• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

nicolette

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • nicolette 11 novembre 2007 11:44

    Les interventions suite à ce triste constat sont toutes justes ! Mais reprenez l’historique du début de la crise infirmière : Elle date de Schengen et Maastricht. Pourquoi ? Infirmières techniciennes en France, nous sommes les seules à pratiquer des gestes qui sont dévolu aux médecins dans les autres pays européens. Une responsabilité que les infirmières étrangères ont découvert et qui les font rentrer dans leur pays ; trop de responsabilités !

    Alors pourquoi l’état a-t-il mis des numerus clausus pour les formations des infirmières et poussé les aides soignantes vers des organisations professionnelles plus poussées ?

    La grande grève des infirmières en 88 reprenait déjà comme revendication la reconnaissance de la profession, l’intégration des primes dans nos salaires, le cursus LMD et la défense de la qualité de soin qui commençait à baisser d’ailleurs je me souviens avoir fait des soins avec un technocrate muni d’un chronomètre...

    La confédération infirmière, mouvement apolitique de la base ne fut pas reconnu par les politique et seul les syndicat, représentant moins de 10% de la profession !, ont eu leur mot à dire, revalorisation salariale, une prime Weil en plus (500ff), mais tj pas intégré au salaire. Et ce furent les même syndicat qui aidèrent l’état à casser ce mouvement largement soutenu par les medias et la population. Les familles venaient nous aider à l’hôpital pour que nous puissions défiler et défendre par le nombre nos conditions si difficiles !

    Mais qu’est-ce qui a changé ? Les infirmières se désinvestissent de plus en plus de revendications, car les syndicats, seule instance reconnue, ne défend pas le quotidien des soignants. La charge de travail s’est alourdie depuis, avec un énorme temps consacré à l’administratif, transmissions traçabilité, plus de 50% du temps de travail ! (a l’époque nous avions nettement moins de soucis de contagions nosocomiales et d’erreurs !) La manque de soignant fait que les heures sup. et les vacances deviennent conditionnelles au nombre de personnes présentes, bref, les 35 heures n’ont fait qu’aggraver une situation préexistante, multipliant encore nos heures sup, RTT (que nous ne pouvons pas prendre et que l’on ne peut nous payer pour des raisons de budgets...donc gratuites ?).

    L’état a testé la nouvelle politique qui se met en route maintenant sur 3 sites en France, dont mon secteur, et je suis effarée de la manipulation de la population, et du personnel pour aboutir simplement à la fermeture d’un hôpital, regroupé sur un seul site sans personnel supplémentaire ni création de lit, l’autre étant revendu, réhabilité avec nos deniers, au privé !

    Les syndicats acceptent même que les nouvelles recrues infirmières ne soient plus titularisé mais seulement assimilés fonctionnaire...

    Pourquoi ceci ? Grattez donc au niveau de l’Europe ! Eh oui ! Les syndicats ne sont plus les défenseurs des salariés, mais interviennent pour organiser au mieux le travail avec les patrons ! Le test fut le secteur de la santé depuis la signature de Maastricht, et maintenant l’éducation nationales commence à ouvrir leurs yeux, car le même créneau est en route ! Sauf que l’essentiel est fait !

    Nous vivons hélas dans un pays où le communautarisme des corporations du travail cloisonne toute action concertée ! Mais nous en sommes tous responsables !

    Pour défendre l’hôpital, je me suis retrouvée à une réunion du ¨PT ! Ah les cheminots, bardés d’avantages par rapport à d’autres, ruent dans les brancards ! Je me suis permis de parler de ma profession : nous n’avons pas le droit de faire grève, sinon assurer un service minimum (nous tournons au minimum depuis des années !) et sinon nous risquons de nous trouver devant la justice pour non assistance à personne en danger !... Quelle autre profession a été autant muselée ?

    Les écoles d’infirmière n’arrivent plus à remplir leur places, et ont des pourcentages de défection important avant le diplôme ! Les nouvelles diplômées ne durent plus que 3 ans1/2, conte 7 il y a quelques années, car les conditions de travail sont devenu trop dures à vivre, et que nous n’avons plus le temps de faire l’accompagnement du patient !

