• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

New Morning

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • New Morning 20 octobre 2007 13:23

    Certes il y a progrès, du moins en apparence. Mais l’implication de la France dans l’accession et le maintien d’Eyadema au pouvoir laisse craindre que les progrès démocratiques à accomplir ne soient uniquement du ressort des Togolais...

    Quelle est la part de la France dans cette élection « imparfaite » à 95% de participation, où des votes ont peut-être été achetés... et avec quel argent, si ce n’est le détournement devenu habituel de l’« Aide Publique au Développement » (APD) Française... soit « 70 dollars par an et par habitant » selon le gouvernement : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/aide-au-developpement_1060/politique-francaise_3024/montant-apd_14035/aide-publique-au-developpement-apd_50391.html

    Je n’ai pas de réponses, seulement des doutes étayés par 4 décennies du « plus long scandale de la République [Française] ». Les déclarations d’intention du président Sarkozy, qui honore dans le même temps la mémoire de Foccart, ne me semble pas être le meilleur garant de la fin de l’ingérence Française.

    « Je sais, cher Robert, pouvoir continuer à compter sur ta participation à la politique étrangère de la France, avec efficacité et discrétion. Je sais que, sur ce terrain de l’efficacité et de la discrétion, tu as eu le meilleur des professeurs et que tu n’es pas homme à oublier les conseils de celui te conseillait jadis, de ’’rester à l’ombre, pour ne pas attraper de coup de soleil’’. Sous le chaud soleil africain, ce n’est pas une vaine précaution. Jacques Foccart avait bien raison. »

    Nicolas Sarkozy, remettant à l’avocat Robert Bourgi la rosette de Chevalier de la Légion d’Honneur, à l’Elysée, le 27/09/2007. Cité par Rue89, 02/10/2007.



  • New Morning 19 octobre 2007 10:08

    Apparemment, le chemin de la démocratie est encore long pour le Togo... 42 ans de françafrique ne s’effacent pas en un scrutin smiley

    « Contrairement au code électoral, cette élection a donné lieu à la plus vaste entreprise de corruption et d’achat de conscience aussi bien au niveau des responsables des structures locales qu’au niveau des populations », a dit Péré, ancien baron du parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple togolais (RPT), qui, selon les résultats provisoires partiels publiés mercredi soir, rafle 49 des 81 sièges à l’Assemblée nationale.

    source : http://www.letogolais.com/article.html?nid=3270



  • New Morning 17 octobre 2007 10:44

     smiley Excellent article résumant la situation depuis le coup d’état du diplomate Français Mazoyer. Pour ceux qui doutent des propos de l’article, liser « La Françafrique » de F.X. Verschaves, qui donne même le prix de la tête de S. Olympio (300 000 CFA). Ce livre est truffé d’accusation et n’a été attaqué que par le seul Charles Pasqua, qui a reçu 1F de dédommagement pour avoir été présenté comme le principal instigateur (alors qu’il n’était pas seul sur ce coup...)du rapprochement de la France avec le régime qui massacre aujourd’hui le Darfour après avoir massacré le Sud Soudan.

    L’ensemble de ces révélations est forcément choquant et difficile a supporter, car les présidents Français depuis De Gaulle jusqu’à Sarkozy ont su s’avancer en « amis de l’Afrique » devant les caméras tandis que leurs « hommes de l’ombre » (Foccart, Pasqua père et fils, Chirac en personne, Jean-Christophe Mitterrand, Roccard...) multipliaient les contacts troubles.

    Cela n’enlève en rien les responsabilités des Africains qui se sont laissé corrompre, si ce n’est que ce travail de sape à porté au pouvoir les plus corrompus et les plus criminels d’entre eux tandis qu’étaient écartés ou assassinés les plus prometteurs (nous venons de commémorer l’assassinat du président Burkinabé Thomas Sankara du 15 octobre 1987 par « mort naturelle » à l’arme de guerre...).

    Pour ce qui est de « compter » sur la « rupture » de Sarkozy, je pense que le double discours a au moins un aspect positif : celui de donner l’opportunité au peuple français de prendre conscience et de défendre cette rupture comme une promesse exigeant des actes (en l’occurrence, surtout des « non actes » car il convient d’arrêter de nuire) favorisant une transparence des élections, entre autre togolaises. Il suffirait peut-être d’un « coup médiatique » à jouer, comme dans le cas de l’affaire du juge Borel assassiné à Djibouti, pour que Sarkozy se mette en scène pour garantir la transparence des élections togolaises...

    Je rêve, car il reste beaucoup de travail à accomplir dans la prise de conscience française de son implication africaine, mais c’est le rôle d’un article comme celui-ci qui en a fait réagir quelques-un(e)s... L’affaire dépasse le simple sentiment humaniste, car il faut bien comprendre que la corruption Africaine n’est que le miroir de la corruption qui grignote nos institutions. Elle a entre autre été initié pour assurer le financement des partis politiques français, et certains chefs d’Etat africains en savent long sur nos propres gouvernants. La déclaration d’Omar Bongo en dit long sur son pouvoir de nuisance sur Sarkozy, lorsqu’il déclare que si les relations venaient à se détériorer entre la France et ce dictateur, il répondrait calmement « allons, ce n’est pas sérieux Nicolas... »

    La démocratie Française est d’ailleurs clairement remise en question devant l’opacité des relations Franco-africaine, puisque 75% des députés et quelques ministres de l’époque (dont Sarkozy) ont signé le projet de « loi de Survie » de l’association qui en a pris le nom (http://survie-france.org/)... Et qu’elle n’a jamais été mise à l’ordre du jour après 20 ans de militantisme !

    Cette loi avait pour objet la transparence des quelques 10 milliards d’euros annuels (l’équivalent du « trou » de la sécu) d’aide publique au développement, dont l’Afrique est censé être le principal continent bénéficiaire. La triste réalité est que cet argent finance des résidences parisiennes de luxe pour les chefs d’Etats « amis de la France » (et de ses partis politiques), lorsque cela ne paye pas les armes des guerres civiles permettant de les (re)mettre en selle.

    Accepter de lire un « média citoyen », c’est aussi accepter de laisser derrière soi toutes les belles illusions dont nous bercent les autres types de médias...







Palmarès