• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nicolas5

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 9 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Nicolas5 15 janvier 2012 13:35

    Une question :
    Depuis l’excellente « prestation » (ah, que je n’aime pas ce mot, mais faute de mieux à l’instant) de Jean-Luc Mélenchon, avez-vous remarqué le black out total des médias institutionnels, le silence assourdissant - écrit et radio - sur ce candidat très percutant ?

    Les journalistes, « ratatinés » pendant l’émission, à l’exception du dernier, ont dû l’avoir mauvaise. Il fallait voir leurs mines pendant et après les échanges...

    Vengeance ? Rétorsion ? Règlement de comptes ?

    Résultat : silence total.
    Bien sûr, un clou chassant l’autre, une info spectaculaire éteignant les autres, la perte du triple AAA et le naufrage du paquebot de croisière italien ont permis de « justifier » le silence autour de Mélenchon.

    Mais quand même.
    Je me pose encore la question...



  • Nicolas5 9 mars 2011 18:13

    Pardon de reposter ce commentaire, mais je voulais le faire apparaître plus haut et en réponse directe au commentaire qui le précède.

    Pour répondre donc au long commentaire de Blackeagle, et si je peux comprendre certains de ses arguments (pas tous, certains autres sont un peu délirants), je trouve sa conclusion plutôt grossière et inappropriée : « Voilà, mais faire peur en "pétant plus haut que son cul" ça me plais pas trop. Nous ne somme qu’une espèce parmi d’autre et la terre nous survivra et se fiche pas mal de savoir si on pollue, si on est encore là ou si on est en voie d’extinction !!!! » (fin de citation)

    En attendant l’extinction de l’espèce humaine et les grandes envolées philosophiques planétaires, revenons à notre échelle. Nous vivons et sommes tributaires d’un environnement que nous modifions pour qu’il nous permette de vivre. Et pas trop mal, autant qu’il est possible. Les manifestations de Doue (Seine-et-Marne) et de Villeneuve de Berg (Ardèche) sont on ne peut plus locales. Même si les grandes figures nationales ont été présentes (parce que l’enjeu est aussi national), la plupart des manifestants sont des habitants du coin et des environs.

    Pendant 18 ans, je me suis promené à vélo entre Jouarre et Coulommiers, dans la forêt de Choqueuse qui jouxte la butte de Doue au sommet de laquelle se trouve cette église du XIIIe siècle. J’ai aimé cette région campagnarde de la Brie, ces jolis paysages avec ses rivières bordées de saules pleureurs, ses fermes, ses villages, etc. D’imaginer les champs de blé, de lin, de colza, de maïs, de betteraves piquetés de forages et de réservoirs de stockage tous les 500 mètres, de penser à la menace pesant sur les nappes phréatiques, d’imaginer le ballet incessant de camions pour toute la logistique de l’exploration puis de l’exploitation, cela me fait mal. Et je retrouve la même menace dans mon « petit coin d’Ardèche ».

    Dire non, ce n’est pas une vue de l’esprit ni un combat d’allumés idéalistes.



  • Nicolas5 9 mars 2011 18:05

    Pour répondre au long commentaire de Blackeagle, et si je peux comprendre certains de ses arguments (pas tous, certains autres sont un peu délirants), je trouve sa conclusion plutôt grossière et inappropriée : « Voilà, mais faire peur en « pétant plus haut que son cul » ça me plais pas trop. Nous ne somme qu’une espèce parmi d’autre et la terre nous survivra et se fiche pas mal de savoir si on pollue, si on est encore là ou si on est en voie d’extinction !!!! » (fin de citation)

    En attendant l’extinction de l’espèce humaine et les grandes envolées philosophiques planétaires, revenons à notre échelle. Nous vivons et sommes tributaires d’un environnement que nous modifions pour qu’il nous permette de vivre. Et pas trop mal, autant qu’il est possible. Les manifestations de Doue (Seine-et-Marne) et de Villeneuve de Berg (Ardèche) sont on ne peut plus locales. Même si les grandes figures nationales ont été présentes (parce que l’enjeu est aussi national), la plupart des manifestants sont des habitants du coin et des environs.