    Et mieux, avec la nouvelle tarification, seul les actes feront rentrer des sous à l’hôpital ! Que fait on des patients ? A moins qu’ils soient riches, il seront hospitalisée à domicile, secteur en pleine expansion, mais qui n’assure pas la sécurité d’une prise en charge suivie. Mettons vous étés en observation pour un problème intestinal. Vous passez tous les examens, en ambulatoire de préférence, on ne vous explique pas grand-chose et puis vous étés de nouveau enfermé chez vous avec toutes les questions qui vous travaillent : est-ce grave, c’est un cancer ?..... Risque de dépression, angoisse, décompensation psy.....

    La reconnaissance des études d’infirmière, j’en entends parler depuis mon diplôme, cela fait donc 25 ans. Qu’est-ce qui a changé ? Rien ! Car si l’on touche à nous infirmières, l’état est dans l’obligation de revaloriser toute la fonction paramédicale !

    Et mettre le cursus LMD serait une solution rêvée, mais avec une revalorisation salariale.

    Avec le transfert de compétences, notamment les consultation d’infirmières, prescripteurs dans des spécialités où il manque des médecins (soumis aussi au numerus clausus !), type néphrologie, dermato,cardio...., on n’aborde pas du tout la revalorisation de salaire, mais on parle de formation supplémentaire. Nous le pratiquons déjà depuis des décennies, et les médecins se reposent sur les anciennes pour cela, gratuitement, sauf que nous bonnes poires, nous le faisons pour le patient !

    Nous en revenons toujours au salaire, qui se rétrécit comme une peau de chagrin les années de travail avançant ! Nous gagnons moins qu’une femme de ménage en ville, moins de 15 euros l’heure pour une responsabilité plus importante qu’un conducteur de bus, ou train , qui ne travaille pas plus que 5 heures d’affilé car ensuite la vigilance baisse ! Souvent, pour assurer la roulement nous faisons 12 voire 13h d’afilé...

    En plus nous avons une profession à risque pour notre santé (manipulation de charges importantes, matériel et humain), manipulation de produits dangereux et toxiques pouvant entraîner la mort ou/et effets secondaires sur notre santé et celle du patient, nous travaillons avec des êtres humains qui demandent un minimum d’accompagnement et d’explication que nous ne pouvons hélas plus assurer (dans certains services ce sont les agents hospitaliers qui nous informent des états d’âme du patient !)... Et notre salaire à la retraite, épuré de toutes les primes, sera celui d’un smicard !

    Belle carrière ! Avec l’instauration de l’ordre infirmier, je ne sais que penser, car je n’y croyais plus ! Copié sur l’ordre des médecins, nous ne pourrons exercer que si nous y sommes inscrit et cotisons ! Savez-vous quand a été crée l’ordre des médecins ? Sous le régime de Vichy, en 1940, pour recenser tous les médecins et mettre les « juifs » à l’index ! Que va nous réserver alors cet ordre, si ce n’est que de nous assurer que nous sommes tous dans le droit chemin et pensons comme nous le devons ! Car celui qui ne pensera pas correct, sera exclu....et ne pourra de ce fait plus exercer !

    Vive la liberté !

    Bon, après ce triste constat, qui je l’espère ne vous a pas démoralisé, je me bat toujours pour la défense de la fonction d’infirmière humaine, qui accompagne le patient ! La reconnaissance de la profession se lit hélas seulement dans les yeux de l’utilisateur du système, car avant il fantasmait sue les critères maintenant hélas caduques.

    Double vitesse de soin, cela ne date pas d’hier, hélas ! On préserve les CMU, c’est une bonne chose, mais je connais des CMU qui sont rentier, touchant plus que moi, et passant leur temps à voyager à, l’étranger....

