• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nikolaos

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Nikolaos 16 mars 2009 08:10

    La lecture de cet article sur l’islam et l’islamisation, inspiré de l’ouvrage de Peter Hammond, missionnaire sud africain d’obédience évangélique (il est important de connaître l’appartenance religieuse de l’auteur afin d’en apprécier le parti-pris), Slavery, terrorism & islam, The Historical Roots and Contemporary Threat, me sidère tant par sa volonté de manipulation des consciences que par ses amalgames très contestables et par son tri sélectif et restreint des informations.

    L’article restreint en effet, volontairement et explicitement, sa perception de l’histoire à « ces trois dernières décennies »… Est-ce un refus de considérer que l’islam fut l’une des plus brillantes et la plus raffinées des civilisations du Moyen-âge, à qui la nôtre doit une grande part de ses arts et de ses sciences ?

    « L’islam n’est pas une religion ni un culte. C’est un système complet, absolu ». Outre le fait qu’il manque deux « qu’ » précédant les articles définis dans la formulation de la première de ces deux phrases (détail qui pourtant en change complètement le sens !), c’est oublier également que ce fut le cas de la chrétienté pendant près de douze siècles, qui possédait de la même manière ses « composantes religieuses, légales, politiques, économiques et militaires ».

    Enfin, l’amalgame « islam-musulmans » qui permet de « juger » une religion qui prêche un Dieu unique, créateur de toutes choses, tout-puissant, miséricordieux et juste (tiens ? Les attributs d’Allah ressemblent étonnamment à ceux de Yahvé !?!) à partir du comportement de ses « fidèles » revient à juger l’Evangile en se basant sur le comportement des « chrétiens », qui torturèrent et tuèrent des millions de personnes, qui massacrèrent et « génocidèrent » des civilisations entières lors des croisades, de l’inquisition, de la colonisation du Nouveau monde, de la traite des noirs…

    Sans compter l’absurdité de considérer les « musulmans » comme un bloc monolithique, de même sensibilité, de même comportement, de même croyance…

    S’il est indéniable que l’immigration du monde arabe dans les pays occidentaux pose des problèmes d’intégration, et qu’un comportement global peut s’observer au sein de certaines configurations « socio-géographico-culturelles », les causes de sont pas à imputer à « l’islam » en tant que « civilisation » ou « religion ». Quand aux mouvements extrémistes, voire terroristes au sein du monde musulman, ils ne concernent qu’une minorité qui arrive à imposer au monde moderne que leur point de vue est majoritairement partagé et qu’ils sont les représentants de « l’islam véritable ». C’est le poteau qui cache la vue parce qu’il se trouve, justement, à vingt centimètres de nos yeux : les fameuses « trente dernière décennies » que l’article en question veut faire passer pour une vue « suffisante » de l’histoire !

    Cet article est injurieux, à la limite de l’incitation à la haine. Il va exactement dans le même sens que les extrémistes musulmans, en incitant implicitement à une mythique et supposée « guerre sainte », guerre spirituelle pour certains chrétiens et musulmans, armée pour certains autres. C’est comme cela que l’on propage et entretient les divisions entre la fratrie humaine. Et si l’on veut trouver dans le Coran des passages pour étayer la thèse que l’islam est une religion guerrière et agressive, que dire alors d’autres passages des Evangiles attribué à Jésus-Christ comme « qui n’est pas pour moi est contre moi » ou « je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée ». Signifient-ils que le christianisme prêche la conquête violente et la guerre ? L’article reproche également l’activité missionnaire des « musulmans » au sein des « groupes de mécontents », « dans les prisons et parmi les gangs ». Mais que font certains chrétiens missionnaires ? Auprès de qui, également, agissent-ils ? Est-ce vraiment si répréhensible ? A quel titre l’activité missionnaire des « chrétiens » auprès des laissés pour compte de la société serait plus justifiable que celle des « musulmans » ?

    A partir d’informations véridiques, de pourcentages rassurants (rassurants dans le sens où ils apparaissent comme des statistiques, donc, scientifiques, donc « sérieux » et cartésiens), on masque la forêt avec un seul tronc… Quelle vue étriquée ! Quelle mauvaise foi (inconsciente ou consciente ?) ! Comment ne pas bondir lorsqu’on lit « pour satisfaire leur désir de sang, les musulmans commencent alors à s’entretuer pour une multitude de raisons » ? Quel amalgame honteux et injurieux : « les » musulmans » et « leur » soif de sang…

    L’auteur (anonyme : quel courage !) de cet article reproche aux « musulmans » exactement ce qu’ont fait les « chrétiens » pendant des siècles et qu’ils continuent encore à faire, comme il n’y a pas si longtemps en Bosnie. Heureusement, « nos barrières terrestres ne s’élèvent pas jusqu’au ciel ».







Palmarès