• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MVargas

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • MVargas 19 juin 2009 08:51

    Un groupe de Députés,
    Mm Fadela AMARA ont le sentiment de croiser de plus en plus de femmes qui portent la BURQA ? !
    A Paris et ses banlieue, mais pas partout en France !
    Oui, c’est un sentiment au pourcentage infime !
    Alors que ce n’est pas un sentiment, mais une réalité !
     On croisent des familles qui travaillent sans logement, avec des enfants maltraités jusque dans les Tribunaux FRANÇAIS, cela dans toute la France.
    A ce sujet qu’avez-vous à dire, Mesdames et Messieurs les Députes, Madame AMARA, concrètement ?
    Vous ne le voyez peut être pas ????????!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Ce qui me choque le plus venant de vous c’est le mot « INTERDIRE » plutôt que " PRÉVENIR, DIALOGUER EN S’ASSURANT AU CAS PAR CAS, QUE SES FEMMES ASSUMENT SEULES LEURS CHOIX.
    Et ne dite pas qu’avec notre armée de services sociaux, cela n’est pas possible !
    A moins que celle-ci se face rejeter devant tant de discriminations et d’intolérance !
    Je ne suis pas Musulmane, mais pour être à l’abri de certains pervers que personne n’appréhende et encore moins la Justice Française, je pense parfois me cacher derrière un voile !
    Courage à nous tous
    Que nous retrouvions le bon sens des valeurs morales et notre humanité !!!
     Maguy VARGAS



  • MVargas 7 avril 2009 13:28

    Famille Devaux et toutes celles qui sont dans la méduleuse de l’engrenage des procedures officielles.
    Dés le debut, les affaires sociales familiales sont gerer plus ou moins bien par l’administration Territoriale de l’Aide Sociale à l’Enfance et par toutes les autres administrations locales.
    Puis dans le huis clos des tribunaux pour enfants et/ou des Juges aux Affaires Familiales, absence ou silense des acteurs responsables, absence des temoins d’infractions, dossiers visibles aux greffes incomplets, refus pour des parents citoyens contribuables de l’accé aux dossiers du Parquet sans avocats, toutes ses affaires se suivent et se resembles depuis trop d"années dans l’opacité de l’administration, de la justice elle-meme.
    1/ Aux audiances,les parents defenceurs de leurs enfants mineurs ne peuvent pas les defendre en presences de temoins sous pretexte qu’on protege les mineurs.
    Faux, la Magistrate decide ou non la presence de temoins - point et ça se négocie pas surtout si le perent se montre tres present dans les marches a suivres pour en finir et dans le calme !
    Je rappele, ne perdons pas de vu que nous parlons de défenses pour enfants mineurs innocents, victimes de matraitances dits d’adultes.
    Il s’agit d’agressions d’adultes sur enfants mineurs de moins de 18 ans
    Ses tribunaux n’ont pas competances pour traiter ce genre de delits meme mineurs.
    Seul le Tribunal Correctionel est abilité ;
    Seulement voilà, il recupere ses affaires apres ce long parcour des combatants et de se temps les enfants déchirés par la soit disant absurde querelle des parents sont balader au gres des interets financiers des uns et des autres responsables de se desordre.
    Alors qu’il suffit de mettre les enfants en milieu neutre et proteger le temps que ses abus et delits au départ mineurs soient Juger en comparution immediate, comme un simple vol de telephone portable ou de scouter.
    Il est tant que les acteurs politiques remettent de l’ordre dans cette gigantesque foire Nationale surtout pre des administrations locales qui en premiere ligne dévient dangeureusement.
    Ca deviens une affaire d’Etat.
    Nous tous parents exigeons ensemble que les contrats d’engagements de nos services administratifs soient respecter, c’est pas nouveau puisque nous dependons totalement d’eux et c’est encore à sens unique.
    Dommage pour les administrations, ils scient la branche sur laquelle ils sont asises !
    Arretons cette politique d’infantilisation et d’assistanat méprisable envers les parents qui rendent service a l’évolution des générations et refusent les regressions !.
    Exigeons un salaire parental, pour servir au mieux l’interet des enfants qui sont, ne l’oublions jamais, des individus à part entiere et non otages, non objet de conflits et de chantage dans tout ses cas.
    Juridiquement un statut professionnel permet d’exiger un devoir de resultat et reconais l’utilité de la fonction de parent éducateur et protecteur des enfants en pleine construction de leurs personalité.
    Les Francais tombent dans des crises de paranoia de plus en plus séveres parce qu’ils ne se parle plus, ils s’aiment plus.
    Au travail et en douceur, car il s’agit d’ordre public et de santé publique !
    Il s’agit d’amour, pour soit meme et son prochain. Alors on se soigne, on respire et on repart dans la sphere professionnelle avec serenité et confiance.
    Retrouvons nos valeurs morales et dans le calme, parlons echangeons nos experences, nos compromis, car le silence profites aux agresseurs !
    De ce temps nos jeunes perdu par les reperes familiaux sombres dans l’alcool et la drogue de plus en plus tot. Rien n’est perdu si on agit dessuite en douceur toujours en douceur avec beaucoup de patiences.
    Merci de me lire, de réagir, d’agir pour trouver dans les comromis les solutions constructives positives pour tous et chacun.
    Reprenons le bon sens, reprenons le pouvoir legitime d’intervenir dans les instances locales, en tant que temoins dans la mixité et le partenariat public/privé.

    - Pourquoi pas creer un syndicat de parents qui s’engagent à remplir leurs mision par choix de vie avec ou sans salaires.
    Car la parentalité, le mariage ne legitime pas le droit de faire autant d’abus en toute impunité aux sus et aux vus de tous, impuisants dans les amalgames des ingerances externes.
    Pourtant il s’agit d’assistance et secours à personne et / ou à enfants en danger.
    Et ne confondons pas le divorce avec la prise en charge de la garde des enfants ;
    Car, ils s’agit d’une rupture de contrat de Mariage entre Monsieur et Madame pas avec les enfants puisque mineurs ou innexistants.
    La rupture amiable, chez un Notaire est aussi un choix judicieux.
    Pourquoi pas en Mairie aussI, puisque certains n’ont rien à partager et c’est aussi,là qu’on procede aux signatures officielles.
    N’oublions pas, les tribunaux jugents les litiges, les délits, les crimes.
    Et c’est tres bien comme cela !
    Nos libertés, nos égalités, nos fraternités, nos tolerances, sont seuls gages de Paix, de bien vivre. de qualité des performances.
    N’ayons aucun doute sur ce point et redonnons confiances à notre jeunesse qui a son mot à dire à dire !
    Maguy VARGAS







Palmarès