerdolâtre à propos des Moines du Tibet qui "coulent un bonze", et que ce public moutonnesque s’esclampiffre grassottement à ce sujet, maltraité, comme le sont les Tibétains, et qui tout aussitôt après, lors de l’évocation lacrimollesque de la mort de Thierry GILLARDI, mouille ses kleenex de ses souilleuses et niffletesque pseudoémotions, il y a de quoi pleurer à tout jamais sur le progrès de l’ humanité ; ou plutôt de se rappeler que la mort est proche, la putréfaction est à nos portes et la fraternité à tout jamais caînesquement assassinée.
     
    Rions, rions en attendant la mort.
     
     
    Coluproges
    La Maison du rire et de l’Humour


  • MOULRON 31 mars 2008 13:52

     


     

    COMMUNIQUE DE PRESSE :
    Soutien à
    Eric NAULLEAU
     
     ("Quand on est con, on est con" G.Brassens)
     
     
     

     
     " Un con est un imbécile qui n’a de cet organe ni la profondeur, ni la saveur."
     F.
    Léo Campion
     
     
     
     
     
    Au nom des valeurs et qualités humanistes du Rire et de l’Humour que, dans le cadre de la Maison du Rire et de l’Humour, nous défendons et tentons de promouvoir au travers de diverses activités et expressions, nous avons officiellement décidé de créer un Comité de soutien à notre ami et confrère(en un mot !) Eric NAULLEAU suite à la cornichonesque et pitoyable action judiciaire intentée par le petit caquettant, (n’est pas de Saint-Cyr Cauetquidan qui veut !), je veux nommer le sein cirien CAUET, QUI DANS la boue s’ébat et ferait mieux de rester sous sa cauette, pouët, pouët Laval, ! plutôt que de s’esbaudir scatologiquement dans la pseudojovialeque et falsogaudriolesque puante pétarade, petit schtroumpf fastfoodien contournable au parcours médiatique gluant.
     
    En effet, notre "Guts" national, auteur de délicates chansons, comme : "Troud’bal King" et grand analyste de la Shoah, quand il compare les camps à "de Vieilles maisons à retaper", vient d’assigner devant le Tribunal de Grande Instance de Paris Eric NAULLEAU, Bel Editeur et critique intransigeant, au prétexte qu’il aurait Brassensement déclaré à son propos que : "Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con, on est con ! "
     
    Avec les armes redoutables, pâtissières, moutardesques ou non, du rire et de l’humour, nous souhaitons apporter à Eric NAULLEAU nos forces et toute notre aide contre ces pompeux et grotesques cornichons que sont les "Con(s) impénitent(s), parfaitement incurable(s)"(Toute ressemblance avec des personnes........serait purement fortuite !
     
    Descartes avait sa méthode ; Cauet aussi, mais elle n’est pas tout à fait de même niveau et il n’y a pas que l’énoncé qui diffère : "Je pense bête, donc j’essuie la cuvette", telle est la pratique intellectuelle CM2esque de notre coenure parasitaire ( Le Cénure, ou coenure, est un parasite, cause du tournis !).
     
    A l’un, la Pensée qui s’élève, auprès du Poêle, à l’autre la balayette qui s’abaisse, à la raie du poil !
     
    Si le seul point commun entre le génial W.C Fields et le fouchardonesque Cauet, ce sont les initiales, la différence entre un WC et notre coélacanthesque sébastien, c’est que pour l’un de ceux-ci, il existe des déodorisants ; cependant, tous deux nous produisent le même effet, crottesque pour l’un, grotesque pour l’autre !
     
    André MANTEGNA nous l’a peint si divinement et si sensuellement : avec Saint Sébastien, ce fut le martyr fléché ; Comme l’aurait si bien exprimé Feu Pierre-Michel COLUPROGES, avec Cauet Sébastien, ce devrait être le partir fléché vers la sortie de ses cours top tôt abandonnés ! 
     
    Merci à vous, Cher(e) ami(e) gélaste, si tel est votre sentiment, de bien vouloir nous faire part de votre soutien à Eric NAULLEAU dans cette problématique ; il y va de 50.000 euro de dommages et intérêts pétulament réclamés par l’héroïque Avocate,(consoeur, en un mot !, de Maître Collard) du sympathique animateur méthodiste, qu’elle tient " pour une personnalité in con tournable (sic) au parcours médiatique exemplaire ! (resic)", ténor du barreau qui selon certaines sources, serait spécialiste en droit Con-institutionnel.
     
    Frédéric DARD, comme le cite fort justement Jérôme Garcin dans son billet paru aujourd’hui dans le Nouvel Obs disait : " Traiter son prochain de con ce n’est pas un outrage, c’est un diagnostic".
    Et Quand le Dard rit, coluche n’est pas loin (Petit souvenir ému à notre cher Darry COWL !)
     
    A part cela, quoi de neuf docteur ?
     
     
    Et c’est ainsi Qu’Allah est grand, qu’à la Bastille on l’aime bien,
    et comme le dirait Alphy d’Honfleur ni couronne,
    allez hop, tout le monde à la campagne !
     
    C’est ainsi qu’Alexandre vit, que La Montagne est belle
    et qu’Alexandre Vialatte est son prophète ;
     
    Quand à Pierre Desproges et Frédéric Dard,
    c’est pas pour cafter,
    mais qu’est-ce qu’ils nous manquent !
    ***************************
     
     
    Gélastiquement votre
     
    Etienne MOULRON
     
    Cofondateur du Village du livre de Cuisery

    Fondateur de La Maison du Rire et de l’Humour à Cluny

    Créateur de l’agence conseil de communication et de Maïeutique par l’humour,
    HUMOUR ALTITUDE (AHA)
    et de l’association
    Humour Assistance International (HAI)



    LA MAISON DU RIRE ET DE L’HUMOUR
    71250 CLUNY
     
     

     

     

     
    La Maison du Rire et de l’Humour®  






Palmarès