    La sécurité sociale est devenu un leurre pour lequel les français mettent volontiers leur main au portefeuille ! Dans le cadre de l’Europe, elle est illégale depuis 1994 et l’état paye une contravention importante à Brussel tous les ans ! Elle est illégale car c’est un monopole ! si vous observez bien, de plus en plus de mutuelles se proposent de prendre en charge certains surcoûts, comme les dessous de table, certains médicaments... C’est l’état qui ne veut pas tuer la poule aux œufs d’or, alors on parle de déficit, de réorganisation des soins....et de nouvelles cotisations. Il y a quelques moi, un dentiste s’est fait épingler car il payait une « assurance au dernier franc » auprès d’une assurance britannique et la sécu lui réclamait une très grosse somme d’arriérés ! Personne n’a entendu la condamnation, car il a gagné !...

    Les hôpitaux sont gérés par de technocrates qui désirent faire des bénéfices même sur le dos du personnel et des malades. Aujourd’hui on nous bassine d’informations totalement désuètes pour noyer le vrai problème : la santé est devenu une pompe a fric !

    Non seulement elle rapporte à l’état, mais aussi à l’industrie pharmaceutique, donc aux actionnaires ! Je vous fais grâce mais il y a là aussi des choses à dire que l’on nous cache habilement !

    Ce que je regrette le plus c’est le manque de circulation, forums compris des information concernant notre vrai avenir. Ou serait-ce une évolution vers une manière de vivre anti démocratique ?

    Amitiés, Nicolette



  • nicolette 30 octobre 2007 19:33

    Petit historique de l’Europe et de la Santé :

    En signant Maastricht et Schengen, nous avons opté pour un système capitaliste qui supprime tout monopole, surtout d’état ! La sécu est illégale depuis 1996 (je crois ou 94 ?) et nous payons une amende très conséquente à Bruxelles tous les ans.

    Et comme l’état n’a pas encore eu le courage d’annoncer de vive voix la disparition du dernier bastion de la protection sociale.. Il crée le trou si bien analysé dans cet article et les commentaires ! Ce trou rapporte à l’état : qui ne mettrait pas la main à la poche pour cette chère santé...(csg...), il faut croire qu’il n’y ait pas de fond...

    Les hôpitaux sont depuis gérés comme des entreprises, et on ferme à tour de bras. On met des numerus clausus, pour les spécialistes, les infirmières... Actuellement nous vivons en plein la pénurie crée de toutes pièces pour accepter les réorganisations ! La tarification nouvelle se fait aux actes, c’est-à-dire que seul le patient qui subit des actes à l’hôpital est rentable.... Mais que fait on des malades en observation, des chroniques... Prise en charge par l’hospitalisation à domicile, privée, bien sur ! La recherche glisse vers le privé...

    Bref, libre concurrence même pour la santé !

    Vous étés vous demandé si vous coûtiez plus cher à la sécu si vous sortez du circuit médecin généraliste ? Non, c’est à votre portefeuille que cela coûte plus cher, car le remboursement est moindre, donc tout benef pour la sécu ! Et les médicaments génériques : certain médecins en reviennent car la biodisponibilité du produit varie de 70- 125%, c’est-à-dire que l’efficacité varie d’un générique à l’autre et d’un individu à l’autre. Pour certaines affections graves, on déconseille les génériques (cardiopathies gravissimes, épilepsie) source publications médicales, et site sur l’épilepsie. Et comme cela , les grand laboratoires, les mêmes qui commercialisent les génériques peuvent faire de la pub.(ex Biogaran à la tele) Mais déjà des mutuelles ont trouvé le créneau en palliant à cet aspect, de même pour le remboursement de certains médicaments dérembourser secu...

    Mais tant que l’on n’est pas directement concerné, les changements dans la santé n’apparaissent pas, et on n’en parle pas ! Mais plus on avance dans le temps, se soigner devient cher, surtout pour les personnes à santé fragile, les chroniques...



