• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MrPiment

MrPiment

27 ans.
J’ai suivi une formation d’Ingénieur à Nancy dans le domaine des systèmes d’information.
Après avoir travaillé sur Paris, je suis récemment revenu sur Lille, la terre de mon enfance.


Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 42 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • MrPiment MrPiment 14 octobre 2007 17:24

    Les reflexions en cours sur l’indépendance de Bruxelles et la scission de la belgique sont assez révélatrices de l’état d’esprit actuel ; « le malheur c’est les autres ». L’individualisme a gagné.

    En bref la wallonie a des difficultés économiques, elle « pénalise » la flandre qui se porte mieux... Un peu comme si le nord-pas-de-calais pénalisait le reste de la france, n’importe quoi !

    On oublie bien souvent qu’il y a de nombreuses années de cela (à l’époque du charbon), c’est en wallonie que la dynamique économique et la richesse se trouvait. Aujourd’hui les choses sont inversés et il faudrait se séparer ? Bel état d’esprit !

    En tant que français, ce problème de scission qui gangrène la belgique me navre... N’oubliez pas que c’est de l’union que provient la force ! Et puis un petit pays comme la flandre en europe ça représentera quoi comme voix ?

    Pourquoi ne pas fusionner avec le luxembourg et les pays-bas ? La ça aurait de la gueule !

    Les américains vont être content, l’europe des pays rikiki ça les arrange !


  • MrPiment MrPiment 3 mai 2007 14:33

    Je ne suis pas un supporter de Royal et ce qui m’a frappé à la lecture de cet article c’est que vos arguments peuvent aisement être retourné à votre chouchou...

    J’avoue avoir trouvé Royal un peu trop agressive et moins posé qu’elle ne l’aurais du, mais être révolté quand son opposant s’appitoie sur une situation qu’il (son gouvernement) a semble-t-il provoqué est tout à fait légitime.

    Imaginiez que vous fassiez quelquechose pour résoudre un problème et que la personne faisant parti de ceux qui a participé à la déconstruction de votre proposition s’émeuve des conséquence de cette déconstruction... cela me choquerait aussi.

    Sarkozy a tout de même le mérite d’être resté calme et c’est un bon point pour lui.

    Bref hormis ce passage dont chaque français aura un avis différent, je suis assez stupéfait de ceci « Trop agressive. Trop manipulatrice. Trop politicienne. Humainement je ne peux pas. Elle me fait vraiment peur depuis ce soir. »

    M.Sarkozy a montré auparavant (à maintes reprises) qu’il était tout autant agressif et manipulateur (usant de menaces) et n’hésitant pas à prendre des postures politiciennes comme sa rivale... cherchant bien souvent à étouffer la critique plutôt que de la contredire. Bref a-t-on vu le vrai Sarkozy ?

    Cela est tout à fait effrayant je vous l’accorde et cela est valable pour les deux.

    « Contrairement à Nicolas Sarkozy qui a montré une aisance, une cohérence et une connaissance des dossiers »

    Les explications de M. Sarkozy ont souvent été plus claires et moins floues que celles de Mme Royal, et il faut saluer cette performance. Mais la cohérence et la connaissance des dossiers n’a pas été son point fort durant ce débat où il fut bien chahuté et décevant dans ses complaintes envers les journalistes car il avait du mal à regarder sa rivale (on dit souvant que cela marque un manque de franchise...) et à formuler des arguments contradictoires.

    Pour ce qui est de son programme :

    Il a insisté sur la valeur travail ; travailler plus pour gagner plus tout le monde est d’accord, mais M. Sarkozy n’a pas apporté de réponse aux remarques simples que tout à chacun se posent :
    Les heures supplémentaires bénéficieront surtout à ceux qui ont déjà un emploi... et les autres ?
    Par ailleurs les possibilités déjà en vigueur sur les heures supplémentaires sont largement sous exploités par les entreprises (je connais bien le problème)...
    Ces questions l’ont apparemment laissé sans voix ; apparaissant plus comme une solution marketing à marteler plutôt qu’une réelle solution prouvée comme efficace.

    Ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite ; oui ! il faut bouger ces planqués entendons-nous souvent, mais ce que les gens oublient est que l’essentiel des fonctionnaires sont loins des bureaux ; ce sont les profs, les infirmières (déjà en pénurie) et ceux qui travaillent au service direct (« au guichet » si vous préferez). Bref nous aurons 40 élèves par classe, il faudra attendre des heures pour se faire soigner et n’y aura plus de bureau à la campagne sans parler des temps d’attente à la préfecture...
    Les français aiment raler parait-il, c’est donc probablement ce qu’ils recherchent...