    Pendant 18 ans, je me suis promené à vélo entre Jouarre et Coulommiers, dans la forêt de Choqueuse qui jouxte la butte de Doue au sommet de laquelle se trouve cette église du XIIIe siècle. J’ai aimé cette région campagnarde de la Brie, ces jolis paysages avec ses rivières bordées de saules pleureurs, ses fermes, ses villages, etc. D’imaginer les champs de blé, de lin, de colza, de maïs, de betteraves piquetés de forages et de réservoirs de stockage tous les 500 mètres, de penser à la menace pesant sur les nappes phréatiques, d’imaginer le ballet incessant de camions pour toute la logistique de l’exploration puis de l’exploitation, cela me fait mal. Et je retrouve la même menace dans mon « petit coin d’Ardèche ».

    Dire non, ce n’est pas une vue de l’esprit ni un combat d’allumés idéalistes.



  • Nicolas5 8 mars 2011 12:38

    L’émission « Complément d’enquête », animée par Benoît Duquesne, a diffusé, il y a quelques jours, des extraits du film « Gasland », ainsi que des moments d’interviews de Josh Fox. 
     
    Gasland est un film coup de poing. Je reconnais que le cameraman n’est pas très expérimenté et qu’il est fatigant de regarder ce film en continu, à cause des tressautements de la caméra, des jeux incessants de zoom avant-arrière. Mais le sujet est grave. Et le cinéaste courageux. Il pourrait parfaitement finir dans une ruelle, une balle dans la tête, tellement il conteste des industriels aussi puissants et lobbyistes qu’Halliburton, du clan Bush et Dick Cheney. Les intérêts du groupe Halliburton avaient justifié, en leur temps, entre autres, l’intervention américaine en Irak. J’ajoute que ce film est le contraire d’un film commercial : il ne passe pas dans le circuit de distribution conventionnel, il ne rapporte rien à Josh Fox, sauf peut-être de quoi payer ses déplacements pour sensibiliser les gens aux dégâts de l’exploitation du gaz de schiste.
     
    J’habite en Ardèche, à Ruoms, non loin de Villeneuve de Berg, après avoir longtemps vécu en Seine-et-Marne, à Jouarre, non loin de Doue. L’île de France et une grande partie du Sud de la France, dont l’Ardèche méridionale, sont convoités par les grands groupes pétroliers qui aimeraient bien exploiter le gaz de Schiste. La technique d’exploration et d’exploitation par fracturation hydraulique est une vraie saleté. Consommant des millions de litres d’eau par forage, une grande partie de cette eau, qui ne ressort pas avec le gaz capté, s’infiltre dans les sols et atteint les nappes phréatiques qui se retrouvent avec une eau chargé en méthane, propane, et des dizaines d’additifs chimiques toxiques voire cancérigènes. Elle fait des dégâts considérables et irréversibles sur l’environnement. Il faut l’expliquer, la dénoncer et s’y opposer.
     
    Voici la page de wikipédia qui en parle :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz_de_schiste
     
    Quelques liens pour voir le film :
    http://www.gaslandthemovie.com/
    http://www.tvqc.com/2010/12/gasland-en-streaming-documentaire-sur-le-gaz-de-schiste/
    http://www.madcine.com/films/singlevideo.php?cid=28&lid=6913



  • Nicolas5 18 février 2011 14:21

    Paul Villach,
    quelques remarques.

    Depuis longtemps, article, après article, vous analysez, vous cherchez ce qu’il y a derrière les apparences. Le mot « leurre » revient souvent dans vos analyses. Si j’apprécie votre démarche et, souvent, les conclusions où elle vous mène, je constate que les membres participants d’AgoraVox s’éloignent quelque peu de vous. Vos articles sont moins lus, les votes positifs sont moins nombreux. Il y a deux ans, vous aviez beaucoup de « supporters ». Il y a un an, les commentaires sont devenus régulièrement agressifs, belliqueux même. Aujourd’hui les membres participent moins à votre réflexion, et c’est dommage.
    Je vous apprécie toujours, continuez votre réflexion (et par les temps qui courent, c’est d’émotion, malheureusement, dont les gens se nourrissent) mais de temps en temps, prenez d’autres chemins, variez vos grilles de lecture des événements.

    Je ne veux surtout pas vous faire la leçon, vous avez plus d’expérience que moi et plus de talent pour l’exprimer.

    Bonne journée et bon courage.







Palmarès