  • nicolette 29 octobre 2007 16:41

    Pourtant, notre société basée sur « liberté, égalité fraternité » ne prévoit peut être pas les choses uniquement comme cela ! Défendre l’un ou l’autre sexe en devenant suffragette ou macho n’y colle pas, car il reste la différence fondamentale, nous ne sommes pas égaux, (je crois que tout le monde est d’accord sur ce point !) mais complémentaire ; ceci toujours dans les valeurs fondamentales, surtout le respect ! L’égalité de traitement se situe aussi dans le salaire et la reconnaissance de l’individu, notamment de la femme. Dans la majorité des commentaires, nous restons d’abord objet sexuel avec peu de place pour le romantisme ! le propre d’une société de consommation !...

    je voudrais revenir à la recrudescence du divorce : avant, cela ne se faisait pas ! et souvent la femme encaissait la maîtresse ou la maltraitance (dont le fait de n’être qu’un objet qui fait tourner le foyer est en première place) jusqu’à la fin, la mort de l’un ou l’autre ! j’ai vu à l’hôpital, quand enfin l’homme fut faible de véritables furies se venger de ce qu’elles ont endurés toute une vie ! Maintenant, notre société permet de vivre dignement en se séparent en tout honneur de l’autre qui ne convient plus ou qui a commis l’irréparable ! et elle peut continuer de vivre dignement, pour elle en étant sujet de sa vie ! Mais les hommes (en général, mais cela peut aussi être l’inverse, la femme bafouée) acceptent très mal que leur femme puisse demander le divorce et les choses se gâtent fréquemment ! et on en arrive au pugilat dont les premières victimes sont les enfants ! Mais il y a une vie après ! On ne reste pas soumise pour le pire du mariage ! Vive le progrès de ce coté là !

    Revenons à l’égalité citée avant cet aparté : Serait-ce un problème dans notre éducation transmise à nos jeunes et enfants ? Nous ne parlons pas de sexe et plaisir à nos enfants, en général et ils volent leur éducation auprès des copains qui regardent avec leurs parents depuis le,plus jeune age des pornos qu’ils prêtent aux copains, copines. Quelles valeurs sont transmises par ces films ? Je vous laisse seuls juges.... Le plaisir est dans l’objectivation de la femme.... Et après nous nous plaignons que nos jeunes soient grossiers ou violent ? La femme n’est pas considéré comme sujet à part entière, alors pourquoi la respecter !.... Et il n’y a qu’à écouter ces messieurs parler des femmes, pas forcément de la leur d’ailleurs, et ceci encore aujourd’hui !

    Certes, les femmes ne sont plues en reste, mais n’est-ce pas le retour de manivelle ? Je ne sais plus qui as dit cela (je cite grossièrement) Libérer les esclaves de leurs chaînes ne les rend pas libre ! Ils inversent le rapport et se vengent de leur maîtres en leur faisant subir les mêmes humiliations ! »

    La société est un groupe de personnes où il y a toutes les tendances et peut être un jour nous cohabiterons en respect et tolérance, en toute liberté et fraternité.(sans tomber dans les valeurs dites religieuses !) Je reste optimiste et essaie de faire réfléchir les personnes autour de moi !

    Juger est facile ! Enoncer des évidences aussi ! Mais le plus intéressant est de réfléchir où l’on peut remettre en question le système de valeur pour le faire progresser. Et comme chacun a ses propres valeurs, le monde s’enrichi de ses différences, à condition de respecter l’opinion des autres et de se remettre en question. et je maintiens que le titre de cet article est bien illustré par la majorité des commentaires !

    Amitiés,

    Nicolette



  • nicolette 27 octobre 2007 19:11

    Je trouve que le titre de cet article est très juste surtout quand je lis la majorité des interventions ! De quoi parle-t-on ? De sexe de bas étage, de fantasmes, de critique gratuites ... Bref ! Rien de très constructif, à de rares exceptions ! Ce qui est le plus éloquent, c’est que l’on reconnaît derrière les intervention les hommes. Pourquoi ? Ils parlent de sexe, possibilités avec des femmes objets....(désolé messieurs...)

