• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

nicolaskuhn

nicolaskuhn

Journaliste, scientifique et musicien.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 12 43
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 23 juillet 2007 21:09

    Sauf qu’il fait partie des rares (dans un camp comme dans l’autre) à apporter des éléments d’analyse ou d’argumentation...



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 23 juillet 2007 18:10

    C’est étonnant qu’on puisse à ce point rejeter la possibilité d’un dialogue, d’une discussion, d’une confrontation d’idées...

    Je viens de lire les commentaires sur cet article, et je suis affligé...

    Il y a pourtant bien quelques tentatives, quelques pistes de réflexions, mais très vite, les invectives gratuites fusent, les idées sont caricaturées, et plus rien de constructif ne semble possible...

    Pourquoi cela ?

    Cherchez vous à détruire ce formidable outil d’échange ?

    J’espère que ce n’est qu’une petite fièvre passagère...



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 20 juillet 2007 16:39

    C’est un peu comme si on disait : « on ne peut pas faire le bien, parce que certains font le mal »...

    C’est vrai, certains d’entre nous font le mal, certains ne veulent pas partager, certains ne voient pas que le bonheur de leurs propres enfants passe aussi par le bonheur des enfants des autres, car l’homme est un animal social et que nous sommes tous, d’une manière ou d’une autre, en relation les uns avec les autres.

    Mais ces quelques individus qui se la jouent perso n’empêchent pas pour autant les autres de faire le bien s’ils le veulent, de partager et d’avoir une vision humaniste de la société. Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à ne pas se satisfaire de cette vision égoïste.

    Il y aura forcément toujours des obtus qui ne pensent qu’à leur plaisir personnel, quitte à écraser leurs voisins. Il y aura toujours des gens plus riches que les autres. On pourra toujours trouver des moyens pour tirer parti du système, quel qu’il soit. Mais cela n’empêche pas de vouloir freiner ces agissements égoïstes grâce à des gardes fous, des systèmes de régulations.

    Le pouvoir politique sert justement à ça...

    Sans lui, c’est la loi du plus fort.

    A moins que vous ne pensiez que la loi du plus fort puisse faire office de philosophie politique...



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 20 juillet 2007 16:17

    Et alors ?

    Si tu veux circuler incognito, déjà, il faut balancer ton téléphone mobile.

    Certes, Vélib est pas le moyen de transport idéal pour faire un casse...

    Il suffit de le savoir. Si tu veux faire un sale coup, tu prends pas un Vélib, tu payes pas avec ta carte bancaire et tu laisses ton téléphone portable à la maison...

    Personnellement, ça me gêne pas qu’on sache que j’ai pris un vélo public pour aller travailler, au contraire !...



  • nicolaskuhn nicolaskuhn 20 juillet 2007 14:42

    NPM, le libéralisme suppose que la somme des intérêts individuels va dans le sens de l’intérêt collectif, mais dans ce système, chacun travaille d’abord pour soi-même, et effectivement, comme dit Sarkozy « pour gagner plus ».

    Par exemple, si un entrepreneur s’aperçoit qu’un nouvel additif alimentaire développé par un laboratoire va permettre de multiplier la vente de yaourt par dix en suscitant une envie nouvelle chez le consommateur, il va se lancer dans le projet pour faire grossir son chiffre d’affaires et ses revenus. Si le produit n’est ni toxique ni interdit par la loi, il a le droit de le faire, la liberté de le faire puisque nous sommes dans un système libéral (avec encore quelques freins, heureusement).

    De même, lorsqu’une entreprise bénéficiaire comme Arena (ex fabricant français de maillots de bain), après avoir été rachetée par des fonds d’investissement, décide de délocaliser sa production en Chine (sans baisser le prix de vente de ses produits), simplement pour remplacer des salaires occidentaux par des salaires chinois, le système libéralisé lui permet de le faire sans entrave, et sans avoir à demander son avis à la collectivité.

    A aucun moment, la décision n’est prise au niveau collectif en se posant la question de l’intérêt de tels choix pour la société.

    Avec la financiarisation de l’économie qui prend des proportions inquiétantes, on s’aperçoit de plus en plus clairement que l’enrichissement de quelques-uns ne profite pas nécessairement à la société dans son ensemble. Les choix industriels qui sont faits par les grands actionnaires ne vont pas forcément dans le sens du progrès social, du respect des droits de l’homme, de la protection de l’environnement ou d’une meilleure répartition des richesses.

    Et c’est logique. Le boulot des industriels et des financiers est effectivement de prendre des parts de marché et de s’enrichir.

    En revanche, le rôle des politiques, qui représentent la société pour tous les choix qui engagent la population dans son ensemble, est justement de limiter la toute puissance des puissants. Car le gâteau n’est pas infini. Et le fait qu’une toute petite minorité s’accapare la majorité des parts crée un déséquilibre social, une mise en danger des plus pauvres et des frustrations qui finissent par se transformer en violences sociales dont tout le monde souffre.

    Se poser la question de la valeur du travail aujourd’hui n’est donc pas stupide. Le travail ne représente pas seulement une valorisation qui peut se chiffrer en nombre d’euros par heure. Il transforme le monde qui nous entoure, il est un lien social, il peut permettre dans certains cas à l’être humain de se valoriser à ses propres yeux.

    Engager cette réflexion peut conduire à une autre vision du travail, et surtout, à terme, à une autre organisation du travail, plus respectueuse de l’être humain et bénéfique à la société.







Palmarès