Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

NICOPOL

NICOPOL

Ingénieur et biologiste de formation, expert financier et institutionnel dans l'aide au développement par profession, voyageur toujours, avide d'histoire, lecteur compulsif de Nietzsche, Jared Diamond et Chögyam Trungpa, extrême dans ses convictions mais toujours prêt à en changer... Une seule règle : le "principe de réalité".

Tableau de bord

  • Premier article le 15/05/2008
  • Modérateur depuis le 04/02/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 17 824 1914
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • NICOPOL NICOPOL 24 octobre 17:42

    @mops

    Merci de ce commentaire. Globalement d’accord avec vous, bien qu’un peu moins pessimiste que vous ! Je préfère l’idée orwellienne, reprise par Michéa, de « décence commune », selon laquelle il existe une sorte d’inertie morale du peuple qui le rend très difficilement perméable, sur le long terme, aux idées progressistes (le peuple est conservateur, comme disait Napoléon III). Il est vrai que l’actualité rend de plus en plus difficile une telle profession de foi...

    En ce qui me concerne, je suis personnellement contre la GPA en privé, mais je suis surtout publiquement contre pour des raisons démocratiques (en tenant compte du fait qu’actuellement une majorité du peuple français, dont je fais partie, est sans doute contre).

    L’idée que le salafisme se rapproche du protestantisme ne me choque pas, elle me paraît même assez naturelle - même rigorisme et fondamentalisme, même retour à une forme de pureté religieuse... Du reste, les deux se rapprochent eux-mêmes du judaïsme - on sait que le protestantisme marque une forme de retour à l’Ancien Testament, contre le catholicisme du Nouveau Testament). Il n’y a par ailleurs qu’à voir les alliances qui se sont tissées entre l’Amérique puritaine, l’Etat Juif israélien et les monarchies salafistes du Golf pour voir que tout ce petit monde, lorsque l’essentiel (selon leur point de vue) est en jeu, se retrouve sans difficulté...

    Bien à vous,


  • NICOPOL NICOPOL 24 octobre 17:24

    @mops

    Merci pour votre commentaire sur ce vieil article...

    Vous avez raison sur les Sophistes. Il s’agit d’une école de pensée qui a été longtemps vouée aux gémonies, davantage à cause de Platon du reste (cf. son dialogue avec Protagoras) que d’Aristote. Les Sophistes voulaient en effet montrer que le discours métaphysique était absurde, puisqu’on pouvait, par un raisonnement apparemment impeccable, démontrer tout et son contraire (on retrouvera cette idée chez Wittgenstein). Par cette démonstration, les Sophistes entendaient prouver que tout était relatif, qu’il n’existait pas de valeurs absolues (« bien-en-soi »...) et que l’homme était « la mesure de toute chose ». Cette idée était insupportable à Platon qui, au contraire, enseignait qu’il existait des « Idées » absolues dans un autre monde au-delà du monde physique (on sait comment Platon voulut brûler l’œuvre de Protagoras).

    Le terme de « sophisme » est néanmoins passé dans le vocabulaire commun pour désigner un raisonnement ayant toutes les apparences de la rigueur, mais fondamentalement faux ou absurde. Par extension, comme une arme de manipulation dialectique pour convaincre la foule de ce dont on veut lui faire croire (et il semble bien que certains Sophistes, tels de vulgaires « communicants » modernes, monnayèrent leur art rhétorique pour relayer les discours démagogiques des hommes politiques qui les rémunéraient). 

    Votre démonstration sur le rat est en tout un cas bel exemple de sophisme (en effet, il n’est pas possible d’avoir un demi-rat vivant !).

    Et je ne pense pas, comme vous, qu’il soit inutile de savoir qui est derrière les crises actuelles. En premier lieu, pour ne plus voter pour ceux qui représentent ces groupes d’intérêts occultes !

    Bien à vous,


  • NICOPOL NICOPOL 11 août 16:26

    @vandeta

    Merci, à nouveau, de faire remonter ce vieux sujet (mon Dieu : 6 ans ! Que nous étions jeunes, innocents et pleins d’espoir, à l’époque...).

    Ceci dit je n’ai pas bien compris votre commentaire. Finalement, vous êtes d’accord ou pas avec ce que j’y écris ?

    Où voyez-vous des sophismes dans l’article ?

    Se demander à qui profite le crime peut être un moyen de faire une première liste de suspects. Ca ne constitue par contre en rien une preuve. C’est à peu près tout ce que je dis, et ça me semble aller de soi. 

    Bien à vous


  • NICOPOL NICOPOL 11 août 16:17

    @vandeta

    C’est sympathique de faire remonter ce vieux sujet (4 ans)...

    2015 a été effectivement très chaud. Mais si vous relativisez l’année 2012, supposée anormale en raison d’une « superposition d’évènements climatiques », l’honnêteté aurait dû également vous faire préciser que l’année 2015 a été également anormalement chaude en raison d’un El Nino particulièrement vigoureux.

    Voilà donc une bien belle illustration de la malhonnête intellectuelle des réchauffistes : quand ça se réchauffe, ce n’est pas naturel, c’est l’homme ! Mais quand ça se refroidit, là, c’est forcément naturel...

    Et de toute façon, les climato-sceptiques (dont je fais partie) ne nient pas que le climat se réchauffe, ils doutent qu’il se réchauffe uniformément, exclusivement en raison de l’activité humaine, et dans des proportions catastrophiques. Donc, qu’il y ait une nouvelle année très chaude après une période de refroidissement ne contredit en rien notre perception du climat. Il confirme juste qu’on est dans un phénomène d’oscillations naturelles, dans lequel on peut effectivement distinguer une pente sous-jacente, qui pourrait être due tout ou partie à l’homme (mais ce n’est pas certain).

    Simplement, on n’obtient pas du tout la même prévision pour le futur si on extrapole une phase ascendante de l’oscillation (ce qu’a fait le GIEC en extrapolant la période de hausse des années 80-90) ou la pente sous-jacente. Je vous renvoie à ce petit schéma qui vaut toutes les explications.

    Bien à vous,


  • NICOPOL NICOPOL 19 avril 16:39

    @bjscontact

    « Il y avait chez les marxistes des courants plus ou moins anarchisants, et d’autres très étatiques au contraire »

    Je ne sais pas si c’est tout à fait exact. C’est au sein de la mouvance socialiste qu’il y avait des anarchistes (Proudhon, Bakounine) et des marxistes. Je n’ai pas l’impression qu’on puisse dire qu’il y avait des anarchistes chez les marxistes...







Palmarès