    La femme objet, crée hélas dans le lieu public après la révolution sexuelle est bien dans ce but, satisfaire tous les fantasmes de ces messieurs....(celaz se passait dans l’ombre avant, le role des maitresses..) Quand on insulte une femme, c’est toujours avec des allusions plus ou moins voilés liés au sexe !( souvent gore !)

    Dans les interventions, certains parlent de Dolto ! Elle a fait beaucoup pour libérer les jeunes, qui se sont engouffrés dans cette brèche, mais dans les milieux psy et médicaux on parle maintenant d’une ère après Dolto ! Pourquoi ? L’enfant roi, ce qui se prolonge encore loin dans l’age adulte, et gommage de tabous. Et un déni de toute autorité, donc du respect et de l’autonomie, donc de la liberté et de la confiance de soi (voir les forums psy...)

    Revenons à l’article. Il est intéressant car il illustre bien, réactions comprises ce mal-être généré par la libération sexuelle !

    Les avantages : la libéralisation de la femme, de la contraception et la possibilité aux femmes de s’affirmer professionnellement loin des promotions canapés, démontrant qu’elles ont autant de possibilités que les hommes ! Respectant biensur que nous ne sommes pas égaux mais complémentaires !

    L’aspect vicieux du système est que nous sommes devenu des consommateurs de sexe ! Sexe dans tous les coins, sans aucun sentiment proprement dit ! Nous sommes des consommateurs compulsifs pour remplir un vide dans notre vie. Mais quel vide ? Notamment par les addictions (drogue, alcool, sexe, Internet...,) mais je ne vais pas creuser ici cet aspect, il serait hors sujet ! Objet de consommation mutuel (l’homme objet existe, mais on en parle moins car cela blesse l’âme des machos !) Le sexe comme cela n’a plus rien avoir avec « faire l’amour » où intervient de sentiments et des émotions, menant au vrai orgasme, car un amour vrai dans le respect et la liberté réciproque...(ref un livre qui explique cela de manière intéressante : dis moi qui aime quand j’aime, l’auteur m’échappe, mais grâce à Internet...)

    Mais dans notre société de consommation, nous n’arrivons plus à aimer librement, reproduisant des schéma de fonctionnement d’amour caduque (ref psy, je vous laisse chercher....) où posséder l’autre est le maître mot. Donc cet aspect objet, domine. Un objet n’a pas de sentiment propre et n’existe que pour satisfaire les « besoins » du sujet, et peut être jeté !

    Et puis plus grave : dans l’éducation de nos enfants, ce que nous leur transmettons dans notre quotidien, les images de prévention dominent ! Dans nos foyer, nous ne montrons pas forcément nos élans affectueux ou nos émotions(mis à part colère), nous disons même à nos enfants que les émotions, dont les pleurs ou sentiments (écrasér une larme) sont signe de faiblesse dans notre société de battants ! La naissance et la mort sont gommé de notre société, donc les sentiments générés par ces aspects de vie naturelle sont aseptisés et fantasmés.

    Demandez honnêtement autour de vous surtout les femmes, combien d’entre elles existent réellement lors des rapports sexuels et combien « grimpent réellement au rideau »

    Vous parlez de la crise de la quarantaine : Effectivement,, en général la mère de famille qui s’est dévoué corps et âme à sa niché et son foyer réalise d’un coup, qu’il manque qqc. Elle est la commode à entrée dont tout le monde se sert, mais elle n’existe plus pour elle ni comme femme à part entière ! Combien de fois on entend (c’est aussi une blague !) on fait crac crac et puis il ronfle ! Bref, monsieur fait l’amour mais oublie de « satisfaire sa moitié !.... Et cela donne moult dépression de ne pas exister pour soi ! Et souvent elle aura de la chance de trouver un amant qui « la fera grimper au rideau ! (c’est très mal vécu dans notre société où encore de nos jours il est normal pour un homme d’avoir une maîtresse, mais pas pour une femme d’avoir un amant !.)

