• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

myalan92

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • myalan92 4 juin 2009 15:53

    Sans surprise la PS attaque « l’Europe libérale » et s’affiche comme le seul rempart à la politique de régression sociale. Néanmoins, nous notons des lacunes et des inexactitudes dans leurs argumentations.

     

    - La responsabilité de la crise est-elle uniquement la faute de la droite ? Non. Le PS omet de parler de la coalition existant au parlement européen entre les socialistes européens et la droite conservatrice. Si responsable il y a, il s’agit alors d’une coresponsabilité touchant les deux grands groupes européens (PPE et PSE). Nous ne cherchons pas à accabler les uns ou les autres, ni même à trouver des coupables : l’important est aujourd’hui de tirer les leçons du passé pour changer réellement et en bien les choses.

    - Le PSE est-il la seule alternative ? Non. Chaque député européen vote selon ses convictions et n’est pas tenu de respecter les consignes du groupe politique auquel il appartient. L’essentiel, c’est d’avoir un maximum de députés prêts à se battre pour défendre des idées progressistes, qu’ils soient PS, Vert, MoDem ou autres. Si les socialistes préfèrent tirer la couverture à soit, c’est pour mieux peser dans les futures négociations de poste qui se joueront après les européennes.

    - La PSE est-il à même de changer de majorité ? Non. Les dernières projections montrent mêmes que ce groupe devrait perdre des sièges après les élections. Il n’y a donc aucun espoir de changer de majorité parlementaire le 7 juin prochain. Le véritable enjeu portera sur le changement du président de la commission européenne encore possible aujourd’hui si les socialistes le veulent vraiment, ce qui n’est pas gagné car la tentation de troquer l’Europe sociale contre quelques postes clés est grande. A noter que le Parti Démocrate Européen (auquel est rattaché le MoDem) est la seule formation politique à avoir fait des propositions concrètes et viables sur ce point.

    - Le PSE est-il le groupe le plus représentatif pour incarner le changement ? Non, car les socialistes européens, conscients de ne pas être à même d’imposer une nouvelle majorité ont déjà commencé les négociations avec la droite pour préparer la future coalition au parlement. L’actuel président du PSE au parlement est pressenti pour un poste de commissaire sous l’autorité de l’ultra-libéral Barroso en échange du soutien des socialistes européennes pour sa reconduction. Le vote socialiste contribue ainsi à renforcer lestatu-quo politique au parlement européen.


    Lire cet article pour en savoir un peu plus :

    http://www.gagnyenmouvement.com/article-32001393.html




  • myalan92 28 novembre 2008 14:38

    " ... Car, sans eux point de possibilité pour battre Bayrou en 2012 et d’accéder au deuxième tour ..."

    Cela résume bien votre vision des choses ... votre priorité est de battre Bayrou et non Sarkozy. 

    Pourquoi cette obsession ? Disons-le franchement, le PS est concurrencé par le MoDem : et alors ? C’est la faute aux cadres socialistes non ? Je peux comprendre votre frustation d’avoir un PS en panne mais faut-il pour autant flinguer les partis alternatifs et faire le jeu de la droite ? Tout le monde sait que l’UMP a plus peur de Bayrou que de Aubry ou Royal et les dernières crises au sein du PS ne font que renforcer cette crainte. Le fait est que Bayrou est le plus à même à réaliser un large rassemblement au second tour : si l’on veut réellement une alternance en 2012, il n’y a pas de question à se poser !

    Le PS est loin d’avoir réglé ses problèmes d’idéologie et de leader : sauf surprise, il ne sera pas en position de force pour battre Sarkozy. Pour ma part, je ne veux pas attendre 2017 pour espérer voir la gauche gagner les présidentielles. A moins d’une grosse surprise ce sera donc Bayrou.







Palmarès