  • MrPiment MrPiment 24 avril 2007 16:17

    Dans ce cas, cela me donne l’impression que Bayrou laisse le PS se débrouiller pour se faire élire... Et offre ainsi la victoire à Sarkozy.

    Cela ressemblant effectivement à un quitte ou double... Exploit ou gachis ? Le « souffle présidentiel » faisant d’autant plus mal en venant de la droite.

    Ne connaissant pas bien les arcanes des législatives, j’ai du mal à voir l’intérêt d’être arbitre au 2nd tour des législatives pour un élu, si ce n’est pour marchander (quoi ?) au mieux avec le PS ou l’UMP ?
    Car au final le centre ne sera que rarement 1er... A moins que la carte électorale ne soit pas si mauvaise pour l’UDF.


  • MrPiment MrPiment 24 avril 2007 13:59

    La problématique est malheureusement défavorable à Bayrou...

    Cas 1 : Pas de consigne de Bayrou
    FB gardera son aura vis-à-vis de sa nouvelle base électorale, mais son parti se fera manger tout cru aux législatives. Nous le voyons : le centre existe mais il est loin derriere la gauche et la droite.
    Dès lors peu d’élus UDF arriveront à passer, se faisant systèmatiquement barrer par l’un ou l’autre camp.
    Au final Bayrou risque de ne plus avoir de groupe parlementaire et de disparaitre avant 2012 ou au mieux avec un petit parti sans moyen, il n’arrivera pas à se faire entendre.

    Cas 2 : Alliance UDF-PS
    Me parait etre une solution viable mais cela ne fera pas , selon moi, pour ces raisons :

    - Bayrou ne sera jamais le 1er ministre de Royal car il risquera d’y perdre son aura et sa popularité par la force du quotidien de ce poste, sans parler d’être seulement un n°2 éjectable. Par ailleurs cela signifierait à Royal de revenir sur son programme, ce qu’elle refuse.

    - Les éléphants du PS s’y opposeront ; ils ont déjà tout fait pour survivre au 1er tour(en sachant ne pas etre les mieux placés pour gagner), alors partager le potentiel gateau... plutôt tuer l’UDF et attendre 5 ans !

    - Une solution intermédiaire avec coalition de partis reposant sur des accords UDF-PS.
    Difficile à imaginer étant donné qu’il n’y a pas de proportionnelle à l’heure actuelle. Bayrou risque d’y perdre son electorat venant de la droite et ne supportant pas la gauche. De plus il sera un « sortant » en 2012 (bref adieu le renouveau). Situation compliqué sans parler de la participation éventuelle au gouvernement ; à la limite par le biais de nomination « indépendante » comme le garde des sceaux,...

    Bref cela ne se présente pas bien pour Bayrou et le futur parti centriste.

    Sans parler des attaques et coups bas que la machine UMP a déjà commencé et prévu... Ce qui me parait le plus improbable est une action réellement rassembleuse des dirigeants du PS. La suspicion est de mise quand à la manoeuvre électorale d’entre-deux tours. La machine UMPS ayant bien fonctionné avant le 1er pour barrer Bayrou.

    Pour l’instant, je ne vois pas quelle solution est viable pour les centristes... Attendons la déclaration de Bayrou qui en dira long sur sa stratégie, il parait qu’il avait prévu un score à 2 chiffres en 2007 pour être élu en 2012.


  • MrPiment MrPiment 17 avril 2007 10:36

    Je pense que tout le problème est la :

    En france (pays latin) les gens ont l’habitude de transgresser (ou de tenter de) le système. Un exemple simple est de voir qu’aucun pièton (sans parler des voitures) ne respecte les feux avant de traverser une rue...
    Quel importance ? ceux qui ont un jour été en allemagne, par exemple, savent que tout le monde s’arrête au rouge et attend le vert pour traverser même sans voiture : on respecte la règle.
    Vous êtes une administration, à qui faites vous confiance dans ce cas ?

    Il y a tout un travail d’éducation à mettre en place afin que par défaut les gens respectent le système plutôt que d’essayer de se débarrasser de « cette méchante administration toujours sur leur dos ».

    Travail délicat.
    Selon moi les moyens de contrôle devraient être axés sur la durée (contrôle continu et interventions ponctuelles) plutôt que par des formulaires « check-point » servant à vérifier que l’on ne sort pas du chemin balisé.
    La peur de la sanction devra être renforcé pour qu’il soit plus avantageux de respecter plutôt que de se faire prendre ne serait-ce qu’une fois.

    Pour finir l’exemple des « kits ANPE » me parait significative pour montrer que 10 ou 100 formulaires/papiers officiels ne resoudront pas le problème de la fraude.

    La confiance est probablement la tendance à suivre, tout en sachant que si on la trahi cela va chauffer pour notre matricule !







Palmarès