    J’espère que les multiples auteurs de commentaires pourront m’éclairer ; où dans notre société libérée des croyances religieuses mentionne le droit au plaisir ? L’homme le prend facilement. Mais la femme ? faire l’amour est un partage de plaisir et que l’orgasme d’un homme est différent des orgasmes de la femme (allez consulter les dossiers sur doctissime, c’est fort intéressant !)

    Où parle-t-on de respect, de liberté, d’amour dans l’étreinte ? elle peut être aussi sans lendemain ! A de trop rares exceptions noyés dans la masse des images de sexe affiché partout !

    Les corps exposés dans la mode, le cinéma, etc servent de référence beauté (de consommation) à la masse, mais ne ressemblent à rien à la femme dans la réalité ? Mesdames qui avez vu ces photos, y reconnaissez vous ? Non car il s’agit de filles adolescentes, sans formes, anorexiques.(limite androgynes !) Où sont les seins naturels)qui font fantasmer les hommes ? un bas de rein avec des formes ? Où sont tous les critères de la vie dans ce corps limite mortifère ? Et messieurs, étés vous conscient que l’on vous fait fantasmer sur de jeunes filles souvent mineures ?

    Ce qui est étrange, c’est cette passivité de masse ! On réagit sur les IMC (indice de masse corporelle) des mannequins, sur les insultes racistes, ... Mais la femme objet y a toujours trouvé sa place ! Il faut prouver le harcèlement sexuel au travail, et souvent on dédramatise en disant, « tu l’as cherché » « c’est que tu vaut le coup ! » Mais les propos racistes sont acceptés sur la bonne foi du plaignant ! Encore aujourd’hui, une femme violée n’est pas toujours reconnu par l’entourage, car « elle l’a cherché ! »

    Comme notre société va mal, les gens manquent de confiance en eux, et sont négatif.... On revient par facilité (comme cela on ne se remet pas en question, on ne doute pas de soi) à des valeurs ancestrales qui ont fait leurs preuves (même si elles n’ont plus lieu d’exister dans notre société), l’intégrisme de toutes sortes ! Vous citez des sites d’intégrisme musulman ! Osez reconnaître qu’il existe de l’intégrisme dans toutes les religions, et qu’ils sont aussi dangereux ! ce sont des dogmes sectaires, des prêt à penser et à réagir ! L’homme, masculin,(je parle de certains, mais hélas de plus en plus nombreux) se sent un peu dépossédé de sa place dans la société, voyant que les femmes peuvent faire aussi bien qu’eux dans de nombreux secteurs.... Eh bien on revient aux valeurs ancestrales, la femme au foyer, voilée ou non, l’homme sortant, chassant, pardon , ramenant l’argent au foyer, et étant l’autorité de la famille, ayant tous les droit , dont le droit de vie et de mort, dans sa famille

    Les prêt à penser, ou dogmes de toute orientation ont besoin de s’appuyer contre un ennemi exutoire qui permet l’existence de ces croyances... Là je vous laisse chercher... Même dans des sujets de société autre ! Je ne connaissais pas la citation donnée par Jim (merci !) : « On tient plus facilement un peuple avec la pornographie qu’avec les miradors. » Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne Cela devrait vous faire plutôt réfléchir dans notre société !

    Nous ne voulons plus réfléchir, nous attendons le prêt à penser ! Mais il est plus facile de critiquer, donner son jugement à l’emporte-pièce, sans réfléchir au pourquoi (constat avancé dans l’article) et le comment (l’analyse de l’article et ce qui est apporté par les commentaires constructifs)

    Les illustrations de l’article ont fait réagir. Pourtant nous les voyons tous les jours... Serions nous des aveugles sélectifs ?

    Mon but n’est pas de lancer une polemique mais de rajuter des pistes de reflexion à un sujet qui se limite au sexe. Nous ne sommes pas des animaux

    Nous avons une conscience, qui nous permet de douter. Mais aussi, nous avons des sentiments et des émotions qui nous construisent. Transmettons les valeurs de respect (de soi, des autres, de ses affaires et ceux des autres), de tolérance (des autres et de leur différences physiques et pensée, sachant que la différence justement nous enrichit), de responsabilité (responsabilité de nos réactions et de nos actes) et d’autonomie (liberté dans les opinions et croyances dans les valeurs précités) à nos jeunes (on commence à y revenir dans les écoles !) et autorisons nous aussi a reconnaître ses valeurs et les intégrer dans notre vie !.

    Et là il ne s’agit point de valeurs religieuses mais des bases de fonctionnement des relations humaines saines et constructives !

    Amitiés, Nicolette



  • nicolette 19 octobre 2007 08:41

    le but n’est pas de se situer pour ou contre mais de réfléchir sur le bien fondé des choses. je travaille dans la Santé, et avec le recules de plusieurs dizaines d’années, j’ai observé un changement dans l’approche de la Santé je suis absolument effaré de la vulgarisation et surtout la publicité « battage » des nouveaux produits auprès du grand public. avant, ceci ne se pratiquait quand l’innocuité du produit est absolument prouvée, certes plusieurs années après la découverte de la molécule et des années de tests... Actuellement, il s’agit d’abord de vendre, puis ensuite on peut tj le retirer du marché quand il y a des problèmes. Les études pharmacologiques, indépendantes furent rigoureuses, maintenant aujourd’hui, c’est le labo même qui dirige les recherches dont le résultat précède la recherche !... On se trouve devant des problèmes d’intolérances, d’effet secondaires, de recrudescences de pathologies suite a des vaccins, comme pour l’hépatite, qui fut un des premier vaccins miracles fait à nos jeunes pour les protéger. Quels sont les risques réels qu’un jeune attrape l’hépatite ? Statistiquement très faible, a moins d’être un drogué ! et on a vacciné à tour de bras pour réfléchir ensuite.

    C’est comme pour la grippe aviaire. Avez vous transposé le nombre de victimes humaines à la population potentiellement en contact avec le Virus ? Dérisoire ! Pourtant on a vacciné toutes les volailles (sans étude d’efficacité préalable et sur les bêtes et l’effet sur l’homme), et vendu des tonnes de matériel et de médicaments, qui s’avèrent inefficace et bourré d’effets indésirables. C’est une maladie qui existe depuis la nuit des temps et on nous fait croire qu’elle vient de se déclarer !

    Moi, ma santé m’appartient, et je prend le risque de ne pas exposer inutilement mes enfants mineurs par des médicaments miracles. car, hélas, la valeur de la vie humaine s’est noyé dans la recherche du profit des laboratoires pharmacologiques. Moi aussi, je suis une femme, et ai eu de nombreux soucis dans mon intimité ! Mais je tiens à ma santé, même fragile, pour ne pas m’exposer inutilement à de nouvelles substances qui n’ont pas fait leur preuves. et ce qui est décrit dans les effets indésirables démontre que ce n’est absolument pas un produit anodin !

    et il ne faut pas sortir de l’ENA pour savoir que les statistiques sont très facilement manipulables, surtout auprès du grand public !. exemple cité : 6160 vacciné avec le produit, dont 1% ont déclaré un effet secondaire retenu, soit 61, transposant sur les statistiques de prévention sur 300000 cas, 1% fait 3000 personnes qui feront un effet secondaire plus ou moins grave ,retenu pour certainement plus avec des effets apparaissant avec un recul temps plus important protéger 177 femmes, !

    il est chouette de faire de la prévention pour éviter les cancers ou maladies graves, mais les mammographies que vous citez n’ont pas ce taux d’effets secondaires.

    la seule chose raisonnable à faire, c’est de réfléchir réellement avec du recul, car ce qui est beau et neuf, dévoilé par tapage médiatique pour imposer au plutôt a toujours un revers. Vous souvenez vous des patch contraceptifs miracle ? Ils n’ont pas duré longtemps !

    il ne s’agit pas de faire un procès gratuit, mais documentez vous vraiment avant de prendre un décision pour votre santé en connaissance de cause !

    Amitiés, Nicolette

    Je n’ai pas le temps de vous joindre les sites doc, mais relisez certains articles sur agoravox, exploitez les liens..







Palmarès